Quatrième de couverture :

« Chaque œuvre de Yi Munyôl, dit Michel Polac dans sa lecture, m'apparaît non comme une variation sur le même thème, la fameuse "petite musique de l'artiste", cette touche personnelle qui permet de le reconnaître et qui flatte tant son ego, mais comme une marche pour se hausser d'un niveau à l'autre, élargir sa vision du monde, progresser dans la connaissance ».
Les trois récits du grand écrivain coréen ici rassemblés ont en effet chacun valeur de fable : Notre héros défiguré - à travers le portrait de l'élève brutal qui, avec la complicité du maître, impose sa loi à ses condisciples - dénonce le règne des petits chefs et les vices de la tyrannie politique. Le héros de l'Oiseau aux ailes d'or s'interroge, au moment de la mort, sur son art de calligraphe et le récit dès lors devient une méditation sur le rôle même de la création. Dans l'Hiver, cette année-là, c'est l'essence profonde de l'existence qui préoccupe le narrateur, quand il voyage dans les solitudes glacées de la Corée avec le projet de mettre fin à ses jours. 
»

Auteur de romans, de nouvelles et de récits, Yi Munyol (né en 1948) est à l'heure actuelle l'auteur la plus lu et le plus vendu en Corée du Sud. En France, il est publié par Actes Sud.


 

Yi Munyol
Notre héros défiguré

Nous avons lu ce livre coréen en juin 1997.
Il comporte trois romans :
- Notre héros défiguré
- L'oiseau aux ailes d'or
- L'hiver, cette année-là
et une "lecture" de Michel Polac

 

Liliane
J’ai préféré la première nouvelle, sans doute la plus occidentale. La simplicité m’a touchée. Il a une analyse, bien d’un adulte, et même adulte, ça n’est pas résolu. Il y a une sincérité, avec ce thème universel du piège, la force sidérante, imparable, de la capacité de certains à abuser de leur pouvoir. L’adulte reste désemparé. Je me heurte à ça dans mon milieu professionnel… Je me suis identifiée à ce narrateur. Comment se situer ?
A travers les trois récits, on distingue un idéalisme, une ascèse. Pour les deux autres récits, j’ai dû faire un effort. Ils sont austères, mais intéressants, avec la question : quel sens donner à sa vie ? C’est passionnant et ennuyeux… Je n’ai jamais pensé un instant que c’était artificiel car c’est sincère. Et ça ramène à nous.

Céline
J’ai trouvé ça simple, mais avec un effet contraire : un peu d’ennui car c’est trop lisse et manichéen. "Notre héros défiguré" est une toile de fond pour les autres personnages. Il n’y a pas assez de relations, on ne connait pas les élèves (ils sont un), je n’appréhende pas la situation, je vois la parabole, ce n’est pas exprimé avec les tripes, c’est décrit comme une presse rotative. Il n’y a pas de ressenti. C’est trop distancié. Il décortique, c’est intéressant, mais je ne suis pas convaincue de sa souffrance.
La seconde nouvelle, je ne l’ai pas terminée, mais j’ai plus accroché.

Monique (avis téléphoné)
C’est une lecture pas désagréable, avec une concision sur le sujet, mais le narrateur m’horripile, avec une certaine naïveté, des clichés, sur l’importance du QI, des ressources des parents, l’opposition ville/campagne. Il manque une vision "coréenne". En conclusion, un livre "correct" écrit par un premier de la classe.

Claire
J’ai trouvé le premier roman magistral, les deux autres plus "didactiques", avec des commentaires fumeux qui nuisent à la "quête". Mais ce sont trois romans qui ont en commun le destin d’un individu, plus sous forme d’un dessin que d’un tableau : les lignes essentielles.

Le point de vue de Michel Polac (extrait de la postface)

Notre héros défiguré
« Les brutalités décrites par Yi Munyol sont, elles, fort banales, mais à travers ce roman c'est tout un système politique dictatorial qui est dénoncé : l'avilissement des individus par le règne de petits chefs, des caïds ; la peur, le mensonge, l'aveuglement ou la lâcheté des maîtres, tout un système qui détruit les valeurs et la dignité de l'homme.
Mais l'œuvre de Yi Munyol n'est jamais noir et blanc et le jeune narrateur du livre - dont on peut penser qu'il a certains points communs avec l'auteur qui a été lui aussi exilé dans des provinces reculées à la suite de la "disgrâce" de son père - va finir lui aussi par s'abaisser devant le caïd de la classe. Celui-ci ne sera pas vaincu par des méthodes très exemplaires : le nouveau professeur, lorsqu'il découvre l'envers du décor, va rétablir la justice avec beaucoup de brutalité : on pourrait presque penser à un maître zen qui provoque l'ouverture de l'esprit à coups de bâton sur ses disciples.
La force de Yi Munyol est d'obliger le lecteur à s'interroger, à douter de lui-même : comment réagirait-on dans une situation pareille ? N'y a-t-il pas en chacun de nous une inclination vers la servitude volontaire, parce que la liberté fait toujours peur et que d'une certaine façon la prison "protège", et de soi-même et des autres ? Encore que l'exemple des pays qui ont connu la dictature peut nous rassurer : Coréens, mais aussi Espagnols, Italiens, Allemands et maintenant Russes nous prouvent qu'ils sont "vaccinés" à une large majorité - le "résidu" ne dépasse pas cinq pour cent en Espagne, dix pour cent ailleurs ! Mais un autre danger survient et Yi Munyol le fait apparaître dans les très surprenantes dernières pages de Notre héros défiguré : trente ans après, le capitalisme sauvage triomphe, et le narrateur est victime de son honnêteté, de son refus des compromissions mercantiles, il devient un chômeur, un raté dans la compétition sans merci de la fin du XXe siècle, alors qu'"un ami avait ouvert une boîte avec trois fois rien et plastronnait avec l'argent qu'il s'était fait grâce à un produit dont lui-même ignorait tout". A la dernière ligne le narrateur pleure-t-il sur lui-même ou sur le sort des hommes ? Est-ce le pessimisme de l'auteur qui pointe ? Je crois que l'auteur veut nous signifier qu'il n'y a pas de fin au combat, qu'il y aura toujours une force négative contre laquelle lutter, comme si dans chaque victoire se cachait le germe d'une nouvelle défaite. »

« L'Hiver, cette année-là m'a rappelé un récit de Wemer Herzog : la traversée d'une partie de l'Allemagne et de la France en plein hiver, à pied, avec le vœu d'obtenir ainsi la guérison de Lotte Eisner, l'historienne du cinéma qui était gravement malade. Mais autant le texte de Herzog est enraciné dans une réalité contemporaine, brutale et laide, avec ses routes goudronnées et ses camions, autant le pèlerinage de Yi Munyol nous fait retrouver la beauté des paysages éternels de l'Asie. Le héros traverse les montagnes enneigées de la Corée, l'hiver, pour aller se suicider au bord de la mer. Au terme de son pèlerinage aux sources, à travers les épreuves, il se réconciliera avec la vie et abandonnera son projet, comme l'aiguiseur de couteaux qui voulait tuer un homme qui l'avait trahi. Le suicide et le meurtre ne sont que les signes négatifs d'une haine de la vie. »

« L'Oiseau aux ailes d'or me paraît une des plus belles méditations sur le rôle de l'art en ce siècle de mutations et de ruptures. Dans l'univers immolait - hors du temps - de la tradition, le peintre peut se livrer à toutes les variations sur les apparences, il reste l'artisan modeste et même parfois anonyme qui sert de révélateur de la Réalité - illusoire ou non peu importe ; la perfection du travail est indissociable de la perfection intérieure, l'une progresse avec l'autre, la maîtrise de la technique est maîtrise de soi. A la limite, le maître dédaignant tout succès mondain s'efface dans son œuvre, et même y disparaît. Kojuk, le héros du roman, se révolte contre la tradition, avec d'autant plus de raison que cette tradition, partout dans le monde, est usée jusqu'à la corde par la routine, la répétition des mêmes recettes, un conservatisme sclérosant, paralysant. Kojuk, bien qu'excellent élève, est influencé par l'Occident, il sent bouillonner en lui une énergie violente, il veut exprimer sa personnalité, se distinguer, innover et sortir de l'anonymat grâce à la création de nouvelles formes. Nous autres qui avons transformé Van Gogh en héros de notre temps et même en saint, nous comprenons le désir de Kojuk, nous nous reconnaissons dans cet aventurier de l'esprit. Et pourtant, au terme d'un itinéraire chaotique, alors qu'il a obtenu la reconnaissance sociale, le héros du livre va se livrer à un autodafé, et se libérer ainsi d'une œuvre dans laquelle il se sent prisonnier, une œuvre qui n'est plus à ses yeux qu'une égotiste exaltation du moi, un monument à sa gloire, mais quelle gloire, quel "moi" ? Vivre sa vie, se réaliser (idéal occidental) ne suffit pas et même nous égare, nous éloigne de la véritable réalisation de soi qui est libération des chaînes de l'ego. Et cela, l'art moderne (et toute la civilisation industrielle) l'ignore. C'est pourquoi le suicide, la folie, sont si souvent au bout de la route des artistes contemporains, comme aussi, au bout de la route que l'Occident a empruntée, grisé par la soif de possession de de pouvoir. Mais sans doute fallait-il que le jeune peintre s'opposât à son vieux maître, refusât l'héritage, les modèles, allât au bout de son désir pour tirer la leçon par lui-même, et non une leçon imposée. »

Le texte complet de Michel Polac : «  Yi Munyol : un pont entre Orient et Occident », Notre héros défiguré, Actes Sud ,"coll. "Babel", 1993

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens