Honoré de Balzac
Le Lys dans la vallée

Nous avons lu ce livre en juin 2002, à l'occasion de la visite de la maison de Balzac à Saché.

Jacqueline
Je ne l’ai pas terminé (elle n’est pas la seule, ajoute Manu). A 17 ans, j’ai lu tout Balzac, dont Le Lys, dans lequel je ne m’étais jamais replongée depuis. J’ai été surprise, très, par le style plein de métaphores. C’est un peu long. On a le sentiment qu’il a voulu en faire beaucoup, qu’il a tiré à la ligne. C’est intéressant mais en même temps j’ai eu un peu de mal. Cette histoire d’émigré qui perd un peu la tête… J’ai cru comprendre qu’il a eu la syphilis, transmise à ses enfants. J’en suis seulement à l’épisode du tric-trac mais je ne comprends pas l’intérêt de ce roman, hormis la volonté de Balzac d’écrire sur une vertueuse.
J’étais désireuse de visiter Saché car la seule chose qui passe, c’est la description des paysages. Je m’attendais à voir des choses extraordinaires, mais…
Je ne peux mettre une cote : ce serait épouvantable de mettre une mauvaise note à Balzac !

Claire
J’ai volontairement choisi une édition bourrée de notes, pour me passer du dictionnaire. J’ai ainsi découvert que "s’éplucher", c’était se nettoyer le plumage ! Ce livre est à la fois passionnant et ennuyeux ; ça n’en finit plus ces 400 pages. On comprend tout grâce aux notes, mais c’est bien délayé. Dès qu’il y a une baisse, l’endormissement est immédiat avec le chevalet que j’ai maintenant pour lire les livres trop lourds.
Les paysages sont impossibles à visualiser à travers des descriptions assez vides. Le style paraît ampoulé, cucul, lyrico-schtroumpf. Mais la préface invite le lecteur à dissocier l’auteur du narrateur. C’est la lettre de Nathalie, à la fin, qui rétablit une distance et fait reconsidérer le livre. Mais le projet n'est pas équilibré par sa longueur.

Françoise
A priori ce monument élevé à la vertu sacrifiée sur l'autel de la religion n'était pas fait pour me brancher, mais plutôt me barbichonner... et pourtant, je me suis laissée prendre au récit, à sa poésie, à ses descriptions parfois outrancières, ses métaphores hasardeuses. Si de nos jours quelqu'un écrivait de cette façon, on se ficherait de lui ! Mais c'est Balzac ; et dans ce récit, il y a des moments très riches, foisonnants, poétiques (p.124 à 128 sur la composition des bouquets) émouvants (la mort de Mme de Mortsauf) surprenants (sa dernière lettre qui ajoute en intérêt et épaisseur du personnage, mettant à jour ce que fut son combat) ; et aussi la lettre de Natalie de Manerville que j'ai trouvée absolument délicieuse : la seule voix (avec la lettre posthume de Mme de M.) autre que celle du narrateur (donc deux voix féminines), sorte de pied de nez ironique à Félix où l'auteur nous dit qu'il n'est pas dupe, qu'il juge son personnage.
Balzac parfois schématise ( comparaison entre l'Anglaise et la Française, lui l'homme à femmes !) mais révèle aussi une grande connaissance de la nature humaine, le portrait de M. de Mortsauf, le narrateur, et même Madeleine, qui se dévoile tout à la fin ; tous finalement sont plus complexes qu'il n'y paraît.
Je suis ravie, car je n'aurais pas de moi-même (re)lu Balzac, comme pour Rabelais d'ailleurs.

Muriel
Ce livre m’a barbé. Le début – son enfance – est monolithique, sans psychologie, pleurnichard : ce garçon est sans argent, isolé au collège, mal aimé. Aujourd’hui, Mme de Mortsauf quitterait son mari, point final. Ce mari est dépeint comme un peu fou, un peu pervers. Et ces larmes tout le temps dans ce livre, je trouve ça comique. Je l’ai lu jusqu’au bout mais avec ennui. J’ai sauté les paysages car ces passages ne sont pas accrocheurs mais j’ai aimé celui où Mme de Mortsauf révèle sa jalousie, qui démontre qu’elle lui a menti. Mais c’est trop typé.
L’ensemble est cucul gnan-gnan, plein de bons sentiments démodés. Ce n’est pas le chef d’œuvre de Balzac.

Martine
Le Lys vieillit moins bien que Le Père Goriot par exemple, que j’ai lu l’an passé. J’ai sauté des pages mais avec quand même l’envie d’aller jusqu'au bout. La lettre de Nathalie est très actuelle dans son message. Elle donne envie de reconsidérer le livre depuis son début. Et s’il s’agissait d’une sorte de satire des pseudo-catholiques prudes qui en fait brûlent d’amour ? Lorsque Mme de Mortsauf avoue en quelque sorte qu’elle eût aimé que Félix soit plus hardi à son égard, le livre devient plus intéressant. La jalousie sert de révélateur à Mme de Mortsauf, c’est à partir du moment où Félix rencontre l’Anglaise qu’elle se révèle autrement que froide, distante et digne. Le comportement du héros est-il exceptionnel dans le sacrifice ? Il est bien passif et assez lâche.

Manuel
Je ne me suis pas identifié à Félix car je n’ai pas été aussi malheureux que lui. J’apprécie l’écriture de Balzac, la qualité de la narration. Mais je n’ai lu que 50 pages du livre jusqu’à présent pour en dire plus.

Marie-Jo
Je n’ai pas fini non plus, j’en suis à l’Anglaise. Mais je savoure ce style, bien qu’il ait ses afféteries. Je ne trouve pas ça cucul. Cette Mme de Mortsauf, elle me paraît magnifique. On sent qu’elle aime. Balzac épouse les méandres de la psychologie féminine de façon formidable. Il y a une profondeur dans l’analyse qui est extraordinaire. Il est juste, pertinent. Mais les descriptions sont effectivement ennuyeuses. Je n’y vois pas une satire mais plutôt une compassion pour cette femme qui n’arrive pas à vivre sa vie, sa passion. Aurait-elle eu une vie plus heureuse si elle était passée à l’acte ?
Il y a des scories dans ce livre mais tant de belles choses par ailleurs. Et le tiraillement entre le devoir et la passion reste actuel.

Notes prises et retranscrites par Martine

Quelques images de notre visite à Saché chez Balzac.

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens

 

Cadet d'une fammille aristocratique, Félix de Vandenesse adresse à sa maîtresse, Nathalie de Manerville, le récit de son enfance et de sa jeunesse entre une mère peu aimante, son frère Charles le favori, des soeurs peu affectueuses et une triste pension. Ce récit de la jeunesse et d'une
éducation amoureuse se présente à la fois comme le récit d'une enfance malheureuse, un hymne lyrique à la Touraine, l'histoire d'une double initiation du coeur et des sens.