Pierre Charras
Comédien

folio

Françoise
Je l’ai lu depuis un petit moment déjà, et j’ai un peu oublié. J’en retiens une lecture plaisante. L’épisode sur le milieu théâtral est pour moi ironique. Le récit rend bien compte de la condition de comédien finalement peu enviable, car c’est un « état », donc permanent, dans sa vie privée comme professionnelle. Il est en but aux vexations, aux humiliations, dans la peur constante de ce qu’on peut lui proposer et surtout dans l’attente de ce qu’on ne lui propose pas… Finalement, le trac est permanent, comme la peur de vieillir. Je n’avais jamais lu un récit de comédien. L’exemple de Tartuffe et de l’Exempt est bien trouvé et bien amené. Le personnage est très humain, et crédible.

Sabine
J’ai lu Comédien, rapidement. Cruelle déception : ennui, ennui, ennui. L’histoire ne présente aucun intérêt, c’est mièvre. Il court après son Tartuffe bêtement. Seul instant poétique : la discussion avec le père sur sa vocation. Bref, ce fut rapide, heureusement. Je me régale avec La promesse de l’aube de Romain Gary.

Françoise Delphy
J’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup aimé. L’écriture superbe. Tout ce qui est dit est juste. La lumière qui sort du comédien : je trouve ça magnifique. Ca m’a énormément plu.

Lil
Rien à reprocher à ce livre. Et pourtant ... je n'ai pas pu accrocher.

Nicole
J'ai aimé. Tour à tour émue, agacée, j'ai fini par me laisser séduire par ce comédien égocentrique, mais si fragile. Le passage du renoncement au rôle de Tartuffe est très fort, par contre, je n'ai pas aimé le recours trop fréquent aux flash-back.

Christine
C’est très vivant. J’aimerais avoir l’avis d’un comédien professionnel. J’ai aimé l’histoire du comédien rêvant de jouer Tartuffe et à qui on réserve le rôle de l’Exempt, la situation de duo avec le père, avec le metteur en scène, avec son ami. Mais ce n’est pas pour moi un livre à garder.

Manu
J’ai adoré ce livre. Pierre Charras y a mis beaucoup de vie, d’enthousiasme. C’est parfois drôle, par exemple l’idée d’être assassiné par son père quand il rate son bac. Le livre est bien construit, avec un art de la formule. Les histoires d’amour, les passages sur l’âge sont intéressants. Et il y a des moments d’une grande émotion : par exemple quand il a une main dans celle d’un acteur et l’autre dans le vide. Je garderai ce livre dans ma bibliothèque!

Jacqueline
Ca se lit bien. En même temps : une impression de légèreté alors que le thème est triste, parfois désespéré. Il reste peu de choses

Liliane
J’ai moins marché quand j’ai vu du cabotinage (la scène du canal, du poison à la Agatha Christie, du film d’épouvante à l’hosto). Mais le reste m’a plu et certaines scènes m’ont vraiment touchée.

Marie-Jo
J’aime la vivacité du style, percutant dans la drôlerie, pudique dans la gravité. J’aime bien.

Monique
C’est une lecture facile, mais ennuyeuse. Je n’aime pas le théâtre. J’ai été gênée par les multiples interventions, le comédien, le metteur en scène. Je trouve que c’est un livre dans l’air du temps. Est-ce autobiographique ? Je n’accroche pas. L’auteur parle de choses graves en voulant rester léger et ça m’exaspère. Le personnage intéressant est pour moi le metteur en scène.

Régine
C’est une lecture d’abord irritante, du sous-sous-sous Sagan. Du déjà vu. Dans la deuxième partie, après son échec au bac, le narrateur devient sympathique, écorché vif. L’histoire de l’Exempt est amusante. Mais ce livre ne va pas révolutionner l’Occident chrétien.

Brigitte
La couverture m’a donné des craintes. Mais j’ai été vite rassurée. J’ai beaucoup aimé quand les répliques de théâtre sont utilisées dans la vie quotidienne, comme une mise en abyme. Le style est simple, évocateur, sans faire de poses. J’ai été agréablement surprise.

Claire
J’ai proposé ce livre qui m’avait emballée. Moi qui n’aime pas relire, je l’ai relu avec la même intensité, alors que je connaissais la trame, les procédés. J’ai été autant captivée. J’ai aimé les ruptures sans prévenir de la réalité à la fiction, les flash-back virtuoses. Et des formules ramassées : « la mort c’est un peu comme le téléphone qui cesserait définitivement de sonner. Rien de plus que la sortie de l’intermittence ». Il y a des moments très émouvants, comme la fin du père, sa main. Pour la touche psychologique, dans une interview sur Fnac.net, Pierre Charras dit : « tous mes romans tournent autour du manque du père, de l’absence. Livre après livre, je lui ai érigé une stèle. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, Comédien n’est pas en marge des autres, il apporte une nouvelle pièce au puzzle. Différemment, mon père est présent dans tous mes livres. Il est le fil conducteur. J’essaie de dire des choses que je n’ai pas eu le temps de lui dire. En gros, mon père est mort en pensant que j’étais un raté intégral. J’essaie de lui prouver le contraire en le mettant en scène. Et puis pour dire aussi que c’était quelqu’un de bien. »

Katell
J'ai trouvé ce petit livre très agréable, surtout entre deux chapitres du touffu Les Bostonniennes de James. J'ai aimé l'évocation de ce comédien vieillissant, que rien n'est jamais aquis dans ce métier. Entre le boulevard et Tartuffe, qui avait une belle résonnance pour moi, puisque nous l'avons monté il y a deux ans avec mon atelier théâtre. D'ailleurs, nous avions supprimé le rôle de l'Exempt, faute de comédien. Ce n'est pas le petit rôle qui fait un petit comédien. Même dans un rôle de hallebardier, il faut être hallebardier d'un bout à l'autre... J'ai aussi aimé l'évocation de son amour, Jeanne, plein de simplicité et j'ai beaucoup apprécié le personnage de son ami, Serge. Quelle chance d'avoir un si bel ami, si juste. Ses disgressions, son imaginaire, dans le meurtre pour les scènes importantes de sa vie m'ont plu. On se fait tous notre petit cinoche... Un joli petit livre, dommage que ce ne soit pas plus long. Ce monsieur a un petit talent. Je pense qu'à l'occasion je lirai d'autres oeuvres.

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens

Un roman d'une grande humanité sur la passion inusable d'un homme pour les mots et la beauté du langage.