Colum McCann
Danseur

Nous avons lu ce livre en juin 2007.

 

Geneviève
J'ai lu Dancer en anglais, il y a déjà à peu près deux ans : très bon souvenir. J'ai toujours été passionnée de danse et de danseurs, donc, le sujet m'intéressait. J'étais aussi intéressée par le projet de biographie romancée. Je me suis donc mise à le relire pour le groupe et, alors que je déteste relire, j'ai été prise dedans comme la première fois, avec peut-être plus de distance, ce qui m'a permis d'admirer, surtout pour le début, ce jeu fascinant sur l'élargissement et le rétrécissement de l'angle de vue. Ce début avec la liste des objets jetés sur la scène est du pur génie, surtout suivi de l'élargissement brutal au champ de bataille avec ce côté épique et grandiose curieusement renforcé par la crudité des détails horribles et si charnels ! À la relecture, la première partie me captive plus : la vie en Russie à cette époque, la douleur et la difficulté de la marginalité, c'est fascinant. Curieusement, je me souvenais plus de la deuxième partie, de cette impression de déchéance physique et morale. Je n'ai pas eu le temps de relire jusqu'au bout, jusqu'au retour en Russie, peut-être un peu forcé, mais extrêmement émouvant.
Bref, je suis enthousiaste : le sujet, la construction, l'écriture, tout. Et j'espère que si d'aventure la discussion s'engageait sur la légitimité d'une biographie romancée, vous relirez l'épigramme qui dit très justement combien l'histoire est toujours une réécriture du passé.
Annick
Je n'ai pas fini, faute de temps, et j'en suis désespérée. C'est un livre vraiment magnifique. Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un tel roman.

Claire
Et American Darling ?...

Annick
Oui, mais là je suis plus séduite par l'écriture. Ces touches impressionnistes pour camper les choses, pour faire naître les images. Au début, je ne faisais pas attention aux changements de points de vue ; après m'en être aperçue, je suis revenue en arrière et j'ai constaté les différences, et on passe de l'un à l'autre avec fluidité. La lettre de N. sur l'exil est très belle. Je suis captivée par la façon dont naît la figure de cet homme, de façon charnelle, comme le dit Geneviève. Il sort de la mer, sa partenaire le regarde, c'est une très belle scène. C'est un livre presque physique où on touche du doigt. Le pari est parfaitement tenu de faire revivre Noureev, et pas seulement : la Russie stalinienne et post-stalinienne, mais toujours dans le roman, sans commentaire, sans jugement, on ressent, on partage leur calvaire. C'est passionnant, riche, on s'intéresse à la danse, aux rapports est/ouest, et tout ça est fluide, tient ensemble, c'est du grand art, sans sauter du coq-à-l'âne le journal tout à coup donne une saillie antisémite, nous fait plonger dedans. Je regrette de n'avoir pas fini, c'est une délectation.
McCann est un grand romancier ; j'avais été transportée par Les Saisons de la nuit avec des sujets très différents. Ce qui est assez chouette c'est que Noureev, un homme sûrement détestable nous est rendu humain. Il fuit pour la danse, est grossier, parfois délicat, le portrait est très fin.
Françoise O
Je viens de le finir. La fin m'a bouleversée et je suis restée plusieurs minutes sidérée. J'ai fait une courbe de ma lecture (de prof de physique) ; ça démarre très fort, la scène des babouchkas diminue la violence, puis le petit danseur, puis une période à plat où j'ai eu du mal à me laisser prendre (à cause du personnage) et la dureté de l'apprentissage, terrifiant. J'aime la danse, Jordon, l'amant de Béjart, je m'en souviens, et Sankaï Juku, c'est autre chose que cette danse dans le livre. Le foisonnement m'a gênée aussi, j'ai fait un organigramme pour m'y retrouver. J'ai bien aimé le journal. Il part de Russie, c'est de plus en plus foisonnant, mais aussi la grisaille, la vie des femmes, le contraste, la douleur contrôlée, la tristesse. La fin du livre, c'est le retour, les quelques heures passées en Russie, très peu de mots, les personnages secondaires - Odile - ça m'a paru trop. Le personnage n'est pas très sympathique.
Françoise D
Je rejoins Annick et Geneviève, moi aussi je l'ai lu deux fois, en français puis en VO, en pensant le parcourir juste pour me remettre dans le bain, mais finalement j'ai été prise comme la première fois et je l'ai relu complètement. Les premières scènes sont poignantes, puis le personnage principal autour duquel on tourne grâce aux autres, le portrait qu'ils en font, mais aussi leur vécu. C'est très bien fait, et tous ont une consistance.
L'auteur en profite pour nous dépeindre aussi la Russie de l'époque sans s'appesantir mais de façon très convaincante. Toujours dans un style concis et percutant, il va à l'essentiel. C'est aussi très émouvant, le début, la fin, certaines scènes avec Margot Fonteyn (j'avais complètement oublié ce couple). L'auteur heureusement ne va pas jusqu'au sida et à la mort. On garde la vision d'un génie, quand on voit d'où il vient, c'est grandiose, quelle force ! Quand on sait ce que représente le travail acharné qu'il faut, et qu'en plus il a trouvé le moyen d'apprendre la musique, le piano, c'est sidérant ! J'ai préféré ce livre aux Saisons de la nuit, je le trouve plus accompli.

Annick
Les détails nous font voir autrement des choses qu'on connaît.

Françoise
C'est comme les écoutes...

Annick
Et la façon dont le régime pervertit l'amour dans cette famille.
Claude
Dans ce roman, j'avais en effet observé que plusieurs personnes parlaient de lui. J'ai aimé le début et la fin. Sa vie sexuelle débridée m'a barbée. La guerre au début c'est très fort, même si je n'avais pas envie de lire ça. J'aime beaucoup sa rencontre avec Anna et son mari, ce couple en relégation, le regard sur ce petit personnage rustique. Je suis fascinée par cet auteur. Vivre si nombreux dans 14m² c'est effrayant. P.240, à propos de la danse, il paraît angoissé et seul. C'est étonnant que la danse ne l'ait pas plus épanoui.

Liliane
J'ai acheté le livre aujourd'hui et j'en suis à la p.26. Je veux le lire car déjà je suis emballée et j'avais adoré Les Saisons de la nuit. J'aime la danse et un livre qui donne une place à la danse me ravit. Je me prépare à un régal, j'aime les écritures minimales, mais aussi les écritures fleuves (comme La Servante Zerline). Les changements de points de vue, on les a dès le début, avec un zoom sur un individu "souvent le soir, les loups sortaient des bois, trottant pattes hautes dans la neige..."
J'adore ce début, et ouvre le livre en grand.

Annick
Il y a des arrêts cinématographiques.

Jacqueline
Je l'ai lu lorsqu'il était sorti, et je n'avais pas beaucoup aimé. Je l'ai relu parce que c'était pour le groupe. Je n'aime pas beaucoup les livres avec personnage proche dont on fait un roman. En le reprenant, j'ai lu la parole en exergue et suis partie en le lisant comme un roman, mais je me disais " c'est vrai ou c'est pas vrai ? ". Je ne connais rien à la danse, mais je suis sensible à la force du personnage ; ça me parle moins qu'à un amateur sans doute. J'ai été frappée par le fait que ce sont des points de vue extérieurs, sauf le journal. Les points de vue créent des éclairages, il est tendu vers un but, imperméable au reste ; il instrumentalise les gens. J'ai gardé un sentiment de gâchis. Le personnage de Victor est bien dépeint mais ne m'intéresse pas. Je pense quand même que c'est un grand roman, mais le désespoir des points de vue me fatigue.

Françoise O
Quand il est passé à l'Ouest, il s'étourdit peut-être...

Liliane
Peu importe le gâchis, peu importe le sujet si l'écriture tient.

Françoise O
On ne peut pas dire ça, surtout que le personnage a existé.

Françoise D
Mais c'est un roman, l'auteur dit lui-même qu'il a concentré plusieurs personnages dans un seul et inversement.

Jacqueline
Le biographe dit que Margot F et Noureïev ont été amants.
Claire
C'est vos propos et une interview (ci-dessous) qui me font prendre conscience que c'est un grand livre. C'est une œuvre littéraire certes, mais est-ce vrai ou pas ? Je me suis posé la question comme Jacqueline, très souvent. Et en dépit de l'"avertissement" de Geneviève, je trouve que ça vaut la peine d'en discuter. Je ne pense pas que le romancier cherche ça, mais ce n'est pas un sentiment agréable parce qu'après ce livre, j'ai envie de lire une vraie biographie. On passe d'un personnage à l'autre avec fluidité, il change de voix. Mais tout le passage sur la drogue, etc. ça m'a barbée. J'aime énormément la danse mais pour moi, ce n'est pas un livre sur la danse, il n'y a pas le rapport à la musique, la troupe, etc. J'ai aimé aussi plutôt la première partie avec les innombrables scènes formidables et dans la deuxième, j'aime beaucoup certains personnages (Odile, fascinante...). La dernière page, une simple liste des objets de Noureev à prix d'or montre de façon glacée l'effet de la star.

Liliane (plusieurs jours après)
Je voudrais ajouter un post-scriptum : après mes commentaires enthousiastes sur les 26 premières pages que j'avais lues, j'ai déchanté : la deuxième partie et surtout la troisième s'essoufflent et s'appauvrissent, je n'ai même pas envie de lire la fin. Les promesses d'écriture du début se révèlent très décevantes. Je n'ouvre qu'au quart ! Pourquoi ce morceau de bravoure des premières pages ? Pourquoi McCann ne nous a-t-il pas décrit comment Noureïev dansait, vu par n'importe qui, avec le même talent qu'il nous décrit les scènes de guerre du début ? Le côté people me hérisse.
Manuel
J'ai adoré ce livre et la prouesse de nous faire vivre une vie entière à travers plusieurs points de vue sans s'y perdre. Le New York gay est extraordinaire : ma partie préféré du livre qui fait presque écho à l'horreur des premières pages. Ces deux mondes ont disparu aujourd'hui.


Entretien avec Colum McCann dans Libération : "MCCANN, LA PISTE DE L'ÉTOILE", avec Natalie LEVISALLES, 21 mars 2007

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens

En 1944, dans un hôpital soviétique, Rudik, six ans, danse pour son premier public : aucun des soldats mutilés n'oubliera cet instant éblouissant...