Lydie Salvayre
La compagnie des spectres

 

Roselyne
Lydie Salvayre et sa Compagnie des spectres, c'est pas ma tasse de thé. Je trouve l'ambiance de ce livre lourde, insupportable et en même temps je le trouve tout à fait artificiel, une sorte d'exercice de style. De mon point de vue, c'est mal de traiter de cette manière un sujet aussi grave. On n'a pas le droit de s'en servir pour assouvir des ressentiments personnels. Je ne veux pas tremper dans ce genre de débat, que je trouve malsain. C'est justement parce que je sais que certain(e)s l'ont beaucoup aimé, que je ne veux pas avoir à entrer dans un débat à propos de ce livre.

Manuel
Après la lecture de Pitchipoï et la vision du film Le pianiste de Roman Polanski, j'ai été vite pris par le sujet. Ici, nous sommes dans l'envers du décor, les coulisses de l'horreur : la France antisémite et vichyste. C'est un bon point pour le livre qui nous dépeint une galerie de portraits les uns plus atroces que les autres. C'est un choc en même temps qu'une provocation (l'affaire Bousquet-Mitterrand).
Les personnages ont du corps, mais je ne me suis attaché à aucun d'entre eux. Il n'y a pas d'identification possible ! Le livre est une nouvelle variation de Entre mère et fille : un ravage. A quand un livre au groupe lecture sur père/fils ou mère/fils ?...
Le style de la narration m'a beaucoup plu : très violent et direct. Nous ne savons plus au bout d'un moment quels sont les personnages qui parlent : j'ai été happé par ce tourbillon. La construction est très savante, avec de nombreux flash back et contrepoints et l'énorme atout du livre c'est que tout se tient. L'auteur nous livre une œuvre noire non dénuée d'humour et d'ironie.

Jacqueline
Comme Brigitte, je suis gênée. Par la violence, l'horreur de ce qui est raconté. C'est insupportable, même si cela recouvre une réalité historique. C'est un livre très fort qui traduit bien l'enfermement de la mère et de la fille. Mais c'est assez artificiel par moments, par exemple dans la mise en parallèle de l'horreur de l'huissier et de la collaboration. La lecture est facile et rapide : du coup, beaucoup de choses nous échappent. Aucun des personnages n'est émouvant : l'identification est en effet impossible. Le livre est bien fait, fait pour être dit.

Françoise Delphy
J'ai bien aimé La compagnie des spectres. Je suis en harmonie avec ce livre, moi qui vis plus avec mes spectres (oncle, mère, amie) qu'avec les vivants. La vindicte politique m'ennuie. La guerre, nos lâchetés (à nous les Français) m'ont fascinée il y a 20 ans, mais maintenant je sature. Je sors du Pianiste, j'ai vue toutes les Shoah et je n'en peux plus. Dans Le pianiste, seule la scène où il joue pour l'officier allemand m'a touchée, elle était neuve. Le reste est beau, mais vu 100 000 fois. Chez Lydie Salvayre, j'ai trouvé 3 ou 4 phrases percutantes, illuminantes. Le reste, les insultes de la mère, l'ambiguïté de la fille et l'indifférence de l'huissier, sont attendus.

Françoise Dubeillon
J'ai bien aimé ce livre qui m'a rappelé Uranus, avec le thème de la collaboration. Comme le dit Manuel, c'est une symétrie en creux de Pitchipoï. J'ai aimé l'exercice de style, le double langage : langage de la mère/langage de la fille, langue choisie/langue vulgaire ; ainsi que l'imbrication horreur/humour ; c'est terrible et c'est drôle ; ça doit être bien au théâtre. Les personnages ont une réalité, on les voit, l'appartement aussi, alors qu'il n'y a aucune description. Lydie Salvayre a vraiment une écriture. Je suis contente d'avoir rencontré (l'écrit de) cette auteure que je ne connaissais pas.

Liliane
J'ai eu beaucoup de plaisir. J'irais bien voir la pièce qui en est tirée, car la langue doit être porteuse. Elle est très inventive, avec ses néologismes. J'aime l'insolence, dans les situations, le langage : ça fait du bien ! La relation mère/fille est pour moi fictive, elle n'existe pas. Je suis surtout sensible à l'écriture.

Régine
J'ai beaucoup aimé et beaucoup ri. J'ai fait le parallèle avec La vie est belle que j'ai détesté. Ici ce que j'apprécie, c'est la dérision. Le parcours de l'huissier crée l'avancée du livre. C'est racinien, avec une unité de temps, de lieu, d'action. J'ai moins aimé la logorrhée de la mère.

Katell
Je ne recommanderai pas ce livre. Toujours ce sujet de la deuxième guerre mondiale !!! Je suis d’accord sur la qualité de la langue -une Céline au féminin-, sur la facilité de lecture. Mais une belle langue ne fait pas un beau livre. J’ai trouvé intéressants les passages sur le culte du Maréchal qu’on a oublié ou ignoré. Les trouvailles Pétain-Putain sont marrantes. On ne croit pas à l’âge de la fille. J’attendais qu’elle viole l’huissier. Quant au sujet mère/fille, il est rasoir...

Monique
J'ai passé un bon moment de lecture. C'est dur, mais c'est drôle, avec ce côté irrévérencieux et la lutte contre tout ce qui est dénoncé. J'apprécie la dextérité de l'écrivain qui joue avec les différents registres. Le thème historique est en fait très actuel : la mère devant la télé dit très justement que cette saloperie existe toujours. Les relations grand-mère/mère/fille sont touchantes, avec ces histoires très lourdes qui passent de génération en génération ; la mère a complètement incorporé l'histoire de sa propre mère. C'est bien de se perdre dans les monologues, où l'on passe d'un personnage à l'autre. J'aime bien l'histoire de l'huissier : en miroir de cet homme qui fait un inventaire, la fille fait l'inventaire de ses histoires de famille. J'ai beaucoup aimé la chute : on se demandait si on n'allait pas au meurtre, meurtre de la mère ou de l'huissier.

Christine
C'est un livre dont j'aurais pu me passer. Je pense que j'ai été gênée par le style trop "bien écrit", trop recherché. La lecture est tellement fluide que rien n'a retenu mon attention. Pas une fois je ne me suis arrêtée pour réfléchir ou savourer. Je ne trouve pas ma place dans cette histoire en tant que lectrice. Des choses m'agacent, comme par exemple lorsqu'il est expliqué que Putain recouvre Pétain, Darnand et Bousquet. Pourquoi le dire ? Je préfère qu'on me laisse la liberté d'interpréter.
Les deux femmes, les trois en comptant la grand-mère, sont peut-être folles mais admirables. Évidemment elles sont du bon côté : résistantes. Comme par hasard dans la plupart des romans français qui traitent de cette période, les personnages principaux sont rarement collaborateurs. Du coup pour moi ce livre qui, on le sent bien, se veut contre l'ordre, le bien pensé, la morale, est complètement dans l'air du temps.

Loana
Je l'ai lu deux fois ; une première fois il y a quelques années, où, immobilisée, je lisais un livre par jour : c'est le seul dont je me souvienne, comme d'un livre extraordinaire. J'y retrouvais mon rapport avec ma mère, avec ma fille. Sans place pour les hommes… C'est un livre délirant.
A la re-lecture, je vois les procédés, l'échafaudage. J'ai lu plusieurs autres livres : La puissance des mouches, La conférence de Cintegabelle, Les belles âmes, La vie commune (extra !). Quelques conseils aux élèves huissiers (super !).

Claire
J'avais lu le livre quand il est sorti et l'avais bien aimé : je l'ai relu en pointillés pour ne pas me tartiner les longs monologues de la mère. J'apprécie la virtuosité de l'auteur, son humour. Elle n'excelle pas dans la distinction des voix, celles de la mère et de la fille se ressemblent. Il ne se passe rien, il y a une situation, point final : en cela, c'est une prouesse. J'ai été gênée par des invraisemblances : que la fille ait 18 ans me semble improbable, quand la mère évoque le diagnostic qu'elle suppose que le psy fait à son endroit ne me semble pas possible de la part d'une telle timbrée. La fin est too much : bof.
Je n'aime pas comment l'auteur répond à des interviews en décrétant la vérité sur son livre. Par exemple, on lui dit de son livre qu'"on en parle comme du discours d'une vieille femme rendue folle par l'assassinat de son frère par la milice." Et elle répond : "Oui, et là on passe à la trappe la moitié du livre, et même, si l'on veut, le livre entier ! Il s'agit d'un discours à deux, d'une transmission, de mère à fille, de la révolte et de la folie." Ou encore : "On me dit que j'ai écrit un livre sur la mémoire. C'est exactement le contraire ! La torture, la mort du frère, ce ne sont pas des souvenirs, mais de l'actuel." Je trouve cette attitude insupportable : il était question que Lydie Salvayre soit invitée ce soir, heureusement que ça ne s'est pas fait, ça aurait bardé ! Par ailleurs, toujours dans des interviews, quand elle dit "j'ai reçu une lettre d'un lecteur me reprochant d'avoir fait de l'huissier un vichyste, alors que la monstruosité ordinaire des huissiers se suffit à elle-même", alors là : j'ai la haine !
Par contre, son projet m'intéresse, lié à la transmission, quand elle dit que comme psy : "je vérifie chaque jour dans ma pratique qu'une histoire familiale qu'on a essayé à toute force de cacher, d'ensevelir, d'éliminer, finit par resurgir d'une manière ou d'une autre." Enfin, je le rapporte, bien qu'on s'en fiche un peu, le livre est le fruit d'une conversation avec un vieux monsieur, dans un café près de chez elle, place Edith Piaf. D'abord, il a montré son matricule de déporté. Ensuite, il a déversé sa bile, en évoquant son aversion pour le "maréchal Putain".

Sabine
Intelligent, séduisant, drôle, cynique, savoureux, fin : "pirouette et cacahuètes" !

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens

Quatrième de couverture :
Pendant la visite d'un huissier, chargé de dresser un inventaire avant saisie, deux femmes, à Créteil, revivent l'Occupation. Rose Mélie, la mémoire à jamais meurtrie, est une femme hantée par les figures de Pétain et Darnand, dont elle croit reconnaître la présence mauvaise dans le monde d'aujourd'hui.