Marie-Hélène LAFON, Flaubert, Buchet-Chastel, coll. "Les auteurs de ma vie", 200 p.

Flaubert nous permet de lire une quarantaine de pages d’une écrivaine dont nous n’avons encore rien lu dans le groupe (et que plusieurs d’entre nous apprécient) et un choix d’extraits mitonnés par Marie-Hélène Lafon :
- correspondance de Flaubert (23 p.)
- Madame Bovary (54 p.)
- L’Education sentimentale (31 p.)
- Un cœur simple (13 p.)
- Bouvard et Pécuchet (23 p.)
- et une page du Dictionnaire des idées reçues.
On plonge ainsi dans Flaubert, parcourant plusieurs livres, et avec des pages choisies (mais de bonne longueur pour que le maître se déploie) par une auteure d’aujourd'hui...


Gustave Flaubert (1821-1880)
Nous avons lu pour le 26 juin 2021 Flaubert de Marie-Hélène Lafon. NOS AVIS sont ci-dessous.

Le groupe de Tenerife, qui nous a donné l'idée de marquer le coup du bicentenaire de la naissance de Flaubert, l'a lu également, mais a lu d'abord Bouvard et Pécuchet. Nous avons décidé de le lire après...

Nous avons passé toute la journée du 26 juin à Rouen sur les traces de Flaubert. Voici les festivités :

Circuit de 2h guidé dans le centre de la ville, consacré à Flaubert, avec une guide rien que pour nous (qui avait lu Marie-Hélène Lafon, chut chut...)

Visite du musée des Beaux arts, avec deux expositions sur Flaubert :
"Salammbô : Fureur ! Passion ! Eléphants !” : Flaubert voyage en Afrique du Nord pour se documenter sur place, alors qu'il a commencé Salammbô. L'archéologie est alors balbutiante dans la région, et les historiens s'appuieront sur Salammbô pour leurs recherches ! Mais surtout, mais surtout... le roman fait un carton, et vu son succès, vu la mode qu'il déclenche, ce sont d'innombrables œuvres qui s'inspirent du roman, tableaux, sculptures, opéras, films, c'est un phénomène !

Salammbô aux colombes, de Georges-Antoine Rochegrosse
"Albert Fourié et Madame Bovary" : l’exposition montre comment un artiste tel que Albert Fourié s’est saisi du roman pour en donner sa propre vision.
Mais ceci n'a été possible qu'après la mort de Flaubert dont l'hostilité à l'égard des illustrations était vive : "Quant aux illustrations, m’offrirait-on cent mille francs, je te jure qu’il n’en paraîtra pas une. Ainsi, il est inutile de revenir là-dessus. Cette idée seule me fait entrer en frénésie. Je trouve cela stupide, surtout à propos de Carthage. Jamais, jamais ! Plutôt rengainer le manuscrit indéfiniment au fond de mon tiroir. Donc, voilà une question scindée !, écrit-il à son ami Jules Duplan. [...] Ah ! Qu’on me le montre, le coco qui fera le portrait d’Hannibal, et le dessin d’un fauteuil carthaginois ! Il me rendra grand service. Ce n’était guère la peine d’employer tant d’art à laisser tout dans le vague, pour qu’un pignouf vienne démolir mon rêve par sa précision inepte."

La Mort de Madame Bovary


Esplanade Marcel Duchamp en face du Musée des Beaux-arts



Visite "immersive" de l'exposition "Madame rêve en Bovary", visuelle et sonore (des "installations") : on est plongé dans l’univers du roman, dans la belle Maison Marrou et à l'Opéra : application à télécharger ici pour retrouver l'ambiance...

(À visiter en toute période, contrairement aux autres "événements" liés au bicentenaire) Le musée Flaubert :

qui est aussi musée de l’histoire de la médecine (le père de Flaubert était chirurgien-chef de l'Hôtel-Dieu de Rouen...) :
Échanges sur le livre lu au bar de l'Hôtel littéraire Flaubert où l'on trouve :
la brochure décrivant l'hôtel littéraire : on peut voir dans l'hôtel des éditions originales ; une bibliothèque multilingue de 500 livres de ou sur Flaubert est à la disposition des visiteurs  ; et les chambres sont personnalisées autour d’une œuvre, d’un personnage, d’un lieu ou d’un ami intime de Flaubert...

le plan de la ville de Rouen créé pour l'hôtel littéraire.
Concert "Flaubertiade" :
- conférence introductive sur "Flaubert et la musique" de Pierre Albert Castanet, musicologue, puis concert-lecture :
- avec Alain Bézu, lecteur des extraits de Flaubert
- Nathalie Beauval soprano et Philippe Davenet au piano, qui ont interprété des œuvres de Darius Milhaud (d’après Madame Bovary), d’Emmanuel Bondeville (directeur de l'Opéra de Paris de 1950 à 1969, auteur d'un drame lyrique d’après Madame Bovary), de Donizetti (une scène importante du roman a lieu lors d'un opéra du compositeur), de Philippe-Gérard et Georges Walter (chanson "Emma Bovary" chantée par Juliette Gréco) d’Isabelle Aboulker (d’après le Dictionnaire des idées reçues), d’Ernest Reyer (auteur d'un opéra d’après Salammbô), de Massenet (Hérodiade, opéra mais aussi titre d'un des contes de Flaubert)
=> LE PROGRAMME ICI
(des lectures et mélodies).

Flaubert
par Marie-Hélène Lafon

Nos 17 cotes d'amour et de non amour...
pas du tout du toutAnnick LEtienne José Luis Nathalie RRozenn
un tout petit peu DenisFannyGeneviève ManuelNieves
et même un peu plusClaire •FrançoiseLisaMonique LSéverine
c'est oui on aime
Jacqueline •Laura

Jacqueline
J'aime beaucoup ce qu'écrit Marie-Hélène Lafon, mais je ne sais pas s'il faut parler de Flaubert ou d'elle.

Claire
C'est du livre…
Jacqueline
Justement, à cause de Marie-Hélène Lafon, je me réjouissais de le lire et la première partie répondait à mon attente : C'est une déclaration d'amour. Il me semble que tout le monde aime Flaubert, Proust et beaucoup d'autres... J'ai découvert que Michon a parlé de Flaubert, que Michel Winock en avait écrit une biographie (je ne connaissais que celle de Sartre)... Là, c'est une biographie peu classique : c'est un point de vue et je l'ai aimé. En poursuivant, comme j'ignorais que c'était le principe de la collection, je n'ai pas compris tout de suite qu'il s'agissait d'extraits. Je trouve que c'est tout à fait dommage de lire Flaubert en extraits. Cependant, passée cette déception, je me suis rendu compte que le choix venait à l'appui du propos de la première partie. J'ai bien aimé que lorsqu'il s'agit de Madame Bovary, elle le centre sur Charles, ça change... et quand elle parle de l'influence qu'a eue Flaubert sur son écriture, je me suis demandé si ce que j'avais apprécié dans son Joseph, ce n'était pas justement cette influence... J'ouvre aux ¾.
(Jacqueline nous montrera après un travail sur Flaubert de Maurice Schöne, son grand-père maternel, fait après sa retraite, pendant la guerre, et racontera aussi que sa grand-mère paternelle connaissait par cœur a Tentation de Saint-Antoine...).

Nathalie
Mais qu'est-ce qui peut bien motiver un écrivain à se prêter au jeu de cette collection "Les auteurs de ma vie" ? Quelle idée peut-il concevoir d'un tel projet qui porte pompeusement un tel intitulé ? "Flaubert par" ? Existe-t-il même des thèses qui utilisent ce procédé pour attirer l'œil du lecteur ?
Je suis bien naïve, mais dans un premier temps, quand, après avoir payé la somme de 14 euros, j'ai ouvert ce que je venais d'acquérir au prix fort (sans rien lire avant), j'avoue que j'ai été assez enthousiaste. J'entrais dans le cercle intime de l'auteure et je m'y reconnaissais, étant une inconditionnelle du "saint ôm". Amusée, je me soufflais que moi aussi, j'avais mon petit rapport personnel avec lui, j'en avais découvert la graphie presque illisible (dans les manuscrits), les ratures, les ajouts, les commentaires, les remarques moqueuses, exaspérées parfois à l'adresse de son copiste qui se trompait [Nathalie a travaillé dans une équipe de bénévoles pour l'université de Rouen pour décrypter la correspondance, voir le résultat ici]. J'avais louché sur ses pâtés, j'avais bavé de joie à retrouver le mot perdu sous l'encre, j'avançais donc, en me tortillant sur mon fauteuil. Et puis, trente pages plus loin, je doutais soudain. Mais qu'étais-je en train de lire ? Ce texte, cette lettre, cet extrait "à la façon de"… était-ce un pastiche ? L'auteure avait-elle joué à "écrire du Flaubert". Je tournais les pages, déstabilisée. J'avançais, je reculais. Mais non, je réalisais tout à coup qu'on me proposait une visite guidée. Ah ! ça ! Non ! Mais qu'est-ce donc qui avait motivé le choix du groupe ! Je refusais d'aller plus loin. Flaubert ne se lit pas façon Lagarde et Michard. Flaubert doit étonner. Le texte crée du liant, de la gomme à vous résiner le cul sur une chaise. La lecture est longue mais elle surprend, elle entraîne, là, où l'écrivain veut nous emmener. Le lecteur assidu se retrouvera à trépider, sursauter, rager, transpirer… grogner, pleurer, rire sardoniquement, glousser en l'imaginant choisir ses mots, mais surtout il se laissera faire, se laissera porter par son rythme, ses ralentissements et ses bruyantes cavalcades, il suivra son esprit retors. Bref, je déteste les visites guidées où l'on se met des œillères, et dont on sort en se disant que "C'est là ce qu'on aura vu de meilleur" (sic). Qu'ajouter sur les titres intermédiaires qui m'ont usé les yeux ? Las, j'abandonnais aussitôt l'ouvrage, fonçais relire Madame Bovary puis entrais dans une lecture jubilatoire avec Bouvard et Pécuchet. Oui, mauvaise idée éditoriale, mauvaise idée de l'auteure qui, a bien dû se demander quand même ce que Flaubert aurait pensé de ce projet de découpage. Si l'on veut découvrir Flaubert, il faut pour moi, le lire en texte intégral. Il a suffisamment écrit pour que chacun puisse aller chercher le titre qui lui semblera le plus accessible. Pas question de "goûter" pour voir si on va en acheter ou pas. Si Flaubert nourrit, il n'a jamais été une denrée alimentaire. Je ferme entièrement et persiste à dire que je ne sais à qui je pourrais faire ce cadeau empoisonné. Je le ferme complètement. Je l'ai fermé d'ailleurs au sens propre et je suis allée lire Madame Bovary puis Bouvard et Pécuchet.
Je ne sais pas quoi faire du livre. Je vais le laisser dans la rue. Je ne peux l'offrir à personne, ce serait cruel.
Rozenn
Je ne peux pas l'abandonner, c'est un kindle. Mais je vais l'effacer. Les extraits, c'est non !
J'ai cherché sur Flaubert. J'ai lu la correspondance entre Maupassant et Flaubert. Flaubert a besoin d'argent...
J'ai relu Un cœur simple. Je n'aime pas Flaubert. Enfin, j'aime bien le lire, mais je ne supporte pas l'idée que ce soit Flaubert, c'est l'école.
J'ai lu des nouvelles de Lafon et c'est horrible et extraordinaire, j'ai hâte de lire un roman.

Annick L
Comme beaucoup d'entre nous je n'ai pas apprécié le parti pris de cette collection : la première partie me laisse sur ma faim, et le choix des extraits ne balaye pas assez large... tout ça est vraiment superficiel, en particulier pour Bouvard et Pécuchet (réduit à une citation de deux lignes) ! Au moins, j'ai pris plaisir à relire les extraits, avec une émotion particulière pour Un cœur simple qui me fait fondre littéralement.
J'avais lu l'essai que Sartre a consacré à Flaubert, l'Idiot de la famille...

Claire
... que 3000 pages (tome 1+tome 2+tome 3)...
Annick
... que j'avais trouvé autrement passionnant par son éclairage socio-psychanalytique, avec le sentiment que cet ouvrage apportait un éclairage singulier sur la personnalité et l'œuvre de cet auteur.
J'ai pourtant lu un roman de Marie-Hélène Lafon, Histoire du fils, que j'avais beaucoup aimé, cette auteure a une véritable plume. J'ai même envie de lire d'autres titres.
Donc je suis toujours aussi fan de Flaubert, je ne demande qu'à mieux connaître cette romancière mais je ferme ce livre-ci.

Claire
Je trouve excellente l'idée de cette collection "Les auteurs de ma vie" : un écrivain exprime sa passion pour un écrivain du passé et associe son anthologie personnelle. Pour ma part, je trouve Lagarde et Michard formidables et je préfèrerais lire des extraits que les livres entiers (moues indulgentes en guise de commentaire...).
J'ai lu aussi Histoire du fils de Marie-Hélène Lafon et ai beaucoup apprécié le style et la composition ; en revanche, je suis restée sur ma faim quant au "sujet", comme si celui-ci, vraiment faiblounet, n'était là que pour servir une réalisation formelle où l'on sent la jouissance d'écrire. Avec Flaubert, pas de problème a priori question "sujet", elle a de quoi faire... J'ai retrouvé sur-le-champ le style qui m'a paru délicieux, donnant une originalité à sa façon d'emporter le sujet. Et puis... et puis... j'ai trouvé qu'elle était au bord de se pasticher elle-même avec ses kyrielles de synonymes ("choisi, ourdi, mitonné, façonné" p. 18 et 20 lignes plus loin : "cette grâce inépuisable, insigne, énaurme, violente, capiteuse, foudroyante, lancinante, insoutenable et vertigineuse"), ses coupures après prépositions sans nom ("Être nourrie de, être adossée à."), ses phrases rythmées avec retour à la ligne ("En manger. En manger par cœur. Manger du Flaubert par cœur." p. 28).
J'ai été gênée par des références qui m'échappaient par méconnaissance de l'œuvre de Gustave, ce qui agace l'inculte comme chez Jaccottet... Et puis, j'ai lu l'avis de José Luis du groupe de Tenerife (j'y renvoie ici), qui a visiblement une très grande connaissance de Flaubert, et là j'ai trouvé ça cruel et horriblement pertinemment cruel.
Alors que le principe de la collection me semblait séduisant et que ce choix nous permettait d'entrer dans notre journée Flaubert en se baladant dans ses œuvres, accompagnés par une auteure qui a un souffle, j'ai trouvé un peu décevante la performance de MH Lafon : j'avais lu un livre dont la forme m'avait plu sans sujet convaincant, la forme ici a suscité des réserves et alors qu'elle avait un formidable sujet qui l'a dépassée. J'ai beaucoup aimé les lettres à la mère ; quant à l'extrait de deux lignes du Dictionnaire des idées reçues, c'est se foutre du monde : "que fait l'éditeur !"
Je me suis alors rappelé Le perroquet de Flaubert de Julian Barnes que nous avions lu en 1993 (...que 28 ans) quand nous étions allés visiter le pavillon Flaubert à Croisset : je me suis replongée dedans, quel plaisir ; il a réussi ce qu'elle a raté, mais il est vrai sans la contrainte de la correction. Lisez Le perroquet !

Françoise
Je vais un peu répéter. On reste sur sa faim. J'ai bien aimé le début. Puis quand on s'aperçoit que c'est des extraits, c'est un peu décevant. Mais ça m'a remis en tête Flaubert, pour ce que j'en avais lu (Madame Bovary, Un cœur simple...) et donné envie de lire Bouvard et Pécuchet, c'est pas si mal. C'est une lecture agréable et instructive. Je ne connaissais pas Lafon. J'ai lu L'annonce et Nos vies. . C'est agréable à lire. Je l'aime bien. C'est intéressant. Ça me donne envie d'en lire d'autres. Peut-être qu'au bout d'un moment, on se lasse. Nos vies m'a fait penser à Michon.

Rozenn
Dont elle est fan d'ailleurs.
Françoise
L'annonce m'a fait penser à Mauvignier (Histoires de la nuit). Mais j'ai vérifié et elle l'a écrit avant lui. Il s'en est peut-être inspiré. J'ouvre à moitié.
Denis
J'ai été plutôt déçu quand j'ai eu le livre en main : 14 euros pour des extraits de Madame Bovary, c'est de l'arnaque, et le texte introductif m'a paru bien léger pour justifier ce prix. Bon, pour être juste, j'ai apprécié la lettre à la mère, que je n'aurais certainement jamais trouvée dans la correspondance de Gustave.
Mais le principe de ce livre, à savoir demander à quelqu'un de pondre une intro et de choisir quelques extraits de l'œuvre, me paraît une mode que je retrouve dans l'expo Cartier-Bresson de la BNF. "On" a sélectionné (qui ? comment ? pourquoi ?) cinq notoriétés en leur demandant de choisir des photos parmi un corpus que Cartier-Bresson lui-même trouve de grande qualité, et d'exposer ce choix. L'expo est très belle, j'ai aimé, mais je n'ai pas eu la patience de chercher le principe directeur de chacune des notoriétés, et encore moins de leurs rapports les uns avec les autres. À quoi rime cette mise en scène ? À faire du neuf avec du vieux ?
J'ouvre ¼ pour la lettre à sa mère. C'est vrai que l'écriture de Flaubert dans sa correspondance est fabuleuse, dans mon souvenir - car cela fait longtemps que je n'y suis pas allé voir.
Lisa
Je me suis plongée dedans sans me renseigner. J'ai pensé à Sept femmes de Salvayre que j'avais aimé, j'étais impatiente. Je n'avais lu que les lettres à Louise Colet, une lecture horrible au lycée et Madame Bovary ne m'avait pas transcendée...
"Flaubert for ever" : ça commence comme un mot d'un élève de 4e, ça commence mal. Mais ça continue bien. J'ai bien aimé sa façon d'écrire. J'ai noté par exemple quand elle est enceinte : "elle s'arrondit de sa propre mort." Ou comme je ne suis pas mariée : "il sombre dans le mariage. " Je ne sais pas de quoi elle parle parfois dans certains passages. Je suis un peu déçue. Et puis c'est une escroquerie de ne pas dire qu'il y a des extraits. Oui, la correspondance est extraordinaire et donne envie de la lire. Il y a des phrases qui m'ont touchée et qui m'ont donné les larmes aux yeux par exemple p. 66.
Je suis perplexe devant cette collection. J'ouvre à moitié car j'ai envie de lire Flaubert.
Monique L
Ce livre déconcerte. Ce n'est pas un essai, ni un énième hommage à un grand écrivain. Je ne suis pas une admiratrice de Flaubert bien que j'aie beaucoup aimé Un cœur simple. Par contre j'ai fait plusieurs essais infructueux pour lire Salammbô.
La première partie du livre de Marie-Hélène Lafon, courte donc frustrante, nous livre ce qu'elle retient d'essentiel de Flaubert. J'ai été gênée par le style de cette partie. J'avais pourtant lu Histoire du fils que j'avais beaucoup apprécié.
La seconde partie regroupe des extraits de sa correspondance avec sa mère lors de son voyage en Orient que j'ai bien aimés, de certaines de ses œuvres : Madame Bovary, L'éducation sentimentale, Un cœur simple ,Bouvard et Pécuchet. J'ai relu ces extraits avec plaisir.
J'ai lu rapidement cet ouvrage. Ce qu'il m'en reste c'est que cela m'a donné envie de lire sa correspondance, enfin une partie… Il faudrait m'en extraire les plus intéressantes... J'ouvre à ½.
Séverine
Je ne veux pas être aussi dure que les précédents avis. Certes, je n'avais pas compris le concept du livre et je dois dire que j'ai été comme beaucoup un peu désarçonnée. Mais j'ai aimé, j'ai eu plaisir à lire ce livre. Le texte de Marie-Hélène Lafon m'a plu. On balaye la biographie de Flaubert par touches, le style est incisif. J'ai appris des choses. Certes, c'était un peu court… Quand j'ai compris ensuite qu'il s'agissait d'extraits, j'étais ravie. J'adore Madame Bovary. Ça reste mon roman préféré et j'ai pu le mesurer à cette relecture. J'ai très mauvaise mémoire mais j'ai pu me rendre compte combien j'avais gardé en tête le texte, les images, des tournures de phrases… bref, je me suis délectée à me replonger dans le texte (même partiel). J'ai pu découvrir des passages de L'Éducation sentimentale que je n'ai pas lu, mais je dois dire que quand on ne connaît pas l'histoire et les personnages, ces extraits ne permettent pas d'appréhender le texte de la même façon. En revanche, cela a été plus facile avec Bouvard et Pécuchet où j'ai plus eu le sentiment de comprendre la teneur du livre et je suis partante pour le lire… dans le groupe ou toute seule : en tout cas, c'est très tentant ! Il n'y a pas d'extraits de Salammbô, mais cela ne m'inspire guère… même si j'ai été épatée par l'influence incroyable de Salammbô. J'ouvre à moitié. J'avais aimé de Lafon L'annonce. Et s'agissant de la collection à laquelle appartient le livre, je suis perplexe concernant d'autres éditions où ce sont des auteurs morts qui sont censés parler de l'auteur de leur vie… je serai curieuse de voir sur quoi ils se basent…
Manuel
Je n'aime pas le style de Lafon, donc je n'ai pas été convaincu par sa prose. J'ai écouté une émission de France Culture récente où elle parle de Flaubert et c'était agréable. Je n'avais pas compris le principe du livre. J'ouvre au ¼.

Laura
Vous écouter a modifié mon avis. J'avais envie d'être très positive, de l'ouvrir en grand.

Tout le monde
Mais fais-le !
Laura
J'étais parfois d'accord avec vos avis, ce qui m'a fait prendre conscience qu'il n'y avait pas que du positif dans ce bouquin. Déjà, d'un point de vue tout à fait prosaïque, je n'aime pas la forme d'extraits, j'ai d'ailleurs été un peu déçue d'en voir autant. Je n'aime pas, parce que c'est réimprimer des bouts de livre déjà imprimés, et écologiquement ça m'énerve, même s'il peut y avoir de bons contre-arguments. Par ailleurs, je ne me souviens de rien, ou presque, une semaine après la lecture du livre. Alors là, je me dis qu'il y a peut-être un petit problème. Je me souviens parfaitement des extraits flaubertiens (hormis Madame Bovary, car ça suffit d'être spoilée…), mais pour ce qui est de Lafon… je me souviens de la forme, pas du fond. Par rapport à son écrit, j'étais un peu perdue parce que je n'avais pas encore lu Madame Bovary, je me suis perdue entre les Charles et je ne sais qui, ne sachant pas si c'était un personnage de Flaubert ou un de ses amis. En revanche, j'aime le style de Lafon ; il est très percutant, très rythmé, et il y avait de très beaux passages. J'aimerais bien la lire vraiment. Quant à moi, j'aime ce style facebook comme dit Etienne, ça change, ça a du culot. Quant aux extraits, j'ai eu beaucoup de plaisir à lire Bouvard et Pécuchet et Un cœur simple. Le point positif c'est que ça m'a donné envie de lire Flaubert. De plus, j'ai aimé le nom donné aux extraits, par exemple "Loulou for ever", je trouve ça hilarant. J'ouvre ¾.

Geneviève
Je ne l'ai pas lu mais je peux vous en parler ? Je viens de le feuilleter.

Claire
Une règle essentielle est que l'on peut donner son avis sur un livre qu'on n'a pas lu…
Geneviève
Dans les 40 pages écrites par Marie-Hélène Lafon, il me semble qu'elle a l'art de partir d'un détail, une parole pour extrapoler à l'œuvre, ça me paraît très intéressant. En ce qui concerne la sélection d'extraits, c'est une technique intéressante pour la Correspondance, considérant son volume. En revanche, lorsqu'il s'agit de Un cœur simple, c'est du gâchis. J'aurais eu envie de lire de véritables analyses de Flaubert. Mais surtout, le contrat de lecture n'est pas respecté : la seule mention en sous-titre ne suffit pas, il aurait fallu que soit mentionné sur la couverture et dans la 4e de couverture, qu'il s'agit d'une anthologie et pas d'une analyse.

À l'issue de nos échanges, nous décidons de lire
Bouvard et Pécuchet et un roman de Marie-Hélène Lafon...

Fanny (avis transmis de Nantes)
La lecture du livre de Marie-Hélène Lafon m'a permis de relire les morceaux choisis de Flaubert, en particulier l'éducation sentimentale. S'agissant de Flaubert j'ai lu il y a longtemps Mme Bovary, l'éducation sentimentale et un cœur simple et j'ai retrouvé le même plaisir. J'ouvrirais donc en grand si c'était de ses romans dont il était question.
Je suis plus réservée sur le livre de Marie Hélène Lafon. Je m'attendais à une sorte de biographie revisitée et entremêlée avec des extraits. Or il y a cette partie au début mais la suite se limite à un choix de morceaux choisis. Certes ces choix sont judicieux mais ils restent très classiques par rapport à ces romans. De plus il y a un grand déséquilibre en fonction des livres, plus l'ouvrage avance plus les extraits sont courts. Quel est le sens de faire une dernière partie sur le dictionnaire des idées reçues et de ne retenir que quelques lignes ?
Le début a été instructif sur la vie de Flaubert et notamment le rapport à sa mère. Mais j'ai trouvé son style plein d'emphase. Cela est peut-être à la hauteur de son engouement pour l'œuvre de Flaubert mais cela a plutôt eu comme effet pour moi de nuire à ma concentration.
J'ai fini le livre il y a plusieurs jours et avec ce petit recul mon plaisir de lecture reste centré sur les textes de Flaubert.
J'ouvre donc ¼ pour l'originalité du projet.

Nieves (avis transmis de Tenerife)
Qu'est-ce que la lecture de ce court texte m'a apporté sur Flaubert ?
Puisqu'il s'agit d'un livre très émotionnel et pas du tout académique, l'intérêt c'est l'approche de Flaubert en tant qu'être humain pour le lecteur. Il est vrai que, souvent, on lit les ouvrages en se rappelant tout juste le nom de l'auteur, même en ayant aimé énormément leur lecture. C'est ce qui m'est arrivé. J'avais lu trois grands romans de Flaubert sans avoir appris grand-chose sur Flaubert l'homme. C'est donc grâce à ce petit bouquin que je viens de connaître quelques aspects de sa vie, ses préoccupations, sa souffrance ou ses conflits.
Tout d'abord, j'ai beaucoup aimé les premières pages où elle décrit la difficile relation avec son père qui meurt sans avoir accepté le métier choisi par son fils. Puis m'a paru aussi très émouvante la correspondance avec sa mère, les soucis qu'il se faits pour que leur rencontre en Italie se passe bien, mais il y a aussi l'affliction que lui cause l'échec du mariage de sa nièce et les problèmes économiques qui en découlent. Voilà, donc, l'utilité de cette lecture.
Pourtant, je dois dire que j'ai été un peu déçue car je m'attendais à plus. Un titre si puissant ("Flaubert for ever") méritait d'apporter un peu plus d'information sur l'écrivain comme, par exemple, parler de sa correspondance avec Louise Colet, sa vie d'anachorète à Croisset…
D'autre part, par rapport au choix des extraits des romans, ceux de Madame Bovary m'ont fait découvrir Charles, sa fragilité, son côté innocent, aspects qui étaient restés pour moi dans un arrière-plan lors de ma lecture du roman.
J'ai trouvé également très touchants les passages sur Félicité, d'une grandeur inouïe dans sa simplicité. C'est, en effet, un personnage saisissant dans son énorme ignorance du monde. On comprend pourquoi MH Lafon, qui consacre ses livres à décrire cette région paysanne, solitaire, si lointaine de la capitale qui est son Cantal d'origine, ressent cette affinité, cette espèce de symbiose avec cette femme. C'est bien pour ça "qu'elle dépense un bon tiers de son temps et parole à citer et à commenter de longs passages d'Un cœur simple, ce 'roman de la servante' qui constitue selon elle le 'bréviaire absolu' des simples et des humiliés".
Cependant, les pages qu'elle a triées de Bouvard et Pécuchet ne m'ont pas émue autant. J'ai l'impression qu'elle a choisi les passages, si on peut dire, plus intimes : la rencontre des deux personnages, un moment de plaisir à la campagne, ensuite, par opposition à ce premier moment, leurs illusions perdues, leur désarroi dû aux mauvais résultats de leurs expériences. Et pour finir, encore un échec très personnel : celui de leur vie amoureuse. Moi, j'aurais trié des chapitres plus liés au contexte où les sujets sont infinis : l'agriculture, la chimie, l'anatomie, la médecine, la géologie, mais ce choix aurait probablement ôté l'émotion à la présentation de l'auteur voulue par MH Lafon…
Bref, une lecture qui veut être émouvante, mais que je trouve un peu légère par rapport à la magnitude de cet écrivain.

José Luis (avis transmis de Tenerife)
Plus qu'opportun, c'est surtout un livre opportuniste, celui que Marie-Hélène Lafon a pondu il y a un peu plus de deux ans, quand l'année du bicentenaire de la naissance de Gustave Flaubert se profilait à l'horizon proche. Je suppose qu'il s'agit là d'une commande de l'éditeur, mais, quand même, fallait-il l'accepter quand on aime l'auteur, surtout un auteur comme Flaubert ?
Et puis, à quel public s'adresse et le livre et cette collection - pages choisies, bonnes feuilles ou Reader's digest ? - dont il fait partie ? À des gens affairés désireux de se donner une patine de culture littéraire à utiliser, pour faire sérieux et cultivé, dans les réunions sociales ou dans les rencontres amoureuses ? À des lycéens, voire des enseignants, paresseux ou pressés ? Il y a, c'est vrai, cette quarantaine de pages que madame Lafon écrit comme première partie du livre. Pages qui ne sont pas une introduction aux textes de la deuxième partie, ni une justification des choix faits, et moins encore une explication des textes. On regrette de ne pas y trouver l'une ou l'autre de ces orientations, et de préférence les trois. À la place, l'écrivaine nous propose un échantillon de son écriture - hachée, en sursauts, bien peu flaubertienne -, un chant d'amour à la personne et l'œuvre de l'ermite de Croisset et une sorte de dialogue avec les romans de celui-ci, entre ces romans eux-mêmes et, enfin, entre les personnages qui les peuplent. Le résultat est paradoxal, parce que le discours que Marie-Hélène Lafon met en place ne peut être vraiment compris, ou apprécié, que par des lecteurs ayant beaucoup fréquenté déjà Flaubert et, en conséquence, toute la deuxième partie du livre est de trop, sauf à viser - c'est encore une autre possibilité - un public de nostalgiques fatigués.
Mais parlons-en, de cette deuxième partie. Et tout d'abord, pourquoi avoir choisi, dans la Correspondance, les lettres adressées à sa mère, quand, par exemple, celles échangées avec Louise Colet, au début de sa carrière littéraire, et à George Sand, presque à la fin de celle-ci, sont, sous tous les points de vue - personnel et aussi, et surtout, ceux concernant la pratique et la théorie littéraires - beaucoup plus riches et importants ?
Quant aux choix faits au sujet de Madame Bovary, je suis étonné qu'ayant décidé de proposer au lecteur le récit de la première visite de Charles chez le père Rouault, qui se termine par la célèbre et torride scène de la recherche à deux, Emma et Charles, de la cravache - un chef-d'œuvre à elle seule, cette scène -, madame Lafon n'ait pas voulu enchaîner avec cette autre scène qui vient pratiquement juste après et que, d'une certaine manière, fait pendant, puisque l'érotisme cru de la précédente cède la place à l'arrivée de l'amour :

"Lorsqu'on n'avait pas encore amené son cheval, elle restait là. On s'était dit adieu, on ne parlait plus ; le grand air l'entourait, levant pêle-mêle les petits cheveux follets de sa nuque, ou secouant sur sa hanche les cordons de son tablier, qui se tortillaient comme des banderoles. Une fois, par un temps de dégel, l'écorce des arbres suintait dans la cour, la neige sur les couvertures des bâtiments se fondait. Elle était sur le seuil ; elle alla chercher son ombrelle, elle l'ouvrit. L'ombrelle, de soie gorge de pigeon, que traversait le soleil, éclairait de reflets mobiles la peau blanche de sa figure. Elle souriait là-dessous à la chaleur tiède ; et on entendait les gouttes d'eau, une à une, tomber sur la moire tendue."

Ce qui est extraordinaire dans les deux cas c'est que Flaubert ne parle d'érotisme ou sexualité dans le premier cas, ni d'élan d'amour dans le second et pourtant, sans le dire explicitement, les deux émotions y sont parfaitement transparentes. C'est que c'était là l'essentiel du talent inimitable de l'auteur : montrer, faire voir, sans le dire et en restant parfaitement absent.
Pour faire court - je sais que je suis déjà trop long - je ne m'arrêterai plus que sur L'Éducation sentimentale, où les choix me semblent très pertinents, surtout, d'un côté, les deux passages où madame Arnoux et Frédéric se rencontrent pour les deux dernières fois - avec, dans la deuxième, ce coup de tonnerre, ou son de glas, final qui est ce "Et ce fut tout" - et, de l'autre, celui de la fin, sauf que, dans ce dernier cas, la portée significative de ce texte conclusif aurait beaucoup gagné à commencer quelques lignes plutôt :

"Et ils résumèrent leur vie.
Ils l'avaient manquée tous les deux, celui qui avait rêvé l'amour, celui qui avait rêvé le pouvoir. Quelle en était la raison ?
- 'C'est peut-être le défaut de ligne droite', dit Frédéric.
- 'Pour toi, cela se peut. Moi, au contraire, j'ai péché par excès de rectitude, sans tenir compte de mille choses secondaires, plus fortes que tout. J'avais trop de logique, et toi de sentiment.'
Puis, ils accusèrent le hasard, les circonstances, l'époque où ils étaient nés.
Frédéric reprit :
- 'Ce n'est pas là ce que nous croyions devenir autrefois, à Sens, quand tu voulais faire une histoire critique de la Philosophie, et moi, un grand roman moyen âge sur Nogent, dont j'avais trouvé le sujet dans Froissart : Comment messire Brokars de Fénestranges et l'évêque de Troyes assaillirent messire Eustache d'Ambrecicourt. Te rappelles-tu ?'
Et, exhumant leur jeunesse, à chaque phrase, ils se disaient :
- 'Te rappelles-tu ?'"

Mais la décision qui me semble la plus incompréhensible est celle de ne citer qu'une seule entrée, "Homère", du Dictionnaire des idées reçues. Pour moi, ça tient du mystère. Ne creusons pas, puisque Marie-Hélène Lafon a voulu garder le secret de ses choix.
Un mot pourtant, avant de conclure : de son propre aveu les ruminations que l'écrivaine partage avec nous "ont été nourries par la biographie de Gustave Flaubert publiée par Michel Winock en 2013". Un peu court, non ? C'est vrai qu'elle ajoute aussi la Correspondance, mais quand même !

 

Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :
                                        
à la folie
grand ouvert
beaucoup
¾ ouvert
moyennement
à moitié
un peu
ouvert ¼
pas du tout
fermé !

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens