trad. Pierre Arnaud (2000), Imaginaire Gallimard, 308 p. et Pléiade

Quatrième de couverture : "Alors que vers la fin du XVIIe siècle le roman noir semait ses naïves terreurs dans les foyers anglais, Jane Austen, née en 1775 et qui écrit depuis l'âge de douze ans, ne s'intéresse ni à l'histoire ni à la politique ni aux fantômes. Elle n'a de goût que pour la vie - la vie telle qu'un œil acéré peut en surprendre les manèges dans un salon, voire une salle de bal où les jeunes gens dansent, tandis que leurs parents évaluent rentes et dots. [...]
Dans ce chef-d'œuvre, qu'elle a remanié en 1815, Jane Austen, sans doute l'un des esprits les plus implacablement satiriques de toute la littérature, traite sa protagoniste non comme une créature de chair et d'os, à l'instar de tous les romanciers, mais bel et bien comme une héroïne de roman égarée au milieu de conjonctures qui, par rapport aux habitudes du genre, la rabaissent aux yeux du lecteur.
Et c'est avec une allégresse féroce que Jane Austen nous la montre se comportant, à la moindre occasion, en référence à son livre de chevet, Les Mystères d'Udolphe d'Ann Radcliffe, publiés en 1794, juste avant qu'elle ne commence elle-même L'Abbaye de Northanger.
Ainsi parodiait-elle le roman gothique et ses candides lecteurs, promis aux mêmes déboires que Don Quichotte intoxiqué par les ouvrages à la gloire de la chevalerie. Et ainsi, du même coup, annonçait-elle et énonçait-elle l'idée qui serait plus tard au cœur de la modernité, et selon laquelle la vie finit toujours par imiter l'art." (Hector Bianciotti)

Jane AUSTEN (1775-1817)
Northanger abbey ou L'abbaye de Northanger (publié en 1818, traduit en français en 1824)

Nous avons lu ce livre pour le 23 septembre 2022, le nouveau groupe pour le 30 et le groupe breton en novembre.
Nous avions auparavant lu
Raison et sentiments en 1996 et Orgueil et préjugés en 2006.

Nous avons pu visionner une adaptation à l'écran : Northanger Abbey de Jon Jones (2007) avec Felicity Jones et J.J. Feild. Le film complet est en ligne ici en vo.

AUTOUR DU LIVRE
Biographie
Adaptation à l'écran
L'histoire du livre
Plusieurs traductions de Northanger Abbey
Radio
Les romans de Jane Austen
L'austenmania
Les écrivains et Jane Austen

Nos 17 cotes d'amour
Annick L Catherine Fanny Françoise Laura Séverine
Claire DanièleEtienneJacqueline
Brigitte Katell Monique L Richard
Muriel Nathalie R

Annick A n'a pas assez lu pour se prononcer

Nathalie R(avis transmis)
Je suis aux trois quarts du roman et au premier quart de la bio. J'avoue que je préfère la bio au roman.
Et pour une fois, c'est la bio qui me donne envie de revenir vers le roman pour essayer d'en capter la saveur, ce qui n'a pas du tout été le cas lors de cette première lecture qui a eu tendance très rapidement à m'ennuyer férocement. Je l'ai trouvée extrêmement répétitive.
Or la bio met l'accent sur ce qui n'est pas présent dans l'œuvre de Jane Austen - les événements politiques, militaires, les enfants. Et tout à coup, oui, le récit prend une autre épaisseur. Mais il faudrait donc le relire.
En conclusion... J'aurais dû commencer par la bio.
Je me suis très vite sentie étouffée par cet univers non productif, très vide, semi-mondain dans lequel on passe son temps à déambuler et à penser à des choses futiles ou sentimentales. Et puis il y avait toutes ces conventions auxquelles nous ne sommes pas habitués, toutes ces politesses insupportables, ces difficultés à faire des choix pour ne pas heurter, ces communications non dites sur lesquelles des destins se jouent. Cela ne m'avait pas plu. Je sens bien que c'est la peinture d'une époque et d'un groupe microscopique, mais cette peinture ne m'intéresse pas. J'ai l'impression d'avoir vu un feuilleton sur Netflix. J'ai eu beaucoup du mal à ressentir la saveur de la satire et l'intérêt sociologique. C'est un monde trop réduit - à la fois dans le temps et dans l'espace.
J'ouvre ¼ parce que je sais que ma perception est probablement liée à mon âge, ma nationalité, et mon état d'esprit.

Séverine (avis transmis)
L'avis entier est pour Northanger Abbey. J'ai été heureuse de lire enfin du Jane Austen. J'ai beaucoup aimé ce roman qui se dévore (quel plaisir de le retrouver à chaque fois !). On ne peut pas dire : c'est très anglais ! Découvrir Bath sous cet angle était un pur bonheur : toutes ces "rooms" dédiées à différentes interactions sociales. Ce manège des gens qui ont de l'argent et rien d'autre à faire que d'être en représentation (et de se caser !). Et surtout quel roman pour midinettes ! Même si on se doute que ça va bien finir, on frémit à chaque rebondissement (bon la colère du capitaine m'a paru un peu hors de propos… et exagérée). Et bien sûr, comment ne pas sourire aux pointes d'humour et à l'adresse directe du narrateur/auteur en train de conter la vie de son "héroïne". J'ai bien aimé la parodie de roman gothique dont Catherine est si friande et qui va se "faire un film d'horreur" à son arrivée à Northanger Abbey. D'ailleurs, s'agissant du lieu et du pouvoir des bâtiments, de leur charge romanesque, ça m'a fait penser au roman de Daphné Du Maurier Rebecca superbement adapté par Hitchcock et la magie/horreur de Manderley (apparemment Du Maurier compte dans ses sources d'inspiration Jane Austen… tiens, tiens…). Et il y a aussi une histoire d'amour compliquée par les événements et les méchants.
Juste pour finir, je dirais que quand je parle de roman pour midinettes, ça n'est pas négatif (parce qu'on aime toutes ça !!!) et surtout je pense qu'Austen est très subtile dans son analyse de la société et des relations humaines… sous la couche superficielle, il y a une couche profonde et très intéressante (novatrice pour l'époque ? surtout venant d'une femme ? pas assez informée de son travail et de la réception à l'époque pour juger). Bref, je l'ouvre en grand et je pense que je vais continuer à découvrir cette auteure pour le pur plaisir de la lecture !

Muriel(avis transmis)
J'ai lu 200 pages et j'avais déjà essayé de lire
Orgueil et préjugés. C'est un univers qui ne m'intéresse absolument pas : robes en mousseline, recherche de maris, bals... Je trouve ça cucul, et le style ne m'a pas épatée. Donc, j'ai arrêté. J'ouvre ¼ pour l'encre.
Monique L(avis transmis)
Le début du roman m'a intéressée : le fait de décrire une anti-héroïne tout en décrétant en faire l'héroïne du roman.
L'histoire du séjour à Bath est assez plate et redondante. L'ironie de l'auteur ne m'a pas empêchée de trouver tout ce passage très long. Cela se lit néanmoins très facilement, c'est léger.
J'ai trouvé plus d'intérêt au séjour à Northanger Abbey grâce à l'imagination de Catherine liée à ses lectures.
J'ai trouvé du charme à l'écriture, mais l'intrigue et la fin me font penser à un roman à l'eau de rose.
J'apprécie la dérision manifeste que l'autrice manipule avec dextérité, j'aime le ton qu'elle emploie, ses réflexions. Mais ce qui domine c'est le manque de profondeur de l'histoire.
J'ouvre à moitié.
Fanny
(avis transmis)
Je suis à 50 pages de la fin je lis ce livre avec grand plaisir.
Pour moi tout l'art tient au décalage que prend l'auteur et à travers lui le narrateur, avec ses personnages. En clin d'œil à notre lecture précédente, Catherine est vraiment une oie. Elle en serait presque insupportable.
Mais quel humour ! (Nathalie, tu as trouvé ça drôle ?).
Le récit en lui-même aurait pu me paraître ennuyeux, tellement l'existence de cette pauvre Catherine me paraît plate et sans intérêt, mais la distance de l'auteur avec son personnage qui transparaît à chaque page est truculente. D'autant plus en le restituant à l'époque. Les scènes de dialogues ont un côté assez théâtral et très visuel.
Hâte de lire vos avis à défaut de les entendre en direct.
Pour ma part c'est grand ouvert.
Annick L(en direct comme les suivants)
Je partage totalement l'avis de Fanny.
J'ai découvert avec intérêt cette auteure à travers deux adaptations de ses œuvres au cinéma. Mais c'est le premier livre que je lis, et j'y ai pris grand plaisir. Jane Austen a beaucoup de talent. D'abord pour brosser, durant toute la séquence du séjour à Bath, un tableau pittoresque et vivant (le récit est très dialogué) de cette société provinciale anglaise, figée, dans ses conventions, ses préjugés et ses soucis d'argent. Je ne peux pas dire que la vie et les préoccupations de ces personnages me passionnent fondamentalement. Mais ce qui m'a beaucoup plu, c'est l'acuité du regard porté sur leurs petites histoires, à distance, plein d''ironie, de distance. J'ai souvent souri de la bêtise, de la futilité de leurs préoccupations (Mme Allen en est un bel exemple !). J'ai même ri en lisant la scène de parodie du roman gothique. Et, même si tout cela se passe au 18e siècle, on peut retrouver certains travers chez nos contemporains.
Et puis le personnage de Catherine Morland s'avère attachant. D'abord parce que c'est une lectrice passionnée et que je peux m'y reconnaître, mais surtout parce qu'elle évolue et s'étoffe progressivement (une sorte de récit d'éducation). Elle va réussir à se débarrasser de l'horrible John Thorpe et à prendre du recul avec son "amie" Isabella, une manipulatrice sordide. Elle réussira même à faire un choix proche de ses sentiments, à la fin du roman. Cette "anti-héroïne" si naïve et idéaliste au départ (trop de lecture de romans) ne manque pas de ressources et ce portait est assez fin psychologiquement.
Au-delà, cette peinture de mœurs dénonce, sans en avoir l'air, le statut des filles-femmes à l'époque : à Bath elles viennent se "vendre" sur le marché du mariage et les hommes n'ont plus qu'à faire leur choix. Rien à voir avec l'amour ! Les critères du rang social et du patrimoine potentiel des candidates sont déterminants et les pères de famille surveillent attentivement les affaires ; le personnage du général Tilney en donne un exemple frappant. Jane Austen, qui ne fréquentait pourtant qu'un cercle fermé de relations pourrait-elle être qualifiée de féministe (avant la lettre) ?
J'ouvre en grand.
Etienne(à l'écran)
Je continue sur cette lancée positive. J'ai beaucoup apprécié. C'est extrêmement drôle, tordant même. Je ne m'y attendais pas. À cette distance burlesque. Elle est tellement naïve, à la Gaston Lagaffe. Il y a des réflexions à l'eau de rose qu'on ne prend pas au sérieux et une critique de tout le système, de cette hiérarchie. C'est mordant, impertinent, léger, drôle. Je l'ai lu très rapidement : c'est un page-turner. C'est mon premier Jane Austen. Je l'ai lu dans la traduction de Josée Salesse-Lavergne (1980), un peu désuète, ce qui rendait encore plus drôle. Et quand elle imagine que le général a tué sa femme, c'est encore plus drôle quand elle découvre qu'elle s'est bien plantée. J'ouvre aux ¾, c'est une belle lecture.
Laura
Je crois bien, pour la première fois depuis un long moment, avoir enfin apprécié un livre en entier. Aucun passage ne m'a déplu. Je me suis sentie emportée dans les pensées de Catherine relatées par l'autrice, dans son histoire, dans ses espérances, dans ses déceptions, et dans son amour aussi. Ce qui me donne, évidemment, le désir le lire d'autres ouvrages de Jane Austen, même si j'imagine bien que Northanger Abbey tient une place un peu à part.
Ce que j'ai aimé particulièrement, ce n'est pas l'histoire en elle-même, qui en soi est des plus banales, des plus communes, mais la manière de raconter cette histoire. Cela peut paraître évident, mais j'ai aimé cette ironie flagrante que s'amuse à utiliser l'écrivaine tout au long de son texte. On voit qu'elle s'est amusée, qu'elle a adoré écrire son manuscrit. C'est donc cette ironie, cette distanciation de l'autrice avec d'un même coup ses personnages et le lecteur, le fait même qu'elle se moque ouvertement de lui, alors qu'il attend les tournures romanesques habituelles, que j'ai trouvé géniale. Jane Austen met le lecteur face à son propre comportement, elle le lui dévoile : son ouvrage est presque la simple occasion d'un diagnostic psychologique du lecteur à travers la description de ses symptômes. Elle nous prouve qu'elle nous connaît parfaitement, et s'applique alors à nous frustrer. J'ai donc aimé le fait que Catherine soit décrite de manière répétitive comme n'étant pas une héroïne, alors même que la fin de l'histoire semble signifier le contraire. Au sujet de cette fin heureuse que j'espérais pouvoir attendre, j'ai l'impression que Jane Austen a eu un peu de compassion pour son lecteur. Car au vu des 320 pages précédentes, j'aurais pu m'attendre à tout sauf à un mariage. Tout, c'est-à-dire ici : à la quotidienneté, la vie réelle sans de tels rebondissements. Car justement, il me semble que l'autrice met tout en œuvre pour ne mettre en scène que l'ennui et les déceptions de la vie quotidienne (autant lors des premiers jours passés à Bath, qu'une fois face à l'intrigant coffre de Northanger Abbey.) L'arrivée à Bath me semble d'ailleurs trainer en longueur, comme si l'autrice était parvenue à témoigner du fond à travers la forme, ce qui est sûrement le cas, car j'attendais impatiemment comme Catherine l'avènement du point central de l'histoire : la fameuse abbaye. C'est précisément dans ce passage que j'ai trouvé Jane Austen brillante. Elle manie avec perfection le jeu du chat et de la souris. Sans cesse elle fait en sorte que tous les éléments soient réunis pour enfin changer de registre et passer à l'horreur (autrement dit, me satisfaire, moi lectrice, qui n'attend que cela depuis le début et qui suis narguée par le spectre d'Udolphe), mais elle semble en être empêchée presque contre son gré : ce sont les lieux et les personnages eux-mêmes qui résistent au registre. Bref, j'ai été prise dans l'histoire et j'ai bien ri des espoirs déçus de Catherine. Sur ce point, elle pourrait presque témoigner d'un certain bovarysme : elle s'identifie à ses héroïnes de manière répétitive, mais ses attentes restent insatisfaites. En plus de toute cette ironie, j'ai évidemment apprécié la bonté du personnage de M. Tilney, mais encore plus la remarque de l'autrice à son sujet (éd. Archipoche, p. 324) : "Je dois confesser que son affection avait eu pour origine quelque chose comme un sentiment de gratitude : il l'avait aimée de l'aimer."
Après avoir le livre, j'ai visionné le film. Il n'est clairement pas aussi complet que l'ouvrage, mais la trame générale était là et m'a bien amusée, même si l'ironie semble s'être un peu effacée pour y préférer une sorte de conte de fée (je ne dis pas non). Mais le plus que le film m'a apporté, c'est que je suis follement tombée amoureuse du sourire de M. Tilney...
Grand ouvert.
Richard(qui fait son come-back avec une écrivaine britannique comme lui...)
J'ai lu il y a très longtemps deux romans auxquels celui-ci ne ressemble pas. J'avais une telle image de son écriture avec Emma et Orgueil et préjugés que j'ai été un peu déçu. Je n'ai d'ailleurs pas compris tout de suite l'ironie. Le début paraît trite comme on dit en anglais, c'est-à-dire léger, sans grande signification et, du coup, on s'en lasse très vite, et certains aspects sont peu crédibles. C'est pourtant mon auteur préféré avec tous ces jeux psychologiques des personnages des autres romans lus. L'ironie ? On ne peut se mettre au diapason de ce qu'elle veut communiquer. J'ai reposé le livre. Quelqu'un a parlé de Netflix ? C'est un peu Dallas... léger, superficiel. Sauf à y glisser ses propres idées. J'ouvre à moitié et je m'en vais me retourner vers les autres classiques d'Austen.
Brigitte(à l'écran)
J'ai lu ce livre jusqu'au bout, mais j'ai sauté plusieurs passages. Je n'en pou
vais plus des discussions pour savoir si Catherine irait ou pas avec ses amis à l'excursion prévue, etc.
C'est intéressant pour la description quasi caricaturale d'une société snob et souvent très intéressée.
J'ai cependant apprécié la fine description des états d'âme de l'héroïne, tellement naïve et sentimentale, férue de romans un peu niais. Finalement, elle découvre peu à peu les manipulations mesquines de son entourage et devient adulte.
Je note tout particulièrement, aux pages 37 et suivantes en 10/18, le développement de Jane Austen sur le "roman". Peut-être s'adresse-t-elle à nous, lecteurs de romans.
J'ouvre à ½.

Katell

Il y a 25 ans, il y a eu une "austenmania" (avec la sortie du film Raisons et sentiments de Ang Lee, la mini-série Orgueil et Préjugés, Emma, l'entremetteuse avec Gwyneth Paltrow...). À cette époque, j'ai lu tous les romans de Jane Austen (il y en 6) et même le 7e Sanditon, son roman inachevé par sa mort. C'est dire que je suis fan.
Cependant, Northanger Abbey, roman écrit dans sa jeunesse et repris par la suite, est à mon sens un roman mineur. Les trois parties (à Bath, à Northanger Abbey et l'épilogue) sont mal équilibrées. Mais on trouve en germe tout le génie et l'ironie de Jane Austen, les réflexions universelles comme cette description de John Thorpe et de son équipage. On pourrait la transposer de nos jours avec les possesseurs de voitures de sport ou de luxe. J'ai été moins passionnée par le pastiche de roman gothique et je trouve que la fin est bâclée. J'ouvre donc à moitié car ce n'est pas son meilleur. Et j'envie celles et ceux qui vont découvrir les autres romans qui sont des chefs-d'œuvre.
Claire

Je suis allée à Lübeck parce que nous lisions Les Buddenbrook, je suis allée à Bath puisque nous lisions Jane Austen...
J'ai d'abord lu la biographie avec grand intérêt. J'ai trouvé le défi bien relevé : faire une biographie originale après tout ce qui a déjà été fait. À savoir centrée sur l'évolution de l'écriture. J'ai été légèrement gênée quand les romans étaient évoqués et que le lecteur était censé les connaître. Car si j'ai lu et aimé les deux romans lus à Voix au chapitre, je ne me souviens plus des personnages. J'ai apprécié également la juste distance, entre l'admiration et la prise en compte des réserves existantes : par exemple, son manque de "conscience politique".
Quant à L'abbaye de Northanger, j'ai vraiment beaucoup aimé : l'humour avant tout, les jeux avec le lecteur, les effets rigolos de la lecture des romans gothiques, les jeux de séduction et de société qui restent éternels. J'aurais raccourci un peu la première partie. J'ai beaucoup aimé Henry Tilney. Pour moi, contrairement à Nathalie, Catherine n'est pas une oie... Et certaines analyses m'ont semblé vraiment subtiles.
Je craignais de voir le film : j'ai trouvé très réussie cette adaptation, avec deux personnages masculins (les méchants) un peu trop caricaturaux. Le plaisir vient aussi de la lecture préalable.
Quant à l'histoire du livre et celle de la traduction, des traductions, voilà des rebondissements dont j'ai été également friande.
Catherine
J'ai lu tous les romans d'Austen quand j'étais ado. J'en ai relu certains plus tard, avec un regard un peu différent. C'est d'ailleurs un des intérêts de ces romans, il y a plusieurs grilles de lecture. Je suis fan absolue de Jane Austen. Je les ai donnés à lire à mes enfants, y compris mon fils. Trop souvent, ce sont uniquement les femmes qui lisent les romans de Jane Austen et c'est dommage.
Je n'avais pas relu Northanger Abbey depuis ma jeunesse. Ce n'est pas mon préféré, il est moins subtil, moins abouti que Raisons et sentiments, Orgueil et préjugés ou Emma mais il est particulièrement drôle car très ironique. Le personnage de Madame Allen par exemple, qui ne parle que de ses robes, de leur tissu, de leur prix au mètre. Ce ne sont pas du tout des romans à l'eau de rose ou frivoles. On y trouve une peinture au vitriol de la société de son époque, des conventions sociales, de l'omniprésence de l'argent. Les femmes ont une valeur marchande et le sort de celles qui ne parviennent pas à se marier, le mariage étant seul à même de leur donner une position sociale et un foyer, est particulièrement tragique. Elles sont considérées comme inaptes à réfléchir, on les préfère ignorantes. Le point de vue de Jane Austen n'est pas réellement féministe, elle n'exprime pas ouvertement de jugement, elle fait un constat. Mais pour l'époque, c'est déjà beaucoup. Il n'y a pas vraiment de happy end à mon sens, les héros se marient, mais ce qu'on voit des couples mariés dans les romans d'Austen, à quelques exceptions près, ne fait pas rêver.
J'ai trouvé intéressantes les réflexions du narrateur sur la littérature, sur le roman qu'il défend. Les positions sur la question des deux prétendants de Catherine, Thrope et Tilney, sont révélatrices. L'autre débile, Thorpe, évidemment, ne lit pas de romans - comme beaucoup d'hommes d'ailleurs y compris aujourd'hui, alors que Henry les apprécie. Je trouve néanmoins que même Tilney finalement est assez conventionnel, comparé à Catherine, qui a des opinions beaucoup plus personnelles. On le voit par exemple lorsqu'ils se promènent dans la campagne, lorsqu'elle s'extasie devant un beau paysage et qu'il lui explique doctement que ça n'est pas vraiment beau. Il finit même par la convaincre que la vue sur la ville de Bath n'est pas intéressante et qu'il ne faut pas l'admirer.
La partie sur le roman gothique est amusante aussi, en particulier les terreurs un peu fabriquées de Catherine dans l'abbaye qui ouvre un coffre en tremblant et trouve une note de blanchisserie...
J'apprécie beaucoup l'écriture, même traduite. La description des personnages, les scènes de bal, la description de l'abbaye : on a l'impression d'y être. J'ai beaucoup aimé l'incipit, dans lequel elle décrit Catherine comme une enfant ordinaire, plutôt laide, une anti-héroïne.
J'ai lu la biographie après et écouté les quatre émissions de France Culture, très intéressantes, ce qui permet de découvrir l'arrière-plan contemporain de Jane Austen, sa vie et tous les événements de son époque, la Révolution française, Napoléon, les guerres contre la France, par rapport à son milieu clos sur lui-même.
J'ai aussi aimé le film, les scènes ''gothiques" sont très drôles.
J'ouvre en grand.
Jacqueline

Dans l'état de fatigue où j'étais quand je l'ai commencé, ce roman a été une délicieuse surprise : j'ai adoré le début, le ton alerte, l'ironie sur les conventions romanesques, la présentation d'une héroïne "ordinaire", fille d'un clergyman "ni méprisé ni pauvre" et dont la mère ne la mettra pas en garde contre les machinations des baronnets puisqu'elle n'en fréquente pas...
C'est un roman de formation et j'ai pensé que ce devait être le premier roman de formation d'une fille (destiné aux filles ?), en tout cas je n'en connais d'autres que beaucoup plus récents alors que toute la littérature, et à cette époque, regorge de romans de formation de garçons...
Je pense que ce côté histoire de jeune fille a joué dans mon plaisir avec une petite pensée pour Papa Faucheux" où Les quatre filles du docteur March.
Je n'ai peut-être pas tout lu avec le même plaisir que le début, mais j'ai trouvé remarquable le mélange d'ironie, de distance dans le récit et de justesse dans la description des impressions de cette jeune fille et de leur évolution.
En même temps, on est dans un roman. Les petites invraisemblables comme, par exemple, la confiance accordée par le général aux propos de quelqu'un comme Thorpe, passent en tant que ressorts du roman. Les conventions du genre sont respectées : illusions dissipées, péripéties parfois dramatiques, mariage à la fin. En même temps, il y a une peinture de la société de l'époque ; la première rencontre des héros au bal est orchestrée par le maître de cérémonie : la fille de clergyman épousera un clergyman. Ils seront heureux certainement, mais auront-ils dix enfants comme les parents de Catherine ?
J'ouvre aux ¾.
Danièle
Je n'avais jamais lu Jane Austen. J'ai tout le temps souri, j'ai même ri pendant la lecture de ce roman. C'est rare ! J'avais quelquefois des scrupules, en pensant que c'était un peu à l'eau de rose. Mais, dans un roman à l'eau de rose, on ne rit pas ! On se laisse prendre par l'action. Ici l'auteure a su créer la distance ironique et malicieuse qui fait tout le plaisir de la lecture et qui est à la base de sa satire sociale.
Par ailleurs, le style pourrait sembler lourd avec la longueur de ses phrases et la recherche constante d'exactitude dans les descriptions. Mais curieusement, l'ironie et l'humour qui le traversent donnent une impression d'ensemble légère, d'ailleurs bien rendue dans le film. Et dans la traduction aussi, avec ses imparfaits du subjonctifs (je me suis régalée) qui frisent constamment l'ironie.
L'entrée en matière et les incursions de l'auteure dans le roman donnent le ton et créent également une distanciation voulue : Jane Austen intervient en tant qu'auteure dans le roman, c'est elle qui tire les ficelles, et elle choisit de ne pas écrire conventionnellement, mais à contre-courant de ce qu'on attend d'habitude dans un roman qui traite d'histoire d'amour. Bien sûr il faut une héroïne de roman, mais elle ne suivra pas le chemin habituel des héroïnes de roman. Il faut rappeler que Jane Austen est très jeune lorsqu'elle écrit ce roman, et, à mon avis, cède à l'envie d'être originale et de trouver son propre style.
J'ai aimé aussi sa manière de nous faire vivre le pouvoir de l'imagination ! Et j'ai pensé à vous, fidèles amis du groupe lecture, vous avez pu voir ce que cela donne de lire trop de romans…
L'auteure s'amuse dans les sujets de discussion qu'elle fait tenir à ses personnages : soit les plus insipides et conventionnels mais dans un style très snob, soit en tant qu'auteur de roman elle-même, comme par exemple "êtes-vous lecteur de roman". Thème encore d'actualité, comme l'a si bien remarqué Catherine, et qui, sans vouloir généraliser, crée souvent un clivage homme/femme, sauf ici avec notre cher Tilney !
Et nous nous amusons aussi, avec l'auteure, du style grandiloquent utilisé par contraste avec la futilité des détails, et donc de la futilité ou du snobisme des personnages.
Catherine est un personnage plus complexe qu'il n'y paraît. Elle semble par moments frivole et ingénue, mais elle ne perd finalement jamais son sens critique quand il s'agit de juger ses relations. Elle ne se laisse abuser qu'un moment (certes long) par Isabelle et John Thorpe, qui ne recherchent son amitié que pour sa fortune. Elle séduit par sa grâce naturelle et par sa droiture d'esprit. C'est la revanche de la noblesse d'esprit sur la mesquinerie des chasseurs de dot. Pourquoi pas ?
Puis je me suis laissé prendre par le côté romanesque de l'histoire, guidée par mon désir de voir une fin heureuse aux tourments de l'infortunée Catherine et ravie de naviguer dans un roman tellement bien écrit.
Un petit peu lassée à la fin par l'obsession du thème des mariages de convenance et des conventions sociales, lié pourtant à l'époque, je n'ouvre qu'à trois quarts et demi.

Annick A
J'ai lu beaucoup de livres d'Austen. Et là j'ai eu un peu de mal, me demandant même pourquoi on l'avait choisi. Il y a sans doute un problème de traduction (Annick a la traduction de Fénéon disponible dans divers poches datant de 1898), ce qui fait que j'ai arrêté.
J'ai adoré le film, et notamment les scènes d'imagination de l'héroïne causées par ses lectures.
Je suis alors retournée au livre, sans aller très loin car j'étais déçue de ne pas trouver la profondeur des autres romans. Certes on y retrouve une peinture sociale et une critique humoristique de la société, mais de moindre qualité.
Ayant lu très peu lu le livre, je ne peux pas dire comment l'"ouvrir".

Françoise D
Je le dis tout de suite : j'ouvre en grand !
Je suis inconditionnelle !
Je n'ai aucune réserve !
J'ai adoré l'humour, le portrait de Mrs Allen, les incises de l'auteure et les fantasmes de Catherine.
Ça se termine bien comme d'hab, et hop la !
Il me reste à lire Persuasion qui est depuis trop longtemps sur ma table de nuit.
J'ai lu la bio et ai beaucoup aimé, avec des éclaircissements sur les livres et des parallèles avec sa vie. Elle ne fut jamais mariée, ce qui créa certainement une blessure et lui inspira sans doute d'écrire sur la condition des filles et femmes de son époque et des fins heureuses, pour (nous) dire que les mariages d'amour pouvaient exister, ce qui ne lui arriva pas, hélas.
Le film, j'ai beaucoup aimé. Il y a des raccourcis forcément, mais on retrouve bien le livre, ça vaut vraiment le coup.

Etienne
Un petit côté Downton Abbey peut-être ?

Françoise
Bien sûr ! Et Les vestiges du jour (Françoise se pâme en y pensant) !



Cotes d'amour du nouveau groupe
réuni le 30 septembre
(avis à venir)

AUTOUR DU LIVRE
Biographie
Adaptation à l'écran
L'histoire du livre
Plusieurs traductions de Northanger Abbey
Radio
Les romans de Jane Austen
L'austenmania
Les écrivains et Jane Austen

• En complément éventuel de notre livre : une BIOGRAPHIE qui se centre sur l'évolution de son écriture : Jane Austen : une passion anglaise de Fiona STAFFORD, Le Livre de poche, 192 p.
Certaines éditions proposent une note biographique, notamment de Jacques Roubaud. Et toujours : Wikipédia.
Pour les bilingues : une biographie oxfordonienne en anglais sur le site https://www.oxfordbibliographies.com/

• Après avoir lu le roman, nous avons visionné une ADAPTATION à l'écran : Northanger Abbey, de Jon Jones (2007), avec Felicity Jones et J.J. Feild. Le film complet est en ligne ici en vo.

• L'HISTOIRE DU LIVRE est romanesque... : ce fut premier roman achevé de Jane Austen, initialement accepté par l'éditeur Benjamin Crosby & Co en 1803 sous le titre Susan, en deux volumes, et acheté pour la somme de 10 £.

Six ans plus tard, le roman n'était toujours pas publié : Jane Austen écrit à Crosby, s'étonnant de ce retard et proposant de renvoyer une copie s'il avait été perdu par négligence et disant que si le retard perdurait, elle serait libre alors de le faire publier ailleurs.
Crosby proposa de revendre le manuscrit à Jane pour le prix d'origine auquel il avait été vendu et, en 1816, son frère Henry le racheta à Crosby.

Jane Austen mourut en 1817. Northanger Abbey fut publié à titre posthume en 1818.

Il a changé trois fois de titre : Susan, Miss Catherine (ainsi l'appelait-elle dans ses lettres quand elle le retravaillait), et après sa mort Northanger Abbey (et en France également : Catherine Morland, Northanger Abbey, L'Abbaye de Northanger).

Selon sa sœur Cassandra, Jane avait écrit le roman entre 1798 et 1799, ce qui signifie qu'elle avait moins de 25 ans lorsqu'elle termina son premier livre. Elle a retouché le roman en 1816 lorsque le manuscrit lui a été rendu, bien que nous sachions qu'à cette époque, elle travaillait déjà sur Persuasion, ce qui explique probablement pourquoi elle s'est arrêtée avant de réviser le roman dans une plus large mesure. Ella a ajouté une préface au roman lors de la révision du manuscrit :

"Le public est prié de se rappeler que treize ans se sont écoulés depuis qu'il a été terminé, beaucoup plus depuis qu'il a été commencé, et que pendant cette période, les lieux, les mœurs, les livres et les opinions ont subi des changements considérables".

Jane s'est rendue à Bath pour la première fois en 1797 chez son oncle et sa tante maternels. Il est fort probable que ce voyage ait inspiré Jane les lieux du livre et qu'elle ait accordé une attention particulière à The Pump Room...

• Plusieurs TRADUCTIONS de Northanger Abbey sont disponibles (au moins 5 !).

Voici d'abord le texte anglais (ses 31 chapitres) en ligne ici et voici, de la plus ancienne à la plus récente, les traductions, avec des titres successifs différents  :

- 1824 : Hyacinthe de Ferrières, Hachette-BNF, version en ligne ici :

- 1898 : Félix Fénéon, critique d'art, collectionneur d'art, journaliste, directeur de revues, à qui fut récemment consacrée une double exposition (Musée du quai Branly et Musée de l’Orangerie) fut le premier à traduire sans l’édulcorer Jane Austen qu’on eauderosait.
Il découvrit ce livre dans la bibliothèque de la prison où il attendait son procès en tant qu'anarchiste présumé... Traduction que Jean Paulhan jugea “admirable”... On la trouve en ligne ici.
Elle parut en feuilleton de dix livraisons en 1898 dans La Revue blanche, revue d’avant-garde dont Félix Fénéon était le rédacteur en chef : il rédige lui-même des traductions d’Edgar Pœ, de Dostoïevski et donc
de Jane Austen. Il est donc celui qui ressuscite Jane Austen pour le public français.

Cette traduction fut publiée en un livre par Gallimard, dans la collection Les Classiques anglais, puis en collection L'Imaginaire, sous le titre Catherine Morland :
    

Cette traduction est rééditée sous le titre Northanger Abbey, dans diverses collections récentes, par exemple Hugo poche qui inclut une "notice biographique" par Henry Austen, frère de Jane Austen (extraite de l'Abbaye de Northanger, trad. Hyacinthe de Ferrières en 1824) :
    
Ou
Hauteville, avec sa version collector :
      

Ou Archipoche (préface Emmanuel Dazin, feuilleter ici), avec sa version collector :
         
         

- 1980 : Josie Salesse-Lavergne, 10/18
             

- 2000 : Pierre Arnaud, Pléiade et Imaginaire Gallimard (traduction à conseiller), avec un nouveau titre, L'Abbaye de Northanger :
     

- 2015 : Michel Laporte, Flammarion Jeunesse (feuilleter ici)
              

Dans l'histoire des traductions de Jane Austen, on croise des personnalités littéraires : d'abord sa première adaptatrice, la baronne Isabelle de Montolieu, femme de lettres à succès, d’origine genevoise, amie de Mme de Genlis dont nous avions lu La Femme auteur et de Maria Edgeworth, qui insuffle sa propre inspiration sentimentale aux œuvres de Jane Austen. On l'a vu, le critique et directeur littéraire de la Revue blanche, Félix Fénéon ; Louis Cazamian, fondateur des études anglaises à la Sorbonne, préface Pride and Prejudice en 1947, et des éditeurs renommés, tel Christian Bourgois, qui permit la "redécouverte" d’Austen à l’orée des années 1980, en rééditant toute son œuvre.

Comparons trois phrases du tout début du livre qui décrivent l'héroïne (notez que même l'animal cité, dormouse, qui veut dire loir, n'est pas traduit de la même manière, devenant marmotte, voire hanneton...) :

No one who had ever seen Catherine Morland in her infancy would have supposed her born to be an heroine. (...)

She had a thin awkward figure, a sallow skin without colour, dark lank hair, and strong features - so much for her person; and not less unpropitious for heroism seemed her mind. She was fond of all boy's plays, and greatly preferred cricket not merely to dolls, but to the more heroic enjoyments of infancy, nursing a dormouse, feeding a canary-bird, or watering a rose-bush.
1824, traduction de Hyacinthe de Ferrières (la moins fidèle...)
De toutes les personnes qui ont connu Catherine Morland, dans son enfance, il n'en est pas qui aient dû la croire née pour figurer comme héroïne de roman. (...)

Dans la plus tendre jeunesse, Catherine avait de la vivacité dans les yeux, mais son teint était pâle ; ses cheveux étaient noirs, sans boucles et peu épais, ses traits gros, ses membres forts ; enfin son corps ne semblait pas, plus que son esprit, destiné par la nature à représenter, comme je l'ai déjà dit, le principal personnage d'un roman. Elle n'aimait que les jeux des petits garçons ; elle s'amusait plus à tourmenter un hanneton, qu'à faire la toilette de sa poupée ; à élever un moineau, qu'à soigner ces roses, dont les auteurs représentent la culture, comme l'amusement chéri des jeunes beautés, desquelles ils nous donnent l'histoire.
1898, Fénéon (Hauteville et collector, Hugo poche, Archipoche et collector, Gallimard)
Personne qui ait jamais vu Catherine Morland dans son enfance ne l'aurait supposée née pour être une héroïne. (...)

Elle était maigre et mal équarrie, avait la peau blême, de noirs cheveux plats et de gros traits ; non plus que sa personne, son esprit ne la marquait pour la fonction d'héroïne.
Elle raffolait de tous les jeux des garçons, et préférait de beaucoup le cricket, non seulement aux poupées, mais aux plus poétiques jeux de l'enfance, élever une marmotte ou un canari, arroser un rosier.
1980, Josie Salesse-Lavergne (10/18)
Personne ayant jamais vu Catherine Morland dans son enfance ne l'eût supposée née pour être une héroïne. (...)

Une silhouette maigre et gauche, un teint blafard et sans couleurs, des cheveux sombres et plats, des traits grossiers, voilà pour sa personne. Quant à son esprit, il ne semblait pas davantage annoncer sa qualité d'héroïne.
Elle aimait tous les jeux de garçons et préférait nettement le cricket, non seulement aux poupées, mais aussi à ces distractions plus romanesques qui consistent pour un enfant à soigner un loir, à nourrir un canari ou à arroser un rosier.
2000, Pierre Arnaud (Pléiade et Imaginaire Gallimard)
À voir Catherine Morland telle qu'elle était dans son enfance, personne n'eût imaginé qu'elle fut destinée à être une héroïne. (...)

Une silhouette de gamine maigre et gauche, un teint olivâtre et sans couleurs, des cheveux bruns et plats et des traits accusés, voilà pour sa personne. Pour ce qui était de sa nature, elle présentait tout aussi peu de dispositions pour devenir une héroïne. Elle aimait tous les jeux de garçon et préférait de loin le cricket non seulement à la poupée, mais à des occupations enfantines plus dignes d'une héroïne, comme celles d'élever un loir, de nourrir un canari ou d'arroser un rosier.
2015, Michel Laporte (Flammarion Jeunesse)
Qui aurait connu Catherine Morland enfant n'aurait jamais pu supposer qu'elle était née pour être une héroïne.
Une silhouette maigre et ingrate, la peau cireuse et sans couleur, des cheveux bruns et ternes, des traits banals - voilà pour sa personne. Et son caractère convenait tout aussi peu à une héroïne. Elle aimait tous les jeux de garçons, et préférait le cricket non seulement aux poupées mais aussi à tous les amusements héroïques de l'enfance tels qu'élever un loir, nourrir un canari ou arroser des rosiers.

À noter : l'existence d'un article très détaillé et intéressant sur Wikipedia, intitulé "Traductions de Jane Austen en langue française".

Voir aussi "Les premières éditions françaises de Jane Austen dans les collections de la BNF", Lucile Trunel, Revue de la BNF, 2014


Et pour info, un ouvrage savant : Traductions et métraductions de Jane Austen : effacement et survivance de la voix auctoriale, Rosemarie Fournier-Guillemette, Presses de l'Université d'Ottawa, coll. Regards sur la traduction, 2022.

À LA RADIO

- "Jane Austen (1775 - 1817)", Toute une vie, 16 avril 2020, 58 min.

- "L'œuvre de l'écrivaine britannique Jane Austen", Guillaume Gallienne, Ça peut pas faire de mal, 17 novembre 2012, 46 min.

- “Northanger Abbey”, tasse de thé, château hanté et mansplaining", épisode 3/4 de la série "Jane Austen, quatre romans et beaucoup de mariages", Adèle Van Reeth, Les Chemins de la philosophie, France Culture, 20 avril 2022, 58 min.

- Jane Austen en 4 épisodes d'une heure, par Matthieu Garrigou-Lagrange, La Compagnie des auteurs, France Culture, 5 au 9 septembre 2016 :
1/4 : Dépendance et liberté. Dans ce premier volet, en Angleterre, sur les traces de la romancière Jane Austen, c'est le thème de l'argent qui nous servira de fil rouge dans l'exploration de la vie et l'œuvre de Jane Austen
2/4 : Ce que parler d'amour veut dire. Jane Austen fit dans ses œuvres la critique mordante, en même temps qu'enjouée, de son époque. Du réalisme à la satire sociale, c'est aujourd'hui au langage austenien que nous nous intéressons.
3/4 : Héroïnes austeniennes. Emma, Anne, Elinor, Marianne, Elizabeth, Fanny... Jane Austen peint les portraits de femmes en quête de liberté.
Épisode 4/4 : Les leçons d'Austen. Sans cesse adaptée au cinéma, l'œuvre de Jane Austen suscite l'engouement des réalisateurs, mais quelle est sa postérité littéraire ? Nous nous intéressons aujourd'hui à la réception d'Austen en France, d'abord d'un point de vue subjectif, puis à travers le prisme de l'histoire littéraire.

LES ROMANS DE JANE AUSTEN (1775-1817)

Ses six romans sont publiés en français entre 1815 et 1824, et certains titres sont déjà réédités en 1828. Austen, décédée en 1817, ne bénéficiait en Angleterre que d’une renommée encore limitée, mais en France, à la fin des guerres napoléoniennes, l’anglophilie faisait rage, et les innombrables "nouveautés" d’outre-Manche envahissaient la capitale.

- 1811 (première traduction en français 1815, en ligne sur Gallica) : Sense and Sensibility => Le Cœur et la Raison (Folio)

- 1813 (première traduction en français 1822, en ligne sur Gallica) : Pride and Prejudice => Orgueil et Préjugés (Folio)

- 1814 (première traduction en français 1816, en ligne sur Gallica) : Mansfield Park => Mansfield Parc (Folio)

- 1815 (première traduction en français 1816, en ligne sur Gallica) : Emma => Emma (Folio)

- 1818, posthume (première traduction en français 1824) : Northanger Abbey => L'abbaye de Northanger (Imaginaire)

- 1818, posthume (première traduction en français 1821, en ligne sur Gallica) : Persuasion => Persuasion (Folio)

L'AUSTENMANIA
Jane Austen est imitée, parodiée, devenue personnage de roman, avec par exemple Le Manuscrit perdu de Jane Austen ou Le club Jane Austen. Les "produits dérivés" abondent.
Comment le phénomène est-il né ? Réponses extraites d'un article de
Fabienne Bellier-Toulouzou qui prépare une thèse sur Jane Austen.

Pendant près de deux siècles, Jane Austen est une auteure estimée mais peu connue en dehors des frontières de la Grande-Bretagne. Les années 1990 marquent un tournant qui la voit passer du statut d'écrivain élitiste à celui d'icône de la culture populaire. L'image d'une Angleterre campagnarde, les histoires sentimentales optimistes, les robes taille empire, photogéniques, sont particulièrement adaptées au format filmé et en quelques années, les principaux ouvrages sont transposés à l'écran. Sense and Sensibility et Emma sont adaptés au cinéma, Pride and Préjudice fait l'objet d'une mini-série BBC qui déclenche une véritable austenmania. Des forums de discussion passionnés voient le jour, des sites dédiés sont créés (1). Une adaptation littéraire moderne de Orgueil & préjugés, Bridget Jone's diary (2) connaît un succès mondial (3) et crée un sous-genre de la littérature sentimentale : la "chick-lit", littéralement "littérature des poulettes". Ce type de récit relate à la première personne sur un ton ironique les aventures d'une jeune citadine aux prises avec une vie de famille loufoque, des amours compliqués et une vie sociale décevante. La finalité du roman est que l'héroïne mette de l'ordre dans sa vie pour obtenir un meilleur avenir professionnel, personnel et sentimental. L'auteure Helen Fielding reconnaît volontiers ses influences : "J'ai emprunté sans vergogne, l'intrigue de Orgueil & préjugés [...]. J'ai pensé que ça fonctionnait depuis des siècles et que [Jane Austen] ne m'en tiendrait pas rigueur". En 2001, Bridget Jone's diary donne lieu à son tour à une adaptation cinématographique qui connaît un grand succès et lance définitivement la fièvre autour de Jane Austen. De 1995 à 2014, plus de vingt adaptations voient le jour. Jane Austen devient "bankable" et investit tous les domaines de la culture pop : ses mots d'esprit sont imprimés sur des  tee-shirts, des torchons, des mugs, Elizabeth Bennet devient l'héroïne de son propre jeu sur console. Parallèlement aux rééditions d'ouvrages et aux adaptations cinématographiques et télévisuelles, la littérature inspirée de Jane Austen connaît un essor considérable. Son lectorat est très étendu et ses romans sont spirituels et distrayants qui évoquent des histoires d'amour optimistes se déroulant dans la paisible campagne d'une Angleterre révolue. Des dizaines d'auteurs écrivent donc des romans sentimentaux, croyant imiter Jane Austen, mais la trahissant en omettant le réalisme, l'humour et la portée morale qui sont le ciment de ses ouvrages.
Le volume et la diversité des publications sont tels qu'une catégorisation des adaptations littéraires est établie (4) :
- Prequel : récit portant sur la vie des personnages avant les romans.
- Sequel : roman portant sur la vie des personnages après la conclusion des romans.
- Retelling : roman proposant un nouveau point de vue (généralement un narrateur masculin).
- Variation : roman qui modifie des situations.
- Continuation : roman qui conclut des romans inachevés.
- Children : ouvrage adaptant l'intrigue d'un roman à destination des plus jeunes.
- Mash-up : roman utilisant le texte original en y adjoignant des textes et/ou de nouvelles aventures.
- Inspired by : roman historique ou contemporain qui s'inspire des personnages et des intrigues.
- Paranormal : roman historique qui confronte les personnages à des situations paranormales.
- Bio-fic : roman historique ou contemporain qui ré-invente la vie de Jane Austen.
- Erotic : roman historique qui inclut des scènes érotiques (ou pornographiques) dans le texte original.
- Mystery : roman qui met en scène les personnages de Jane Austen ou elle-même dans des en-quêtes policières.
- Contemporary : adaptation contemporaine (après 1945) des intrigues.
- Young Adult : roman historique ou contemporain qui met en scène les personnages ou les intrigues à destination des adolescents mais qui peuvent être lus par des adultes.
(1) 
www.pemberley.com, site communautaire des admirateurs de Jane Austen a été créé en 1996 aux États-Unis suite à la diffusion de la série de la BBC.
(2) Helen Fielding : Bridget Jones's Diary, Picador, 1996, Lenders.
(3) Plus de quinze millions d'ouvrages des deux premiers tomes ont été vendus (source éditeur).
(4) Interview de l'auteure : "Are You Bridget Jones?", Daily Telegraph, 20 Nov. 1999.

(
Extrait de "Jane Austen, bonne fée de la romance adolescente", Fabienne Bellier-Toulouzou, La Revue des livres pour enfants, n°281, février 2015)

Vous voulez visiter sa maison devenue musée (où elle a écrit ses romans), dans le village de Chawton ? Voici en vidéo.

Un article de Libération montre bien les aspects foufous des janéites et leurs austeneries : "Austen Power", par Johanna Luyssen, Libération, 23 février 2015.

L’entrée du Jane Austen Centre à Bath


Jane Austen est la mascotte de la ville de Bath où elle n'a pourtant vécu que six années (1775-1817). C'est au n° 1 de The Paragon à Bath que Jane Austen a logé chez sa tante pour de vrai...


Billet de 10 pounds

Le site français d'une austenmaniaque Jane Austen in my Wonderland, dénombre les innombrables livres dérivés d'un seul livre, et c'est le moins connu, Northanger abbey :

  1. Adkins, Samantha - Banff Springs Abbey
  2. Baker, Helen - Maria
  3. Bebris, Carrie - North by Northanger
  4. Birchall, Diana - The Bride of Northanger
  5. Butler, Nancy - Northanger Abbey (Comic Book)
  6. Gillespie, Jane - Uninvited Guest
  7. Grange, Amanda - Henry Tilney's Diary
  8. Gray, Cecilia - When I'm wih You
  9. Jenni, James - Northanger Alibi
  10. Kiely Tracy - Murder Most Austen
  11. Marks, Sara - Northanger Parks
  12. McDermid Val - Northanger Abbey traduit en français
  13. Nazarian, Vera - Northanger Abbey & Angels & Dragons
  14. Norton Andre - Snow Shadow
  15. Odiwe, Jane - Searching for Mr Tilney
  16. Robbins, Trina & Timmons, Anne - Gothic Classic Vol. 14
  17. Rushton, Rosie - Summer of Secrets
  18. Snyder, Emily C.A. - Nachtsturm Castle
  19. Sullivan, Margaret C. - There Must Be Murder
  20. White Smith, Debra - Northpointe Chalet
  21. Winslow Shannon - Murder at Northanger Abbey

LES ECRIVAINS ET JANE AUSTEN
Winston Churchill la lisait pendant le Blitz et Virginia Woolf la comparaît à Shakespeare...

Mais Germaine de Staël la trouvait "vulgaire", D.H. Lawrence
"déplaisante, méchante, mesquine, snob", une antipathie partagée par Charles Dickens et Charlotte Brontë.
Si E.M. Forster a dit que Jane Austen était un monstre, il appréciait le relief de ses personnages et la manière dont ils "dépendent les uns des autres", d'où "un tissu serré".

André Gide : "J'achève, à grandes lampées, Sense and Sensibility (Raison et sentiments) ; moins captivant sans doute que Pride and Prejudice, ou que Emma (pour autant qu'il m'en souvienne) mais d'une sûreté de dessin admirable, et remplissant le cadre à ravir."

Stefan Zweig: "Orgueil et préjugés m'en impose fort. Comme c'est bien composé, en fonction des caractères, quelle richesse dans les personnages, quelle connaissance de l'âme humaine, de quel humour tout cela est-il sous-tendu."

Mark Twain: "Pour qu'une bibliothèque soit parfaite, il suffit qu'elle ne contienne aucun livre de Jane Austen, même si elle ne contient rien d'autre."

Fitzgerald : "l'Elizabeth de Jane Austen (à qui nous sommes redevables des manières d'un si grand nombre de nos épouses.)"

W.H. Auden, dans son poème "Lettre à Lord Byron"
"'A côté, Joyce paraît innocent comme l'herbe.
Cela me gêne énormément de voir
Une vieille fille anglaise de la middle-class
Décrire le rôle du "fric en amour,
Et révéler avec une telle franchise et tant de sobriété
Les fondements économiques de la société
".

Martin Amis dans The New Yorker en 1996 analyse l'Austen fever : "Nous autres des années 90, aurions très certainement choqué Jane Austen, avec notre étalage non contrôlé de libertés débraillées. (...) Si le "fric" joue un rôle pour les héroïnes austeniennes, il est dissocié de l'amour. En revanche, (...) l'argent est le nerf de la satire. La satire est ironie militante. L'ironie est indulgente. Elle ne vous incite pas à changer la société; elle vous donne des forces pour la supporter. Jane Austen était sans doute une vieille fille anglaise de la middle-class. Elle est morte inconsolée à 41 ans. Et cela fait maintenant près de deux siècles qu'elle survit. Ses amoureux sont des amants platoniques, mais ils sont multitude."

Elisabeth Bowen : "Il est exact qu'elle n'a pas dépeint de révoltés ; ses personnages attendent leur plaisir d'une honnête façon de vivre, et l'y trouvent."

Virginia Woolf, qui n'aurait pas aimé se trouver avec elle dans la même pièce, la voit plutôt "dent dure, mais cœur tendre". Estimant que "c'est l'un des plus remarquables auteurs satiriques de toutes les littératures" et que "jamais romancier ne montra si infaillible sens des valeurs humaines", elle s'est demandé quels auraient été ses six livres suivants, si elle n'était pas morte : "Elle n'aurait pas écrit sur les crimes, les passions ou sur l'aventure. Elle ne se serait pas laissée entraîner à la négligence ou au manque de sincérité par des éditeurs importuns ou des amis flatteurs. Mais elle aurait connu plus de choses. Son sentiment de sécurité aurait été ébranlé. Sa comédie en aurait souffert. Elle se serait moins fiée au dialogue (cela est déjà perceptible dans Persuasion), et plus à la réflexion pour nous faire connaître ses personnages." (voir l'article entier de Virginia Woolf : "Jane Austen", extrait de l'essai Commun des lecteurs, 1925).

Ce passage en revue du rapport des écrivains vient de l'article "Dent dure, cœur tendre", de Claire Devarrieux, Libération, 29 février 1996.

Et pour finir, "Quoi de commun entre Proust et Jane Austen ?", Mathieu Lindon répond dans Libération, 11 octobre 1984, pour nous préparer à notre future lecture de Proust...

 

Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :
                                        
à la folie
grand ouvert
beaucoup
¾ ouvert
moyennement
à moitié
un peu
ouvert ¼
pas du tout
fermé !

 

 

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens