Annie Ernaux
Les Années

Gallimard

 

Jean-Pierre
Les Années d'Annie Ernaux sont-elles vraiment les siennes ? Ou du moins seulement les siennes ? Sont-elles pour autant celles de tout le monde ? Je suis tenté de réponde non à ces trois questions, mais ce doit être en raison de mon (grand ?) âge. Tout ce qu'elle décrit, ce qu'elle évoque, ce qu'elle suggère, je l'ai vécu, sauf évidemment les éléments purement personnels de son propre parcours. Et c'est pourquoi je redoute que les plus jeunes (au sens " moins vieux " et non pas " plus tout jeunes ") ne se sentent pas aussi concernés que moi. Peut-être que bien des événements, des citations, des noms leur seront inconnus, et sans doute même s'ils les connaissent, que cette connaissance ne sera que livresque.
Il en va tout autrement pour un sexagénaire. Ce voyage dans le temps et dans l'espace éveille en moi tout un fatras de souvenirs et de sensations que je croyais enfouis sous la poussière des jours. Annie Ernaux a le chic pour trouver la formulation qui fait mouche, pour exhumer l'anecdote qui fait vibrer la corde atone de la mémoire endormie, pour ressusciter l'Histoire, pour agiter les marionnettes médiatico-politiques auxquels nous avons cru, pour faire crachoter les microsillons sur lesquels sont gravées les chansons qui nous ont bercés jour après jour, dans les joies et les peines quotidiennes, Brel, Brassens, Ferrat..., tout cela dans une langue claire, précise, légère, où l'emploi alterné de l'imparfait des souvenirs et du présent des photographies, et l'omniprésence du " elle " structurent un texte d'une grande rigueur.
L'Histoire ne repasse pas les plats, et ceux que nous avons dédaignés ont pour toujours ranci. Tant pis pour nous. C'est ça la nostalgie : les choses que nous aurions pu vivre, plus que celles que nous avons (mal) vécues. Et l'auteur, comme moi, recouvre ces décennies d'un voile de doux fatalisme, de ce sentiment triple, mélange d'impuissance, de futilité et d'inanité. Mais on a fait ce qu'on a pu, pas vrai ? Sans vraiment maîtriser, conduire, petites vagues sur l'océan. Même la vie personnelle nous échappe, nous a échappé, même les communions, les mariages, les divorces, les enfants, même notre sexualité, le plus intime de notre être auquel nous nous raccrochons comme à une bouée, dans sa réalité comme dans sa décroissance, tout cela prend l'aspect des photos en noir et blanc, un goût et un parfum de vie des autres, de ceux qui ont disparu comme nous disparaîtrons un jour, sans doute pas si lointain. Alors, bienvenue aux les générations suivantes, à leur décontraction, leur désinvolture, leur dérision, leur individualisme. Nous leur laisserons bientôt la place.
C'est rien, baby, tout ça c'est pas grave...

Jackie
J'ai beaucoup aimé, notamment en tant que femme. Il me reste 10 pages.

Marie-Thé
J'ai tout lu d'elle. Je m'y retrouve. Peut-être, est-ce un peu répétitif néanmoins.

Françoise D
J'ai un peu oublié depuis que je l'ai lu, mais l'impression très forte demeure, la résonnance. D'après moi, ce livre remarquable peut intéresser tout le monde, c'est sa force.

Jacqueline
Je l'ai lu deux fois : une fois il y a 3 mois où j'ai été un peu déçue, car bien que j'aie à quelques mois près le même âge qu'Annie Ernaux, je ne reconnaissais pas grand-chose, ce qui m'a agacée. La relecture m'a permis de voir tout ce qui m'avait échappé, qui est de l'ordre de la réflexion. Je ressens de l'estime. C'est un livre très important et fort.

Lona
" Je " et " elle " qui tricotent l'histoire m'ont interrogée. C'est mon histoire et je m'y retrouve.

Nicole
A priori, Annie Ernaux m'énerve, à cause de son impudeur. Le début m'a beaucoup plu. M'a intéressée ce que je ne m'avais pas vécu. Elle ne m'apprend rien pourtant. J'aimerais avoir le point de vue de ceux qui ont vécu les choses différemment d'elle.

Yolaine
Je suis partagée, agacée. C'est un peu intello, artificiel (les photos par exemple). L'écriture est plate, ce n'est pas charnel, je ne vibre pas. Le côté militant me gonfle, car elle part du principe qu'on partage son point de vue. J'ai aimé ce qui concerne le langage, le vieillissement. J'aimerais relire une seconde fois.

Chantal
J'ai beaucoup aimé ce livre où je me retrouve, où j'ai cheminé. J'ai retrouvé son investissement dans l'école. J'ai apprécié la quête, à la fois la distance et l'intériorité.

Monique
Refroidie par l'aspect " froid " de ses livres, j'avais un a priori négatif. Je suis emballée. C'est pour moi un chef d'œuvre, avec un énorme travail de reconstruction. J'aime l'état dans lequel elle nous met, grâce aux chansons, aux objets. Il y a des coupures qui font passer à autre chose. Notre vie défile. C'est magnifique. Elle parvient à donner un sentiment historique, y compris des années récentes, en une autobiographie collective. Toute la société apparait.

Muriel
J'ai eu plaisir à me retrouver et plaisir à ne pas me retrouver. Quel travail de documentation ! Cela plairait-il à des jeunes ? C'est triste, elle n'est jamais comblée. C'est certainement son meilleur livre. On l'a rencontrée avec Claire dans le RER : on a fait le voyage ensemble et elle est très sympathique.

Lil
J'ai eu beaucoup de mal à entrer : quel intérêt pour le lecteur, l'auteur ?! J'ai mordu à partir des années 60. J'ai sauté quelques énumérations. Elle ne laisse pas de place pour d'autre avis politiques. Il y a un talent d'écriture différent des autres livres : j'ai aimé l'imparfait et le " elle ". Est-ce un livre sur ou contre le vieillissement ? C'est le point final de son œuvre.

Marie-Laure
J'avais 9 ans en 68. Pour moi, c'est seulement un témoignage, un documentaire. Au début, cela m'a ennuyée. Elle met en avant une mémoire d'elle-même. Elle ne veut pas mourir. Et ces repas de famille, elle les reproduit avec ses enfants.

Fanfan
Les autobiographies comme les livres historiques m'ennuient, pas celui-ci. Je me suis retrouvée, j'ai aimé l'écriture. Il y a de l'amertume, de la tristesse, j'ai parfois ressenti de l'agacement, mais aussi un charme. C'est une écriture juste, pointue.

Claire
Nous avions lu dans le groupe parisien Passion simple que j'avais beaucoup aimé et nous étions peu nombreux dans ce cas. Les Années est pour moi un chef d'œuvre. J'adore ce repérage des expressions " datées ", cette attention aux objets, l'histoire scandée par les déjeuners et les photos, l'humour cynique. L'histoire de son écriture est absente et la musique aussi. La fin est très émouvante.

Michèle
Même si je me suis reconnue, j'ai été déçue. Il y a des redites et elle enfonce des portes ouvertes. Son recul est froid, trop froid. Elle ne s'implique pas émotionnellement. Elle est dépressive.



 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens

Au travers de photos et de souvenirs laissés par les événements, les mots et les choses, Annie Ernaux donne à ressentir le passage des années, de l'après-guerre à aujourd'hui. En même temps, elle inscrit l'existence dans une forme nouvelle d'autobiographie, impersonnelle et collective.