Sebastian Barry avec Days Without End, L'Express 2018

Traduction de l'anglais (Irlande) Laetitia Devaux
Folio 2019, 304 p.

Quatrième de couverture :

Dans les années 1850, chassé d’Irlande par la Grande Famine, le jeune Thomas McNulty vient tenter sa chance en Amérique. Il rencontre John Cole, qui devient l’ami et l’amour de sa vie. Tour à tour, Thomas et John vont combattre les Indiens des grandes plaines de l’Ouest, se travestir en femmes pour monter des spectacles, et s’engager du côté de l’Union dans la guerre de Sécession. Jusqu’à ce que la violence de la guerre les rattrape…

Sebastian Barry dessine le portrait d’une famille touchante et inhabituelle, composée de ce couple inséparable, de Winona, leur fille adoptive sioux, et du vieux poète noir McSweny, et pose un regard neuf sur une des périodes les plus brutales de l’histoire américaine. éd. Joëlle Losfeld 2018, 272 p.

Quatrième de couverture :

Chassé de son pays d’origine par la Grande Famine, Thomas McNulty, un jeune émigré irlandais, vient tenter sa chance en Amérique. Sa destinée se liera à celle de John Cole, l’ami et amour de sa vie.
Dans le récit de Thomas, la violence de l’Histoire se fait profondément ressentir dans le corps humain, livré à la faim, au froid et parfois à une peur abjecte. Tour à tour Thomas et John combattent les Indiens des grandes plaines de l’Ouest, se travestissent en femmes pour des spectacles, et s’engagent du côté de l’Union dans la guerre de Sécession.
Malgré la violence de ces fresques se dessine cependant le portrait d’une famille aussi étrange que touchante, composée de ce couple inséparable, de Winona leur fille adoptive sioux bien-aimée et du vieux poète noir McSweny comme grand-père. Sebastian Barry offre dans ce roman une réflexion sur ce qui vaut la peine d’être vécu dans une existence souvent âpre et quelquefois entrecoupée d’un bonheur qui donne l’impression que le jour sera sans fin.


Annie Dunne, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2005


Du côté de Canaan, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2012, Folio 2013



Un long long chemin, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2006


Le Testament caché, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2009, Folio 2011




L'Homme provisoire, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2014


Les Tribulations d'Eneas McNulty, trad. de Robert Davreu, éd. Plon, 1999, 10/18 2004

Sebastian Barry (né en 1955)
Des jours sans fin (A Long Long Way, 2005)
+ si possible un autre livre de cet auteur

Nous lisons Sebastian Barry pour le 28 juin 2019.

Séance en présence de Sylvie Mikowski, spécialiste de la littérature irlandaise, auteure en particulier de Le roman irlandais contemporain, Presses universitaires de Rennes, 2012.
Voir ses autres nombreuses publications sur le site de l'Université de Reims Champagne-Ardenne où elle est professeure.

SEBASTIAN BARRY A PUBLIÉ :

• Des romans
(dans l'ordre chronologique des publications en anglais)
- 1998 : Les Tribulations d'Eneas McNulty, trad. de Robert Davreu, éd. Plon, 1999 ; 10/18 2004
- 2002 : Annie Dunne, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2005
- 2005 : Un long long chemin, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2006
- 2008 : Le Testament caché, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 200 ; Folio 2011
- 2011 : Du côté de Canaan, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2012 ; Folio 2013
- 2014 : L'Homme provisoire, trad. Florence Lévy-Paoloni, éd. Joëlle Losfeld, 2014
- 2016 : Des jours sans fin, trad. Laetitia Devaux, éd. Joëlle Losfeld, 2018 ; Folio 2019

• Des pièces de théâtre
- 1988 : Les fistons, trad. Émile-Jean Dumay, L'Harmattan, 2006
- 1995 : Le régisseur de la chrétienté, trad. Jean-Pierre Richard, éd. théâtrales, 1996
- 2004 : En appelant psyché, trad. Isabelle Famchon, éd. Voix Navigables, 2009
- 2008 : La fierté de Parnell street, trad. Isabelle Famchon, éd. Voix Navigables, 2010

SUR DES JOURS SANS FIN :
- "Sebastian Barry à l'amour comme à la guerre", Christine Rousseau, Le Monde, 11 janvier 2018- "Des jours sans fin, Sebastian Barry affranchit le gay", Thomas Stélandre, Libération, 12 janvier 2018
- “J’ai mis plus de cinquante ans à écrire Des jours sans fin, entretien avec Christine Ferniot, Télérama, 16 janvier 2018
- "Des jours sans fin de Sebastian Barry, entre exil, amour et guerre de sécession",
Corinne Renou-Nativel, La Croix,
25 janvier 2018
- "Sur les sentiers de la guerre et du bonheur", Claude Grimal, En attendant Nadeau, 10 février 2018
- "
Sebastian Barry, notre coup de coeur étranger de la rentrée littéraire", Marianne Payot, L'Express, 20 janvier 2018

Et de Sylvie Mikowski :
- "Le long cheminement de la mémoire collective irlandaise : A Long Long Way de Sebastian Barry (2005)", Études irlandaises, 2011
- une récente communication sur Des jours sans fin sur Des jours sans fin et en contrepoint la lecture d'Edward Saïd, auteur de
Culture et impérialisme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :

à la folie - beaucoup- moyennement - un peu - pas du tout
grand ouvert -
¾ ouvert - à moitié - ouvert  ¼ - fermé !

 

 

 

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens