1948, par Gisèle Freund


1978, par François Lochon


Folio 2008
, 480 p., extrait ICI


Quatrième de couverture : « Je rêvais d'être ma propre cause et ma propre fin ; je pensais à présent que la littérature me permettrait de réaliser ce vœu. Elle m'assurerait une immortalité qui compenserait l'éternité perdue ; il n'y avait plus de Dieu pour m'aimer, mais je brûlerais dans des millions de cœurs. En écrivant une œuvre nourrie de mon histoire, je me créerais moi-même à neuf et je justifierais mon existence. En même temps, je servirais l'humanité : quel plus beau cadeau lui faire que des livres ? Je m'intéressais à la fois à moi et aux autres ; j'acceptais mon "incarnation" mais je ne voulais pas renoncer à l'universel : ce projet conciliait tout ; il flattait toutes les aspirations qui s'étaient développées en moi au cours de ces quinze années. »

Foliothèque 2000, 272 p.

Quatrième de couverture : « Nous voudrions montrer que les Mémoires d'une jeune fille rangée sont un récit autobiographique réussi, fortement structuré, plus complexe et plus travaillé qu'il n'y paraît au premier abord, même s'il ne s'aventure pas dans des expérimentations formelles novatrices. Le "ton juste", que plusieurs critiques avaient salué dès sa parution, réponde à l'ambition que s'est toujours donnée Simone de Beauvoir d'établir avec le lecteur une communication égalitaire et généreuse, qui à la fois lui transmette le goût de sa propre vie et l'amène à mieux se connaître lui-même. » (Éliane Lecarme-Tabone)


Mémoires d'une jeune fille rangée, Gallimard, 1958, 368 p.

Mémoires d'une jeune fille dérangée, Bianca Lamblin, Balland 1993 (en partie sur Gallica)


Simone de Beauvoir (1908-1986)
Mémoires d'une jeune fille rangée (1958)

Nous lisons ce livre pour le 14 juin 2019.

Pour se mettre dans le bain : quelques citations, quelques dates du parcours de Simone de Beauvoir et ses publications par "genres".

La littérature prit dans mon existence
la place qu'y avait occupée la religion :
elle l'envahit toute entière, et la transfigura.
Simone de Beauvoir

La passion de la lecture, dont beaucoup s'honorent comme d'une précieuse qualité intellectuelle, est à la vérité une tare ; elle ne diffère en rien des autres passions qui accaparent l'âme, y entretiennent le trouble, y lancent et y entre-croisent des courants confus et en épuisent les forces.
Père Sertillanges
La Vie intellectuelle
, 1920 (l'une des lectures de jeunesse de SdB)

Ces dames et ces messieurs causaient ; c'était les vacances, ils lisaient et ils parlaient de leurs lectures. On disait : "C'est bien écrit, mais il y a des longueurs." Ou bien : "Il y a des longueurs, mais c'est bien écrit."
Parfois, l'œil rêveur, la voix subtile, on nuançait :
"
C'est curieux" ou d'un ton un peu plus sévère : "C'est spécial."

Simone de Beauvoir

QUELQUES DATES
- 1908 : Naissance 103 boulevard du Montparnasse, à l’étage "noble", au-dessus du café de la Rotonde et face au Dôme... Père avocat et mère fervente catholique.
- 1910 : Naissance de sa sœur, Henriette (Hélène).
- 1913 : Elle entre, à cinq ans, au cours Adeline-Désir, un institut catholique privé pour les filles de la bonne société, 41 rue Jacob. Elle y reste jusqu’au bac. À dix ans, elle y rencontre Élisabeth Lacoin, "Zaza", sa grande amie.
- 1919 : Des revers de fortune obligent sa famille à déménager au 6e étage du 71 rue de Rennes, sans ascenseur ni eau courante, jusqu’en 1929.
- 1925 : Après un double baccalauréat de philosophie et de mathématiques élémentaires, elle prépare une licence de lettres classiques à l'institut Sainte-Marie-de-Neuilly, un certificat de mathématiques générales à l’Institut catholique, et une licence de philosophie à la Sorbonne, qu'elle termine en 1928.
- 1928-1929 : Elle se présente à la fois un diplôme d'études supérieures (sujet : "le concept chez Leibniz"), et au concours d'agrégation de philosophie. Pour préparer l’agrégation, elle étudie à la Sorbonne et suit les cours de la rue d’Ulm. C’est là qu’elle fait la connaissance de René Maheu (qui la surnomme "Castor"), Paul Nizan et Jean-Paul Sartre. En 1929, elles sont 4 femmes à être reçues et 9 hommes, sur 76 candidats. Beauvoir est deuxième derrière Sartre. Elle est, à 21 ans, la plus jeune agrégée de philosophie de France. Mort de Zaza. Pour être indépendante et s’éloigner en particulier d’une mère omniprésente, elle vit dans un petit studio appartenant à sa grand-mère, 91 avenue Denfert-Rochereau, de 1929 à 1931.
- 1931-1932 : Elle est nommée professeure un an à Marseille (elle s'y découvre une passion pour la randonnée), puis à Rouen (jusqu'en 1936). Sartre enseigne au Havre. À Rouen elle a pour élève Olga Kosakiewicz et collègue Colette Audry.
- 1936 : Le couple se retrouve à Paris. Elle enseigne au lycée Molière de 1936 à 1939. Expérience du trio : elle, Sartre, Olga. Elle habite en 1936-1937 à l’hôtel Royal-Bretagne, 11 bis rue de la Gaîté puis en 1937, à l’hôtel des Bains, 33 rue Delambre.
- 1937-1939 : Elle loue une chambre (et Sartre une autre) 24 rue Cels, à l’hôtel Mistral, de l’automne. 1938 : Liaison amoureuse avec Jacques-Laurent Bost.
- 1939 : Elle habite à l’hôtel du Danemark, 21 rue Vavin. Elle en est renvoyée du lycée à la suite de sa liaison avec Bianca Bienenfeld, l'une de ses élèves. Déclaration de guerre : Sartre est mobilisé, puis fait prisonnier lors de l'offensive allemande de 1940. Bost est blessé. Intense activité épistolaire.
- 1942-1943 : Elle habite à l’hôtel d’Aubusson, rue Dauphine et partage sa chambre avec deux lycéens, Nathalie Sorokine et Bourla.
- 1943 : Elle est suspendue de l'Éducation nationale, non pour détournement de ces deux mineurs comme on le dit souvent (cette affaire se clôt en effet par un non-lieu), mais parce que le recteur d’académie dénonce le fait qu’elle vit en concubinage, qu’elle enseigne Proust et Gide à ses étudiants et qu’elle affiche un mépris supérieur de toute discipline morale et familiale. Publication du roman L'Invitée : succès immédiat.
-1943-1946 : L’hôtel La Louisiane, 60 rue de Seine, est l’adresse de Beauvoir et Sartre.
- 1944 : Parution de l'essai Pyrrhus et Cinéas.
- 1945 : Elle est réintégrée à la Libération par arrêté, mais n'enseignera plus jamais. Pièce de théâtre Les bouches inutiles. Roman Le Sang des autres. Premier numéro de la revue Les Temps Modernes, que Simone de Beauvoir fonde avec Sartre, Raymond Aron, Michel Leiris, Albert Ollivier et Maurice Merleau-Ponty.
- 1946 : Roman Tous les hommes sont mortels.
- 1947 : Essai Pour une morale de l'ambiguïté. Premier voyage aux États-Unis. À Chicago, elle se lie avec Nelson Algren, son "amour transatlantique" (titre de la correspondance éditée par Sylvie Le Bon de Beauvoir, publiée après sa mort en 1997) : une relation passionnée des deux côtés.
- 1948-1955 : Elle habite 11 rue de la Bûcherie où elle écrira Le Deuxième sexe et les Mandarins. Elle y accueille Nelson Algren en 1949 puis Claude Lanzmann. 1948 : Séjour aux USA. Voyage avec Algren au Mexique et au Guatemala. Publication de L'Amérique au jour le jour, L'Existentialisme et la sagesse des nations. 1949 : Long séjour de Nelson Algren en France. Publication de Le Deuxième Sexe (deux tomes : Tome I : Les faits et les mythes et Tome II : L'expérience vécue) qui se vend à plus de 20 000 exemplaires dès la première semaine. 1950 : Séjour à Chicago et sur le lac Michigan avec Algren. 1951 : Séjour chez Algren. Ils correspondent jusqu'en 1964.
- 1952 à 1958 : Elle habite avec Claude Lanzmann.
- 1954 : Prix Goncourt pour son roman Les Mandarins.
- 1955 : Recueil d'articles Privilèges (réédité sous le titre Faut-il brûler Sade ?). Elle loge à partir de 1955 avec Lanzmann au 11 bis de la rue Victor-Schœlcher, elle y restera jusqu'à sa mort.
- 1957 : La Longue marche : essai sur la Chine, écrit après un voyage de deux mois en Chine, en 1955, avec Sartre.
- 1958 : Mémoires d'une jeune fille rangée, que suivront trois autres volumes de mémoires : La force de l'âge (1960), La force des choses (1963), et Tout compte fait (1972).
- 1960 : Long séjour de Nelson Algren à Paris ; ils cohabitent et voyagent ensemble. Elle s'engage contre la guerre d'Algérie, dénonce la torture pratiquée en Algérie et en métropole, signe "Le manifeste des 121" qui appelle à l'insoumission ; elle prend la défense de Djamila Boupacha accusée de terrorisme.
- 1964 : Publication d'Une mort très douce, qui évoque la mort de sa mère. Dans ce deuil, Simone de Beauvoir est soutenue par Sylvie Le Bon, étudiante en philosophie qu'elle adoptera en 1981.
- 1967 : Elle s'engage contre la guerre au Vietnam, participe au Tribunal Russell qui enquête sur les crimes de guerre des États-Unis et conclut au génocide.
- 1966-1968 : Retour au roman avec Les belles images et à la nouvelle avec le recueil La femme rompue.
- 1970 : Essai La vieillesse. Le volume est presque unanimement applaudi.
- 1971 : Elle lance avec des féministes le "Manifeste des 343", publié par Le Nouvel Observateur et Le Monde : 343 femmes, pour protester contre l'illégalité de l'avortement, déclarent publiquement avoir avorté, afin de provoquer un débat. Elle cofonde en juin, avec Gisèle Halimi, le mouvement Choisir pour aider les femmes en difficulté, en particulier pour l'avortement.
- 1972 : Elle témoigne en octobre au Procès de Bobigny, où une mère est poursuivie pour avoir aidé sa fille de 16 ans à avorter après un viol.
- 1974 : Elle devient présidente de La Ligue du Droit des femmes. Elle publie un numéro spécial des Temps Modernes, "Les femmes s'entêtent".
- 1975 : Elle se rend à Lisbonne avec Sartre pour soutenir la "Révolution des œillets".
- 1979 : Parution de Quand prime le spirituel (réédité sous le titre Anne, ou quand prime le spirituel), son premier ouvrage, refusé en 1938 par les éditions Gallimard et Grasset.
- 1980 : Mort de Jean-Paul Sartre.
- 1981 : Publication de La Cérémonie des adieux suivi de Entretiens avec Jean-Paul Sartre : août-septembre 1974, qui retrace les dix dernières années de son compagnon, et clôt ses mémoires.
- 1983 : Elle publie les Lettres au Castor et à quelques autres (Tome I : 1926-1939, et Tome II : 1940-1963), qui comprend la presque totalité de la correspondance qu'elle a reçue de Sartre. D'autres lettres seront retrouvées après sa mort. Elle reçoit le Prix Sonning, dit "le Nobel danois".
- 1984 : Publication de Simone de Beauvoir aujourd'hui, six entretiens de 1972 à 1982 avec Alice Schwarzer. Elle participe au film Le Deuxième Sexe, réalisé pour la télévision par Josée Dayan (on la voit ICI parler de ce film).
- 1986 : Décès à Paris, à l'âge de 78 ans.
PUBLICATIONS (par "genres")
•Récits autobiographiques
- 1948 : L'Amérique au jour le jour
- 1958 : Mémoires d'une jeune fille rangée
- 1960 : La force de l'âge
- 1963 : La force des choses
- 1964 : Une mort très douce
- 1972 : Tout compte fait
- 1981 : La Cérémonie des adieux suivi de Entretiens avec Jean-Paul Sartre : août-septembre 1974
Romans
- 1943 : L'Invitée
- 1945 : Le Sang des autres
- 1946 : Tous les hommes sont mortels
- 1954 : Les Mandarins tome I et tome 2
- 1966 : Les belles images
Recueils de nouvelles
- 1967 : La femme rompue
- 1979 : Quand prime le spirituel ou Anne, ou quand prime le spirituel
Essais
- 1944 : Pyrrhus et Cinéas
- 1947 : Pour une morale de l'ambiguïté
- 1949 : Le deuxième sexe Tome I : Les faits et les mythes et Tome II : L'expérience vécue
- 1955 : Privilèges
- 1957 : La Longue marche : essai sur la Chine
- 1970 : La vieillesse (rééditée en deux tomes : Tome I et Tome II)
- 1972 : Faut-il brûler Sade ? (réédition de Privilèges)
Théâtre
- 1945 : Les bouches inutiles
, pièce en deux actes et huit tableaux
Lettres de Jean-Paul Sartre à Simone de Beauvoir
- 1983 : Lettres au Castor et à quelques autres Tome I : 1926-1939, et Tome II : 1940-1963 (édition de Simone de Beauvoir)
Entretiens
- 1984 : Simone de Beauvoir aujourd'hui, six entretiens de 1972 à 1982 avec Alice Schwarzer.

Publications grâce à Sylvie Le Bon de Beauvoir
Fille adoptive et héritière de l'œuvre de Beauvoir, elle a publié après sa mort de nombreux écrits, en particulier sa correspondance avec Sartre, Bost et Algren :
- 1990 : Lettres à Sartre Tome I : 1930-1939 et Tome II : 1940-1963
- 1990 : Journal de guerre (septembre 1939-janvier 1941)
- 1997 : Lettres à Nelson Algren : un amour transatlantique, trad. de l'anglais par Sylvie Le Bon
- 2004 : Correspondance croisée avec Jacques-Laurent Bost
- 2008 : Cahiers de jeunesse (1926-1930)
- 2013 : Malentendu à Moscou, nouvelle, L'Herne
•Deux albums sur Simone de Beauvoir
- 2008 : Simone de Beauvoir : écrire la liberté, Sylvie Le Bon de Beauvoir et Jacques Deguy, Découvertes Gallimard #990033
- 2018 : Album Simone de Beauvoir, Sylvie Le Bon de Beauvoir, La Pléiade
•Présentation par Michel Kail
- 2017 : Idéalisme moral et réalisme politique : quatre articles parus dans Les Temps modernes ("L'existentialisme et la sagesse des nations", "Idéalisme moral et réalisme politique", "Littérature et métaphysique", "Œil pour œil")
Sur Mémoires d'une jeune fille rangée

Pour rendre compte de l'ambiance de l'époque, voici à titre d'exemple, un article lors de sa sortie, par Émile Henriot, "de l'Académie française", dans Le Monde du 7 janvier 1959.

Émile Henriot (1889-1961), poète, écrivain, essayiste, critique littéraire, fit partie de l'équipe fondatrice du Monde et y tint "le feuilleton littéraire" jusqu'à sa mort.
Dans Le Monde du 22 mai 1957, il contribua à populariser le terme de "nouveau roman" à propos de La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet et à Tropismes de Nathalie Sarraute (tous deux chez Minuit).

 


 

 

 

 

 

 

 

 


Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :

à la folie - beaucoup- moyennement - un peu - pas du tout
grand ouvert -
¾ ouvert - à moitié - ouvert  ¼ - fermé !

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens