Extrait du site d'Actes Sud

Quatrième de couverture :

Au péril de sa vie, un écrivain se donne pour mission de sauver un chien de la noyade. Une histoire poignante, très personnelle et remarquablement écrite


Traduit de l'allemand par Stéphanie Lux

Extrait ICI

Michael KÖHLMEIER (né en 1949)
Idylle avec chien qui se noie (publié en Autriche en 2008)

Nous avons lu ce livre pendant notre cinquième Semaine lecture du 7 au 14 juillet 2018 dans les Hautes-Alpes. Les 7 livres lus pendant la semaine : ICI

Voir en bas de page la documentation sur l'auteur et ses œuvres.

Voici d'abord nos 20 cotes d'amour (des 15 participants à la Semaine lecture + 5 à distance) :
Nathalie, Denis, Jacqueline, Rozenn, Catherine, Manuel, Claire
Séverine, Chantal, Muriel, Suzanne, Françoise, Fanfan, Fanny,
Lisa, Monique L
Édith, Marie-Odile Monique S, Manon

Monique L (depuis Paris)
Ce livre est singulier et étrange. C'est une œuvre pleine de pudeur et de non-dits.
De quoi est-il question ? De littérature, de vie, de mort. J'ai aimé comment l'on découvre progressivement le drame que partagent l'auteur et sa femme Monika, qui ont perdu leur fille de 21 ans, morte près de chez eux, dans un accident de montagne. Chacun cherche à vivre après ce drame : Monika entretient un jardin intérieur exubérant pour s'y réfugier, l'auteur quand à lui, se plonge dans l'écriture-catharsis. Tous les deux font des promenades en montagne dont l'organisation journalière ne semble pas être due au hasard (chacun de son côté puis ensemble le week-end). Pour moi, il s'agit de la description pleine de retenue de la vie de ce couple après la mort de leur fille. C'est le sens que j'ai donné à ce livre. Mais je reste perplexe et la fin est peu explicite. En voulant sauver le chien l'auteur pensait-il à Paula ?
La construction est intéressante. On ne comprend l'importance d'un récit ou d'une description que plus tard dans la lecture : le jardin, la rencontre de l'éditeur avec le chien. J'ai du mal à intégrer le rôle de l'éditeur dans cette histoire, bien que j'aie apprécié les rapports entre l'écrivain et son éditeur où se mêle parfois un certain humour. Je ne suis pas certaine d'avoir saisi tout ce qui n'est pas clairement exprimé dans ce texte. J'ai apprécié l'écriture et la retenue de l'auteur. C'est très bien écrit et plein de subtilité. J'ouvre aux ¾.
Manon (à Paris)
Lorsque je trouve le titre d'un livre étrange, je me demande toujours si le livre l'est également ou s'il s'agit là d'une "manœuvre" de l'auteur afin d'aiguiser notre curiosité. Ensuite me vient d'office la seconde question : mais si le livre est aussi étrange que le titre, vais-je malgré tout l'apprécier ?
Eh bien concernant celui de ce jour, cela va être très rapide : je n'ai rien compris !
Je n'ai pas compris la psychologie des personnages, je n'ai rien compris aux métaphores et je n'ai pas compris l'intérêt d'un tel livre... bref je ferme ce bouquin et je passe à quelque chose qui conviendra mieux à la personne terre à terre que je suis !
Décidément les livres ayant pour titre "chien" ne me réussissent pas en semaine lecture ! (à recommander à Manon : le site - littéraire - consacré aux lectures canines)
Marie-Odile (dans les Pyrénées)
Étrange texte constitué d'éléments que j'ai trouvés un peu disparates… Un titre énigmatique jusqu'aux derniers chapitres. Pas de majuscule à chien, pas d'article devant ce nom non plus. Mais un article pour "le Johannes" p. 12... Un questionnement sur les relations entre auteur et éditeur. La honte liée à l'histoire du chien présentée comme explication à la distance prise par cet éditeur (qui à aucun moment ne m'a paru sympathique). Une "jungle" comme remède à la disparition insoutenable de l'enfant (pour Monika). L'écriture comme salut possible pour le narrateur. Et un chien qui se trouve là pour donner de la fierté à Beer et transformer le narrateur en... héros…
Je ne sais pas vraiment comment rattacher tout cela... et je suis un peu déconcertée. Le chien est peut-être le personnage qui a le plus retenu mon attention. J'ouvre à moitié ce texte qui, vu la dédicace, comporte peut-être des éléments autobiographiques ?....
Lisa (à Paris)
J'ai beaucoup aimé ce petit livre. Je trouve le thème du deuil particulièrement bien abordé ici : je comprenais le narrateur et ses réactions.
Je trouve le style réussi, les descriptions de l'éditeur m'ont fait rire. Je le trouve très visuel, je voyais les paysages, le lac, le chien.
J'ouvre aux ¾ parce que je doute qu'il m'en reste grand-chose dans quelque temps, malgré un moment de lecture très agréable.
Monique S (dans la Sarthe)
Je suis bien ennuyée pour parler de ce livre, et j'attends avec impatience les avis des autres pour voir ce qu'ils ont compris. Moi, pas grand-chose.
Au début, la relation de l'auteur avec son éditeur ne m'a pas paru rigolote, et je me suis dit : "on est mal partis". Et puis, quand on découvre la maison de l'auteur (fictif), sa femme, sa jungle, sa vie de famille, j'ai trouvé que c'était sympa, que l'auteur (le vrai) était capable en quelques pages de nous changer complètement d'atmosphère, et je me disais même : "Quelle imagination !". Ensuite, avec la promenade de l'éditeur et le chien – lourdingue ! Et racontée en détails X fois – j'ai commencé à me demander où l'auteur (le vrai) voulait en venir... et si j'avais bien envie d'y aller...
Après on en apprend plus sur le deuil de l'auteur (le fictif). Assez émouvant. Bon. Et puis arrive cette histoire de sauvetage du chien (d'ailleurs que devient-il ce chien à la fin ? SPA ?). Je vois bien le lien entre l'histoire du chien et de la fille, que l'auteur (fictif) qui n'a pas réussi à sauver sa fille, a pu comme exutoire sauver quelqu'un d'autre (le chien) au risque d'y perdre sa vie. OK. Mais quel rapport avec l'éditeur ? L'écriture ?
La relation de l'éditeur et de l'auteur me hérisse le poil, m'horrifie. Quel drôle de bonhomme ce type, avec ses pyjamas écossais et son sac de peau de chèvre ! Il se décrit à un moment comme "le fou du roi Lear" ? Cela ne me parle pas... Je ne connais pas assez la pièce. Pourquoi n'écrit-il pas des livres lui-même, au lieu de phagocyter ce type fragile ? Et pourquoi l'auteur accepte-t-il ça ? Que cherchait donc l'éditeur ? À vivre par lui-même, enfin, une idylle par exemple avec l'adorable femme de son "dévoué" ? À persuader l'auteur que la littérature compte avant tout ? Ou bien au contraire que tout ce qui s'écrit doit être vécu avec ses tripes ? Mais pour qui se prend-il alors ? Pour quel créateur mégalomane ? Bref, tout ça me broute ! Heureusement, c'était court ! Je ferme le livre.
Cette année, loin du groupe, je lis tous les livres sans rien savoir de l'auteur, de l'histoire du livre. Seulement après avoir écrit mon avis, je vais à la pêche aux renseignements. Je découvre que l'auteur de ce livre a dans la vraie vie une femme, Monika, qu'il a aussi perdu une fille prénommée Paula... Comme le livre est défini "roman", je ne change rien à mon avis. Je suis allée chercher aussi des infos sur le "fou du roi Lear" et sur ce lien, on peut lire : «  Dans quelle mesure le Fou dans Le Roi Lear possède-t-il un double rôle : du Fou divertissant, au Fou révélant la phase dérisoire du monde ? Dans un premier temps il s'agit de voir la figure du Fou comme "diseur de bonne vérité", puis dans un second temps de montrer en quoi il est un adjuvant nécessaire à la compréhension de Lear et à sa rédemption »...
Édith (à Vars comme ceux qui suivent)
Je suis influencée par ce que nous dit Marie-Odile. Je suis désarçonnée. C'est énigmatique la lâcheté de l'éditeur, c'est lui le chien ou moi, puis ce détachement – j'ai aimé ce passage. Dans l'histoire d'amour hier avec Mutis, j'étais engagée, là il y a juste une main de l'éditeur ; leur union est au-delà entre les deux. Le dernier chapitre est particulièrement énigmatique. Il y a une question littéraire, mais que je n'ai pas creusée. J'ouvre à moitié en raison de ma flemme.
Séverine
C'est assez surprenant. C'est surréaliste au début. Quand il évoque le manque d'intimité des gens qu'on côtoie, c'est très bien vu. Quand on découvre l'éditeur, c'est le jour et la nuit, on ne s'y attend pas. La jungle ajoute au surréalisme. Puis c'est une douche glacée. Je ne m'attendais pas au deuil. Il y a un passage entre deux ambiances différentes. Puis le chien ! Il y a des histoires vraies et des histoires de littérature. Cela mérite de réfléchir. Ce livre m'a dérangée. J'ouvre aux trois quarts.
Chantal
Je n'ai pas compris la construction, mais je m'en fichais. Le rapport entre éditeur et auteur m'a agacée : comme un gamin avec son prof. Le passage au tutoiement m'a paru invraisemblable. La fin m'a donné l'impression qu'il fallait en finir. J'ai adoré les descriptions de la jungle. Le livre est dédié à la famille de l'auteur. Quelle loufoquerie la jungle ! Il y a un caprice des refus. Je suis touchée par le vieux couple, le vieillissement. Il n'y a pas de lien que j'ai cherché entre mort du chien et de Paula. J'ouvre aux trois quarts.
Nathalie
J'ouvre en grand ! J'ai pleuré, c'est très poignant alors que des scènes sont drôles. Ce livre est très angoissant. Je n'ai pas envie de le prêter. Il s'agit de sauver quelqu'un. Des idées fantastiques passent par la tête. Je suis très émue par le couple. Qui se réconcilie. Il y a un art de raconter le ténu. Elle l'aide cette femme. Et la transcendance : la littérature ! Le tu de la part de l'éditeur va lui permettre d'accoucher l'auteur ; le tu donne une autorisation d'utiliser l'intimité.
Muriel
Il y a plusieurs parties dans ce livre. Je n'ai pas aimé le personnage de l'éditeur. L'épisode de la forêt vierge est étrange et il faut faire soi-même un effort pour relier les différentes parties entre elles. Le chien, j'ai regardé tout de suite s'il allait mourir. C'est autobiographique, cela va de soi. Et p. 83, ça repasse au il. Je n'aime pas tout ce qui concerne l'éditeur. Mais j'ai eu beaucoup de plaisir. J'ouvre aux trois quarts.
Denis
J'aime beaucoup ce livre. Je regrette d'avoir eu peu de temps pour le lire. C'est très profond, subtil, émouvant. Ce passage, tous les jours, au cimetière, quand on en découvre la raison, c'est un choc. Je croyais que c'était un roman. Et le chien qui se noie, cela rappelle le conte Ondine. On ne peut l'offrir, ce livre, que j'ouvre en grand.
Jacqueline
Je ne peux pas parler de ce livre. La fin a complètement changé mon point de vue : comment quelqu'un peut sortir du deuil ? Comment on peut reconstruire quelque chose ? L'éditeur que je ne comprenais pas bien est celui qui aide à s'en sortir, je le comprends en lisant les dernières pages. Le chien, c'est très prenant. L'éditeur a joué un rôle d'éditeur. C'est un très beau livre, j'ouvre en grand, je le relirai.
Rozenn
Je ne sais si je l'ai aimé, mais ce livre m'a fascinée. L'éditeur m'a agacée, oui, mais il vient bousculer le couple. Il est insupportable, comme pour les courses... ; mais il apporte le chien. Le narrateur rapporte une conversation qui n'a pas eu lieu. Il rêve de sauver sa fille, il sauve un chien. Il y a beaucoup de charme. J'ai lu La petite fille au dé à coudre que j'ouvre en grand (c'est tout simple, dramatique) que je n'ouvre mais que je ne relirai pas. Ici j'ouvre aux trois quarts et je le relirai. Je le donnerai à qui s'intéresse à la littérature.
Suzanne
J'ai eu du mal à entrer. La relation avec l'éditeur est conventionnelle. Puis l'histoire devient très intéressante entre les deux hommes, entre l'homme et le chien. Tout bascule. Il y a un défi à la mort avec ce chien qui se noie Il ne se reconnaît pas dans ce rôle. Il y a quelque chose de l'ordre de l'essentiel, un effroi du retour à la vie. Pour le passage au il, j'ai tout remis au style direct. Ça m'émeut. Tout ce qui est sur la littérature n'est pas développé. L'histoire du train avec la jeune fille est insupportable. Encore la panne. J'ouvre aux trois quarts.
Françoise
Il y a trois parties. L'éditeur dans la jungle c'est loufoque. Où il nous emmène avec ce personnage grotesque ? Le chien donne une histoire racontée plusieurs fois, on est jaloux. Et ce titre avec le mot idylle ! Il y a des passages très émouvants, délicats. Ici on peut confondre le narrateur et l'auteur, il brouille les pistes. Mais dans la réalité, sa fille est écrivaine, pour de vrai. Le chien est relié à la mort de sa fille. J'ouvre aux trois quarts.
Fanfan
J'ai été énormément déroutée. Je n'ai pas digéré. Au début ça m'emballait moyen. Le titre, lui, m'emballait. Dans la jungle, alors là ça y est, le délire. Ce livre est bordélique. L'éditeur est un détonateur. J'ai beaucoup aimé le couple, la tendresse, le chagrin, cela m'a touchée. Et le chien, qu'est-ce qu'il vient faire là-dedans ? Pourquoi ce mec vient sauver ce chien ? J'ouvre entre 3/4 et entier, 9/10...
Fanny
Je vous rejoins. Ce livre m'a happée. Je n'ai pas réussi à le poser. Je suis très loin d'avoir tout compris. Le passage du vous au tu permet d'accéder à l'intimité, et donc à la mort de la fille. Ça s'emboîte très bien. J'aime bien quand, p. 55, alors qu'il s'agit de la marche de l'homme avec le chien qui semble mal à l'aise à un endroit : peut-être qu'il habite ici "et qu'il ne veut pas y retourner parce qu'il a été maltraité. Non, se dit-il, c'est de littérature, ça." La fin je n'ai rien compris. On peut faire des hypothèses sur la catharsis de la part de l'auteur. Ce livre n'est pas à donner à n'importe qui. J'ouvre aux trois quarts.
Catherine
J'ouvre en grand. À cause de la partie sur le deuil, qui est poignante. Je le disais dans la navette où j'étais à deux doigts de pleurer. Tout ce qui est dit est extraordinaire. J'ai aimé le mélange d'humour. La construction très subtile, on comprend au fur et à mesure. Et la jungle avec un chemin ! Ça reste un livre énigmatique. Il donne des émotions, c'est drôle, le chien fait surgir l'histoire, c'est un beau livre que j'ouvre en grand.
Manuel
J'ai beaucoup aimé ce livre. Il y a tant de choses qu'on a envie de le relire. L'éditeur m'a passionné. J'ai pris le livre comme une œuvre de fiction. Il y a toujours quelque chose pour me capter. À Conrad renvoyaient Cognetti et Mutis. Ici c'est une vraie invention littéraire. Il imagine ce que sa fille écrit. Il y a des traits d'humour. L'insomnie ouvre sur la philosophie médiévale. La place de l'éditeur est étonnante : y a-t-il jalousie par rapport à l'écrivain ? J'aime les livres qui ne donnent pas les clés. Et en plus je trouve que c'est très bien traduit. (Plus tard : j'ai lu La petite fille au dé à coudre. Mais je préfère Le chien.)
Claire
J'ouvre en grand ! Et je suis contente de vous avoir entendus : l'effet que le livre m'a fait est démultiplié en vous écoutant. Pour moi ça n'a aucune importance si c'est autobiographique, car c'est littéraire, fait de transposition, de composition. C'est l'anti-Mutis concernant les passages du je au il dans le récit. C'est tout en subtilité, de la dentelle. Et ce que j'ai aimé, c'est l'envie d'emblée de ne pas analyser, le sentiment de confiance dans l'écrivain, dans le livre qui me prend.

Françoise
Un éclairage peut venir de ce passage p. 92 avec l'éditeur qui nous ramène d'ailleurs à Conrad... : « Un jour je lui avais demandé qui était son héros littéraire préféré. Il avait réfléchi un instant, et il avait répondu : "Verloc dans L'Agent secret de Joseph Conrad." Je m'étais exclamé : "Verloc ! Mais il est diabolique !" Il avait rétorqué : "Vous ne m'épargnez malheureusement pas la gêne de devoir attirer votre attention sur le fait qu'il n'est pas question de vie dans cette histoire, mais de littérature. »

(Nous envisageons de lire un autre livre de Köhlmeier dans le groupe.)


Michael Köhlmeier et Monika Helfer, juillet 2018: ce ne serait pas la jungle, à droite ?...

et là ?...

DOC SUR MICHAEL KÖHLMEIER ET SES ŒUVRES

Quelques repères concernant des activités très variées

- Autrichien, Michael Köhlmeier est né en 1949 à Hard, au bord du lac de Constance, et vit aujourd’hui à Hohenems et à Vienne.
- 1970 à 1976 : études de sciences politiques et d'allemand ; 1976 : thèse sur l'austrofascisme ; de 1977 à 1980 : études de mathématiques et de philosophie.
-
Il s’est fait connaître par ses récits décontractés de mythes antiques et d'histoires bibliques, d'abord diffusées à la radio, puis en cd, ainsi qu'en tant que livres, qui ont eu beaucoup de succès. Il est connu depuis le début des années 1970 avec des pièces radiophoniques et des textes courts en prose.
- En 1972, il fonde avec le musicien Reinhold Bilgeri le duo Bilgeri & Köhlmeier, qui connaît le succès notamment avec la chanson Oho Vorarlberg en 1973. Pour le groupe Schellinski, il écrit depuis 2004 des textes en dialecte du Vorarlberg : on le voit par exemple ici chanter Jambalaia.
- Depuis le début des années 1980, il écrit des romans, en plus d'une variété de textes plus courts et de contributions de type feuilleton.
- Köhlmeier commente régulièrement les questions politiques : en 2018, il a fait la une des journaux lorsqu'il a commémoré la persécution des Juifs devant le Parlement.
- Michael Köhlmeier et l'écrivain Monika Helfer ont eu quatre enfants dont Paula Köhlmeier, décédée en 2003 à l'âge de 21 ans. Publié en 2008,
Idylle avec chien qui se noie est ainsi dédiée : "pour Monika, pour Oliver, pour Undine, pour Lorenz, pour notre chère Paula".

Nathalie Buisson, du nouveau groupe parisien, témoigne

Parmi les livres de la Semaine lecture, il y a un auteur que j'aime beaucoup : Köhlmeier. J'ai lu Deux messieurs sur la plage il y trois ans environ. Je l'ai offert à Valérie qui a beaucoup aimé à son tour et m'a entraînée à une conférence avec Köhlmeier à l'Institut Goethe, notamment autour de son dernier roman La petite fille au dé à coudre qu'elle-même venait de lire.
Cet auteur parle dans un allemand envoûtant. Il a une voix superbe. Nous avons très peu malheureusement de traductions de ce romancier qui a écrit énormément d'ouvrages. Il écrit aussi ou réécrit des contes, des histoires mythologiques ou bibliques, enregistre ses livres car il tient profondément à la transmission par l'oralité. Il a écrit un roman de 800 pages Occident (Abendland) avec comme personnages un mathématicien (notre auteur adore les maths) de 95 ans et un homme d'une cinquantaine d'années, écrivain, qui a l'air passionnant. Mais pas encore traduit !

Deux messieurs sur la plage
raconte l'amitié de Chaplin et Churchill. Il la raconte comme une histoire vraie et très documentée alors que la plupart des faits relatés sont faux. Il expliquait qu'il avait de nombreux débats vifs avec son père qui était historien et estimait que l'Histoire ne devait jamais être dévoyée. Lors de ces débats, nous explique l'auteur, c'est son père qui remportait la bataille argumentative. "Et", nous explique-t-il, malicieux, "j'ai écrit ce livre après sa mort. C'est moi qui ai eu le dernier mot ! Mais", ajoute-t-il après un silence et un sourire, "j'estime que je n'ai pas trahi car est bien mentionné, sous le titre, le mot Roman."

Voir en complément "Entretien avec Michael Köhlmeier", Laurent Pfaadt, Hebdoscope, 4 juin 2018

Livres traduits en français

Avec la date de publication en Autriche :
- 1997 : Ta chambre à moi, Maurice Nadeau, 2000 (voir un
court article de Pierre Deshusses, Le Monde, 8 septembre 2000)
- 2008 : Idylle avec chien qui se noie, éd. Jacqueline Chambon, 2011 ; Babel 2016
- 2009 : Manger ou être mangé, éd. Le Tripode, 2017, extrait ICI -2010 : Madalyn, éd. Jacqueline Chambon, 2012
- 2014 : Deux messieurs sur la plage, éd. Jacqueline Chambon, 2015 ; Babel 2017
- 2016 : Qui t'a dit que tu étais nu, Adam ? : tentations mythologiques et philosophiques (essai), avec Konrad Paul Liessmann, éd. Jacqueline Chambon, 2018, extrait ICI (voir
un court article de Pierre Deshusses, Le Monde, 31 mai 2018)
- 2016 : La petite fille au dé à coudre, éd. Jacqueline Chambon, 2017

Ses œuvres sont traduites en français, anglais, grec, coréen, roumain, slovène, espagnol et turc.

 

Nos cotes d'amour pour le livre, de l'enthousiasme au rejet :
à la folie
grand ouvert
beaucoup
¾ ouvert
moyennement
à moitié
un peu
ouvert ¼
pas du tout
fermé !

 

 

Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens