Thomas Hardy, photo de Clive Holland, 1900, National Portrait Gallery


La version en VO :

Far From the Madding Crowd, est en ligne, intégralement, sur le site Gutenberg ›ici

Les versions en VF :

Thomas HARDY, Loin de la foule déchaînée, trad. Mathilde Zeys, Archipoche, 471 p.

Quatrième de couverture : Gabriel Oak, jeune paysan du Wessex, est devenu propriétaire d’une bergerie. Il s’éprend de Barbara Everdene, venue s’installer au pays avec sa tante. Mais la belle repousse ses avances avec hauteur. Ayant perdu toutes ses bêtes par la faute d’un chien mal dressé, Gabriel, ruiné, est réduit à trouver du travail dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie et dont la propriétaire n’est autre que… Barbara, qu’un héritage a rendue riche. Entretemps, la jeune femme subit les assauts d’un prospère exploitant, William Boldwood, mais aussi de son rival, le fringant sergent Francis Troy, qu’elle finit par épouser, sans savoir qu’une domestique, Fanny, est enceinte de ses œuvres… Gabriel ne parvient pas à lui cacher la mort en couches de la mère et de l’enfant, tandis que Troy, repentant, tente de se noyer. Alors que chacun le croit mort, il resurgit à la veille de Noël et est abattu par Boldwood, qui retourne l’arme contre lui. Lorsque enfin Barbara comprend qu’elle n’a jamais eu qu’un ami, Gabriel lui annonce qu’il quitte l’Angleterre pour la Californie… Le quatrième roman de Thomas Hardy (1874) fut son premier grand succès public et critique.


Loin de la foule déchaînée, trad. Thierry Gillybœuf, éd. Sillage, 2011, 432 p.

Quatrième de couverture : Jeune femme d’une grande beauté et au caractère impétueux, Batsheba Everdene hérite à vingt ans d’un beau domaine, qu’elle dirige seule. Quand un incendie se déclare dans sa propriété, un ancien soupirant ayant connu des revers de fortune, Gabriel Oak, apporte une aide précieuse pour sauver ses récoltes. Elle lui procure un emploi parmi ses gens, mais devient l’élue de deux autres prétendants, bien décidés à obtenir sa main. Oak s’avérera quant à lui d’une étonnante fidélité…

Publié en 1874, Loin de la foule déchaînée est le premier des grands romans de Thomas Hardy (1840-1928), à qui il apporte la notoriété. Il marque l’apparition dans son œuvre de la région imaginaire du Wessex, calquée sur son Dorset natal. C’est le texte fondateur d’un univers familier aux lecteurs de Tess d’Urberville ou Jude l’obscur.


Loin de la foule déchaînée, trad. Sophie Chiari, Le Livre de poche, 768 p.

Quatrième de couverture : Dans le comté rural du Wessex, Gabriel Oak demande en mariage la jolie Bethsabée Everdene, offrant à cette orpheline désargentée une situation confortable et la promesse d’une vie heureuse. Farouchement attachée à son indépendance, la jeune femme se refuse à lui. Elle hérite bientôt d’une propriété à Weatherbury, qu’elle décide de gérer seule, en maîtresse femme. Alors que tout semble lui sourire, Bethsabée se retrouve en proie aux désirs de Boldwood, un riche fermier, puis de Troy, un sergent sans foi ni loi, et enfin de son premier soupirant, le fidèle Oak, qui, par le plus grand des hasards, s’est fait engager par celle qu’il avait résolu d’oublier. Ce quatuor amoureux va se déchirer et semer le trouble dans le cœur et la vie de l’héroïne.

Loin de la foule déchaînée, chef-d’œuvre de Thomas Hardy, fait au gré des saisons le récit de vies tumultueuses et d’amours contrariées au sein d’une nature aussi spectaculaire qu’impitoyable.

Édition et traduction de Sophie Chiari.

Thomas Hardy (1840-1928)
Loin de la foule déchaînée (1874)

Nous lisons ce livre pour le 26 avril 2024.
Nous avions lu Jude l’obscur en 1998.


Notre lecture n'est pas isolée


Nous avons associé à la lecture de ce livre un autre livre que nous lirons pour la séance suivante, chacun des deux livres étant adapté au cinéma, et nous visionnerons ces films :

1. Loin de la foule déchaînée, roman de Thomas Hardy (1854)
2. Loin de la foule déchaînée, film de Thomas Vinterberg (2015)

3. Tamara Drewe, roman graphique de Posy Simmonds (2007), librement inspiré de Loin de la foule déchaînée
4. Tamara Drewe, film de Stephan Frears (2010).


Des repères à propos de Thomas Hardy


- Sur le site des éditions Sillage qui ont publié une nouvelle traduction du roman, 110 ans après la première traduction... :  ›bio et bibliographie détaillée.
- Wikipédia : ›ici.
- Visite en vidéo et en anglais de sa maison ›ici.
- Et pour finir... l'enterrement de Thomas Hardy en vidéo de quelques secondes ›ici et ›là (images de 1928) : funérailles à l'abbaye de Westminster, incinération et cœur transféré à Dorset et enterré à Stinsford...


Des émissions


- France Culture, Anthologie étrangère — Thomas Hardy, 27 juin 1962, par Stéphane Frontès, 1h fort complète : vie et surtout œuvres sont passées en revue avec un ton ampoulé rigolo de l'époque.
- France Inter, Ça peut pas faire de mal, Guillaume Gallienne, 25 février 2012, 50 min. On plonge dans deux romans : Tess d'Uberville et Jude l'Obscur.
- François Busnel donne son avis sur notre roman dans La Petite Librairie.


Les œuvres de Thomas Hardy


Thomas Hardy écrit aussi des nouvelles, des poèmes, des pièces de théâtre. Nombre de ses œuvres sont en ligne intégralement en anglais sur gutenberg.org.

Les romans : voici les romans traduits et publiés avec, en tête, la date de la publication anglaise, puis la date de la traduction française :
- 1971 : Remèdes désespérés, trad. Robert Davreu, 1984.

- 1872 : Sous la verte feuillée, trad. Eve Paul-Margueritte, 1923.
- 1873 : Les Yeux bleus, trad.
Ève Paul-Margueritte, 1913 ; trad. Georges Goldfayn,
2016.
- 1874 : Loin de la foule déchaînée, trad. Mathilde Zeys, 1901 ; trad.
Thierry Gillybœuf, 2011 ; trad. Sophie Chiari, 2023.
- 1876 : S'il avait insisté, Jean Audiau, aquarelles Paul Izarn, lithographie Gaston Prost, 1932.

- 1878 : Le Retour au pays natal, trad. Eve Paul-Margueritte, 1923 ; trad. Marie Canavaggia, 1932.
- 1880 : Le Trompette-Major, trad. Yorick Bernard-Derosne, 1882, premier roman de Thomas Hardy traduit.
- 1882 :
À la lumière des étoiles, trad. Marie Cresciani, 1931, revue par Diane de Margerie, 1987.
- 1886 : Le Maire de Casterbridge, trad. Philippe Néel, 1922.
- 1887 : Les Forestiers, trad. Antoinette Six, 1932.
- 1891 : Tess d'Urberville, trad. Madeleine Rolland, 1901.
- 1895 : Jude l'obscur, trad. F. W. Laparra, 1901 ; trad. Firmin Roz et Hélène Seyrès, 1996.
- 1897 : La Bien-Aimée, trad. Ève Paul-Margueritte, 1909 ; trad. Geneviève Brzustowski, 2005.

Les nouvelles, contes et récits
- Contes du Wessex, trad. Pierre Leyris et Antoine Jaccottet.
- Le Bras flétri, trad. Josie Salesse-Lavergne.
-
Les intrus dans la maison haute, précédé d'un autre conte du Wessex au titre légèrement différent de la traduction précédente, Le bras atrophié, trad. Bernard Jean.
-
Deux contes du wessex/Two stories from "Wessex tales", trad. Bernard Jean.
-
Une femme d'imagination et autres contes, trad. Magali Merle.
- L’Homme démasqué, trad. Diane de Margerie.
- Les Petites ironies de la vie, trad. Diane de Margerie et H. Boivin, 1979, neuf récits.
- Métamorphoses, trad. Pierre Coustillas et al., ill. Anne Careil.
- Sous le regard du berger, trad. Pierre Coustillas et al., onze nouvelles.
- Nobles dames, nobles amours, trad. Françoise Dottin : dix archéologues amateurs, que la pluie oblige à renoncer à une excursion, se racontent à tour de rôle les amours malheureuses de jeunes femmes...

Des poèmes
- Poèmes du Wessex, suivis de Poèmes d'hier et d'aujourd'hui et de La Risée du Temps, trad. Frédéric Jacques Temple.
- Les poésies d'amour, trad. Jean-Pierre Naugrette.

La pléthore de traducteurs : On constate que les traducteurs de Thomas Hardy sont innombrables, dont la plupart n'ont traduit qu'un seul roman.
Diane de Margerie, elle-même écrivain, a traduit trois livres. Eve Paul-Margueritte qui appartenait au Club des Belles Perdrix (!) en a traduit quatre.
C'est notre roman qui est le plus traduit (à trois reprises).


Les traductions françaises de Far From the Madding Crowd



1901
Mathilde Zeys, traductrice de quelques livres en anglais et allemand
2011
Thierry Gillybœuf
écrivain
et
traducteur
2023
Sophie Chiari
universitaire
et
traductrice

Archipoche, 471 p.

Ed. Sillage, 432 p.

Livre de poche, 768 p.

La traduction à éviter est la plus ancienne, celle de Mathilde Zeys...
Pourquoi ? Parue en 1901 sous le titre Barbara, elle est rééditée sous le titre Loin de la foule déchaînée en 1980, légèrement révisée, mais le nom des personnages et le découpage des chapitres ne sont pas respectés, des paragraphes entiers sont supprimés, ou modifiés... La fidélité au texte original guide moins la traductrice que l'adaptation française au goût de l'époque. Voir ›ici la comparaison des débuts du livre, accablante pour cette première traduction...


Loin de la foule déchaînée : un roman écrit et réécrit


Les éditions Sillage récapitulent :

"Far From the Madding Crowd
paraît pour la première fois en feuilleton, de janvier à décembre 1874, dans le Cornhill Magazine, sans nom d’auteur. Le roman est publié en volume fin 1874 à Londres chez l’éditeur Smith, Elder & Co.

Après le succès rapide des premières éditions, et afin de répondre à certaines critiques, Hardy remanie légèrement son texte pour une nouvelle édition parue en 1877 chez Smith, Elder & Co.

En 1894-1895, Hardy entreprend la
révision de l’ensemble de ses romans pour la publication de ses œuvres complètes chez Osgood, Mcllvaine & Co (Londres).

Il continue de réviser son œuvre de manière régulière : pour l’édition Harper en 1901, pour celle de Macmillan & Co en 1902 ou encore pour la célèbre "Wessex Edition" (Macmillan & Co) en 1912.

En 1919 est publiée une édition de luxe de l’œuvre de Hardy. Connue sous le nom de 'Mellstock Edition', son tirage est limité à cinq cents exemplaires.C’est pour Hardy une nouvelle occasion de retravailler certains détails de son œuvre."

Joli cadeau de Noël 1919, non ?


Loin de la foule déchaînée : un roman adapté par trois réalisateurs


Notons que les adaptations ont été le signe du succès de Thomas Hardy : dès 1897, son roman Tess d'Urberville est joué à Broadway, puis en 1913 porté au cinéma.

- Laurence Trimble réalise en Angleterre, parmi ses nombreux films muets, Far from the Madding Crowd en 1915 ; le film est présumé perdu et n'a pas traversé la Manche, alors qu'il traversa l'Atlantique. Avec Florence Turner qui joua dans 160 films (Bathsheba Everdene), Henry Edwards (Gabriel Oak), Malcolm Cherry (Farmer Boldwood), Campbell Gullan (Sergent Troy), Dorothy Rowan (Lyddie). C'était un long métrage (5 rouleaux).

Notons un acteur important, le chien de Gabriel : le rôle était tenu par la chienne du réalisateur, Jean, qui fut le premier chien à jouer un rôle de premier plan dans le cinéma et qui a sa fiche wikipedia...

- Le Britannique John Schlesinger adapte en 1967 Loin de la foule déchaînée, avec Julie Christie (Bathsheba Everdene), Terence Stamp (sergent Frank Troy), Peter Finch (William Boldwood), Alan Bates (Gabriel Oak), Fiona Walker (Liddy), Prunella Ransome (Fanny Robin). Pas loin de 3h ! Bande annonce ›ici. Version intégrale ›là (en vo sans sous-titres, qualité d'image assez médiocre)

- L'Américain Thomas Vinterberg en 2015
Loin de la foule déchaînée, avec Carey Mulligan (Bathsheba Everdene), Matthias Schoenaerts (Gabriel Oak), Michael Sheen (William Boldwood), Tom Sturridge (sergent Frank Troy), Jessica Barden (Liddy), Juno Temple (Fanny Robin). 2h. C'est ce film que nous visionnerons.
 


Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :
                                        
à la folie
grand ouvert
beaucoup
¾ ouvert
moyennement
à moitié
un peu
ouvert ¼
pas du tout
fermé !


Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens