Extrait de L'Express (2016) dans un article sur Envoyée spéciale

Affiche de l'exposition à la BPI

Quatrième de couverture :

"Constance étant oisive, on va lui trouver de quoi s’occuper. Des bords de Seine aux rives de la mer Jaune, en passant par les fins fonds de la Creuse, rien ne devrait l’empêcher d’accomplir sa mission. Seul problème : le personnel chargé de son encadrement n’est pas toujours très bien organisé."

Lecture d'Envoyée spéciale par Éric Ruf ICI

Quatrième de couverture :

"Ravel fut grand comme un jockey, donc comme Faulkner. Son corps était si léger qu'en 1914, désireux de s'engager, il tenta de persuader les autorités militaires qu'un pareil poids serait justement idéal pour l'aviation. Cette incorporation lui fut refusée, d'ailleurs on l'exempta de toute obligation mais, comme il insistait, on l'affecta sans rire à la conduite des poids lourds. C'est ainsi qu'on put voir un jour, descendant les Champs-Elysées, un énorme camion militaire contenant une petite forme en capote bleue trop grande agrippée tant bien que mal à un volant trop gros.
J.E.

Ce roman retrace les dix dernières années de la vie du compositeur français Maurice Ravel (1875-1937)"

Jean Échenoz
Envoyée spéciale

Nous avons lu ce livre pour le 26 janvier 2018, tandis que le nouveau groupe parisien lit Ravel pour le 2 février 2018 que nous avions lu en 2006. Auparavant, nous avions aussi lu Cherokee en 1990, puis Je m'en vais en 2000. Une exposition nous a décidés à programmer un 4e livre d'Echenoz...

DOCUMENTATION en bas de page sur l'œuvre de Jean Echenoz et l'exposition qui lui est consacrée

Marie-Odile (du groupe breton)
Il s'agit pour moi d'une première lecture de Jean Echenoz dont le nom a pourtant souvent chatouillé mes oreilles. Je dois avouer que ce roman ludique, parodique, satirique, humoristique, (caractéristiques plutôt rares dans notre répertoire) m'a fait passer un moment plutôt agréable. Tout y est assez drôle : les personnages, les comportements inattendus, les situations, les évocations du métro, de la Creuse ou de la Corée, le tableau instructif de la DMZ, les interventions du narrateur faussement surpris par les fantaisies de son propre récit, le style enfin. Et on a le sentiment, mais on peut se tromper, que le plaisir de lire est à la mesure du plaisir d'écrire de Jean Echenoz qui, mais on peut encore se tromper, ne se prend pas au sérieux. En effet, on pourrait lui poser la même question qu'à Gérard Delplanque p. 190 : "Hommage ou parodie ?... Ni l'un ni l'autre évidemment" ou à Pierre Michon p. 238 "Le style, je veux dire cette manière si singulière qui est la vôtre, provoque-t-il le propos ou en est-il la conséquence ?"... Mais comme précise la suite "c'est peut-être un peu plus compliqué". Compliqué donc.
Quoi qu'il en soit, je rends grâce à cet auteur d'avoir créé le seul (du moins à ma connaissance de modeste lectrice) personnage de roman portant l'improbable et désuet prénom de Marie-Odile. Il m'a bien sûr été difficile de m'identifier à cette homonymique jeune coiffeuse tatouée aux allures de harpie, mais on peut aisément supposer que ce n'était pas là le but recherché par l'auteur. Par ailleurs, l'action m'a semblé gagner sérieusement en intensité croissante et jamais démentie par la suite à partir du moment où le projectile de Clément Pognel lui a perforé le crâne via l'œil droit. Pas de regret donc.
J'ai apprécié certaines expressions inattendues, "l'autoroute de structure autiste", "le principe de culpabilité par ascendance, descendance et association", me suis réjouie de rencontrer "l'esperluette" dont j'ai honte de dire que j'ignorais le nom, le curieux verbe "obérer" inconnu de moi itou, les zeugmas du genre "il se remettra à fumer ainsi que de ses désillusions" mais me suis un peu agacée de certaines structures qui m'ont rappelé de lointaines phrases latines en attente d'inévitables analyses grammaticales. Ex : "On n'a pas de femmes, se sont-ils débinés, qui commençaient à fatiguer" ou "s'intéressant aux artistes y statufiées." (Y représentant le parc Monceau précédemment mentionné dans le texte).
Bref le plaisir l'emportant malgré tout sur l'agacement dans une proportion très proche des 75%, il me semble convenable d'ouvrir ce roman aux ¾.
Marie-Thé (du groupe breton)
Je suis encore en chemin dans ce parcours d'Envoyée spéciale, et pourtant, besoin de "débriefer"...
J'aime ce livre, drôle, qui pour moi ne ressemble à aucun autre, si bien écrit ; j'aime les descriptions des personnages, des lieux, des situations : justesse souvent et humour.
Situations incroyables, rocambolesques, et à part Constance, là où je suis rendue, pas un pour sauver l'autre. De Lou Tausk alias Louis-Charles Coste à Hubert en passant par le général ou Objat, ou tous ceux qui gravitent autour d'eux.
J'ai aimé la prison en plein air, sous le tilleul, dans la Creuse, bucolique et pittoresque, et même le piano recyclé m'a amusée, les leurres aussi pour mieux embrouiller Constance.
On sent l'espionnage dans ces lieux reculés où l'aventure ne fait que commencer.
Et pourtant, ce livre m'a beaucoup ennuyée au début ; déroutant, il me tombait des mains, pas du tout "mon genre", j'ai failli laisser tomber. Je ressens encore l'atmosphère du bureau vieillot du général et d'Objat, là où tout se trame. Échanges savoureux, sens du détail... finesse de l'écriture, dès les premières lignes.
C'est encouragée par Yolaine qui l'avait lu jusqu'au bout que je me suis remise en route : importance du groupe... A présent, je suis beaucoup plus à l'est, à suivre... Avant d'arriver "au bout", j'ai envie de faire un tour dans l'univers de Thoreau l'oublié dont le nom est mentionné p. 73.
J'ouvre ce livre aux ¾.
Catherine entreet
Je vous envoie de Thaïlande un peu de soleil et de chaleur, ainsi que mon avis sur Envoyée spéciale. Il sera bref car j'ai lu ce livre il y a plusieurs mois et ne l'ai pas emporté avec moi.
Je l'ai lu très vite, en quelques jours, en me laissant porter par cette histoire d'espionnage improbable, que j'ai trouvée très drôle, en particulier l'épopée nord-coréenne. L'ensemble est bien très conçu, très visuel, avec des rebondissements inattendus, des personnages loufoques et décalés ; on imagine très bien qu'il puisse constituer le scénario d'un film. J'ai le souvenir d'un exercice de style très réussi, mais qui m'a cependant laissée sur ma faim. C'est drôle, brillant, mais ne restera sans doute pas très longtemps dans ma mémoire. Ce n'est pas le livre d'Echenoz que je préfère. J'avais été beaucoup plus intéressée par Ravel par exemple. Je l'ouvre entre ½ et ¾.
Fanny(avis transmis)
J'ai d'emblée été saisie par le rythme de ce roman, c'est d'ailleurs ce qui a permis qu'il me tienne en haleine jusqu'au bout. Je salue également la construction extrêmement élaborée.
Mais justement trop élaborée à mon goût. Pour moi ce roman repose essentiellement sur cet effort de construction, sans elle je pense que l'ennui m'aurait rapidement saisie.
Ce roman est très (trop ?) cérébral à mon goût. Et je crois que j'aurais préféré un style parfois plus métaphorique ou poétique.
J'en ai malgré tout apprécié la lecture comme une expérience nouvelle, mais c'est justement situer ma lecture plus sur le registre de la pensée que sur celui des émotions. J'ai tout de même aimé l'humour qui parcourt l'ensemble du roman.
Quant au contenu en lui-même, je me suis parfois perdue dans les allers-retours et chassés-croisés entre tous les personnages. Je trouve également qu'Echenoz a voulu brasser trop de thèmes différents : les relations de couple (je reconnais que les scènes sont parfois truculentes), la famille, les copines, une certaine peinture sociale à travers le portrait de protagonistes issus de milieux très variés… cela aurait peut-être suffi. La Corée du Nord en plus, j'ai trouvé que cela venait en trop et que c'était dissonant par rapport au tableau général qu'il dépeint dans la première partie.
J'ouvre à moitié.
Rozenn(avis transmis)
J'aurais bien voulu venir échanger avec vous sur Echenoz car je suis très perplexe sur ce livre, avec le vague souvenir d'avoir déjà ressenti quelque chose comme ça avec cet auteur.
J'ai commencé le livre avec un immense plaisir, je me régalais : je surlignais des phrases, des passages qui me ravissaient pour pouvoir les échanger avec vous : des adresses au lecteur (Sterne, Diderot…), quelle légèreté, quelle distance, et je riais toute seule sur mon canapé – ce qui surprenait mon entourage.
Jusqu'à la fin de la première partie. J'étais pourtant contente de partir en Corée. Et puis là l'ennui, je me suis exaspérée, j'ai piqué du nez sur ma liseuse, ce qui n'étonnait plus l'entourage… plus aucun passage ne m'interpellait.
Non mais, cet auteur se fout de son lecteur : ça me paraît désordonné, bâclé.
Sauf la toute fin : j'aime l'idée de reprendre tranquillement sa petite vie là où on l'a laissée… :)))
J'aurais voulu avoir le temps de relire cette deuxième partie, est-ce ma lecture qui a provoqué cette déception ?
J'attends avec impatience vos avis !
Manuel
Je me suis régalé au début. J'ai beaucoup ri. La description du cimetière entre autres. Ensuite je me suis ennuyé. C'est devenu navrant et lourdingue. Est-ce qu'il se moque de nous ? Son essai de parodie est raté. La parodie marche au cinéma (les films de Pierre Richard, OSS117) mais pas en roman. J'aime Echenoz en général : Je m'en vais, Cherokee, Ravel. J'ouvre à moitié.
Ah oui, Henri n'est pas venu parce qu'il n'aime pas Echenoz.

Séverine
On peut donc dire pour Henri qu'il n'a pas ouvert le livre...=>
Henri
Sabine (de Nîmes, une ancienne, des débuts du groupe, pilier pendant 10 ans, exceptionnellement présente)
Ma lecture a été parasitée par une analyse spontanée des procédés stylistiques. L'adresse aux lecteurs m'a intéressée. Plus cela allait, plus j'avais envie de continuer. On reste certes dans la fabrique d'écriture et de lecture. Le maître-mot, c'est le décalage : décalage entre les différentes voix narratives, les différents registres, les différentes tonalités. J'ai bien aimé les saillies, l'humour, des choses qui n'ont rien à voir avec ce qui se passe et qui m'ont fait rire, par exemple quand apprenant qu'une rançon est demandée pour sa femme enlevée, Tausk se coupe les ongles. L'idée c'est de brouiller les limites. J'ouvre aux trois quarts.

Jacqueline
J'ai besoin d'une définition du narrateur dont on dit toujours ici que nul n'entre s'il confond narrateur et auteur... Pour moi le narrateur c'est le je qui parle.

Brouhaha des pédantes sur le narrateur omniscient et compagnie...
Jacqueline
La position du narrateur m'horripile dans ce livre. Et puis j'aime m'identifier à quelque chose, à quelqu'un et là, impossible. On voudrait que le lecteur soit complice et je ne le suis pas. Il n'y a pas de fond. J'ai commencé à rire p. 116 et je me suis amusée en Corée. J'ouvre un quart.
Au fait, je ne me souviens plus... qui a proposé le livre ? C'est le 4e Echenoz qu'on programme et je trouve que ça fait beaucoup...

Claire
Le nouveau groupe a souhaité programmer un Echenoz, Ravel, que nous avions lu. Et comme il y avait une expo qui lui était consacrée, on a été partants pour un autre Echenoz, d'autant que certains, parmi nous, soit n'en avaient pas lu, soit étaient partants pour lire son dernier.
Séverine
Je m'attendais à quelque chose d'ardu : c'est léger, drôle. J'ai apprécié lorsqu'il s'adresse aux lecteurs. Je ne me suis pas pris la tête. Il y a des atmosphères qui m'ont fait penser à Vernon Subutex. C'est peut-être trop léger et il risque de ne rien rester. Mais c'est distrayant ! Je l'ouvre trois quarts.
Claire
J'étais très contente de lire un Echenoz dont j'ai trouvé une dizaine de livres dans ma bibliothèque, car je gardais de bons souvenirs, mais vagues. En l'ouvrant, immédiatement, je ressens une attention, une attention aux mots que crée le livre, car tout est ciselé. Au bout de 50 pages j'étais lassée. L'impression qu'il n'y a rien à se mettre sous la dent qu'un jeu formel. J'étais cet après-midi à Beaubourg, où il y a eu deux interventions brillantes sur ce livre, qui m'ont confortée dans mon avis, car ce qui est souligné et décortiqué, c'est ce jeu formel. L'intrigue ? Invraisemblable, tient pas la route. Les personnages ? Inconsistants, à la psychologie bâclée, voire inexistante. Il y a un sujet ? Un objet ? J'ouvre un quart pour la virtuosité de l'écriture. Avec Ravel par exemple, il y a un "contenu". Ici j'ai une impression de pacotille.

Denis
Je ne serai pas aussi sévère que Claire. Je suis plutôt de l'avis de Manu. J'ai lu au moins cinq livres de lui et j'aime beaucoup sa prose. Mais ici, ce n'est clairement pas son meilleur. La Corée, cela n'apporte rien. Et la femme, qui ne s'intéresse apparemment qu'au cul, n'est pas un personnage bien palpitant (que fait-elle, d'ailleurs, des encyclopédies qu'elle avale ?).

Claire
Tu n'es pas sévère en effet...
Denis
Par un hasard qui ne cesse de m'étonner, je connais bien ce coin de la Creuse, Châtelus-le-Marchaix et Bénévent-l'Abbaye. J'étais déjà étonné de le voir évoqué par Houellebecq dans La carte et le territoire. C'est une région très agréable, très sauvage, et ce qu'en écrit Echenoz est tout à fait juste.
Un mot sur l'expo de la BPI au Centre Pompidou. J'ai été très déçu. A part deux ou trois interviews d'Echenoz tirés des archives INA, très intéressantes, il n'y a que des manuscrits ou tapuscrits dans des vitrines peu éclairés, donc illisibles. Et quelle idée d'afficher au mur des paragraphes entiers tirés des romans d'Echenoz ? C'est fatiguant et ennuyeux au possible.
J'ouvre à moitié, parce que j'aime l'écriture de l'auteur. C'est toujours un plaisir de le lire, mais ce livre-ci est creux.
Monique L
C'est le premier Echenoz ce que je lisais. C'est une lecture agréable et facile. C'est divertissant, agréable… L'écriture m'a plu, surtout que le fond est creux. Comme je ne lis pas de policiers, je me suis dit que je devais rater certaines choses, certains clins d'œil. Des choses m'ont interpellée comme le logement dans l'éolienne.

Brouhaha sur les possibilités ou non de loger dans une éolienne...

Monique L
Souvent l'angle d'approche d'une situation quelconque lui donne un intérêt. Les descriptions sont efficaces. Pour ce qui est de La Corée, il en croque le côté grandiloquent. C'est un travail élégant mais qui reste très formel. J'ai été déçue par l'Echenoz que j'ai lu par rapport à celui que j'avais écouté à Beaubourg (avec son traducteur) qui m'avait conquise. Je vais en lire d'autres, si vous avez des conseils… Je l'ouvre à moitié.
Lisa
Depuis le 1er janvier je n'arrive pas à lire, moi qui lis deux à trois livres par semaine normalement. Je n'avais donc pas envie de lire ce livre, j'ai repoussé au maximum et je m'y suis mise hier, et... j'ai adoré ! Pas les 50 premières pages par contre, ça traînait, la description des personnages ne m'intéressait pas. Mais le reste du livre, c'est jouissif. C'est évidemment un exercice de style, mais c'est drôle. Depuis plus de trois ans que je suis au groupe lecture on veut quelque chose de drôle. Rions !…
Sur la Corée ce sont de vieux clichés pourris, c'est une telle caricature… Me voilà réconciliée avec la lecture, mon manque d'intérêt pour la lecture n'aura pas duré très longtemps, heureusement. Même s'il me reste encore une cinquantaine de pages, je l'ouvre en grand !
Geneviève
Je ne l'ai pas encore tout à fait fini. J'ai entendu parler d’Echenoz par des adeptes. Par esprit de contradiction, je ne l'avais pas lu, mais j'en avais l'intention, notamment Courir dont le thème m'intéresse. J'imaginais quelque chose de très épuré, de très stylisé, abstrait. Au début, j'ai pensé à Modiano : les lieux, les personnages féminins qui ont un rôle de faire-valoir, la grande précision des lieux dans Paris, un milieu bourgeois un peu décadent... La déconstruction du pacte avec le lecteur m'a un peu amusée, mais aux dépens de mon intérêt pour les personnages. Je reconnais que c'est un beau travail d'écriture, mais je ne suis pas sûre d'être intéressée par cet univers. Je vais réessayer avec Courir, pour en avoir le cœur net ! Pour celui-ci, je l'ai lu facilement mais sans être captivée, j'ouvre à moitié.
Astrid (venue ce soir pour voir comment nous "fonctionnons", car elle cherche à créer un groupe à Lyon)
J'avais lu Ravel. Je suis entrée dans ce livre comme s'il s'agissait d'une aventure : le ton léger, humoristique, proche de l'auto-dérision m'a séduite.
Il y a une forme de légèreté et d'insouciance dans le livre malgré des moments franchement dramatiques (suicide de Pelestor, décapitation de Gang, mort violente de Clément Pogne). Tout glisse, on a l'impression d'être dans un film de James Bond où tout finira par s'arranger pour les héros qui sont plutôt des anti-héros car l'auteur nous les expose dans leur petitesses, lâchetés, mesquineries, souvent confits dans leur rapport matériel et trivial à l'existence. Mais en même temps il leur trouve des excuses, ils restent plutôt sympathiques voire attachants malgré leurs travers.
Ce que j'ai aimé : il m'a semblé que l'auteur se moque de tout le monde y compris de lui-même ; il se moque de la bourgeoisie, de l'armée, du milieu pseudo artistique/rentier, des malfrats, aucune classe sociale n'est épargnée.
L'auteur nous embarque dans une histoire extravagante dans laquelle on se demande comment ses personnages vont s'en sortir, mais ils rebondissent au gré des opportunités qui surgissent et dont ils s'emparent avec décontraction.
Un sourire intérieur et amusé a accompagné cette lecture où l'auteur ne prend rien au sérieux, ni l'amour, ni le sexe, ni l'amitié sauf peut-être l'argent et un certain confort matériel qui mettent provisoirement les personnages principaux à l'abri d'une l'angoisse existentielle qui est malgré tout sous- jacente. J'ouvre aux trois quarts.
Annickelle
J'ai découvert Echenoz dès ses premières publications et j'ai vraiment beaucoup aimé L'Équipée malaise, à l'époque. Au point de suivre avec intérêt la parution de ses nouveautés. J'aime beaucoup, chez ce romancier, la distance, l'ironie, voire l'humour qu'il instaure et ses jeux avec les genres, avec les codes. Des qualités assez rares pour être appréciées ! J'ai relu Envoyée spéciale, que j'avais découvert à sa sortie, avec un plaisir fou ! J'ai profité sans arrière-pensée du pacte sympa qui y est proposé. La première fois, j'étais suspendue aux rebondissements de l'intrigue – j'aime bien les polars – alors que tout ça ne mène à rien : deux des acteurs principaux reviennent à la case départ, à Paris, sans avoir rien compris, ni appris de leurs aventures ! D'ailleurs c'est peut-être ça qui m'a frappée cette fois-ci : les personnages s'ennuient, leur existence est vaine et absurde, mais ils se laissent porter par les événements, par la vaste comédie de la vie. Et là il y a peut-être quelque chose de très personnel à l'auteur qui vient transparaître, comme chez Woody Allen. Par contre, dans Ravel et 14 c'est très différent : Echenoz y recherche davantage une forme de cohérence et de sérieux dans la construction du récit et des points de vue. J'ouvre aux trois quarts.

Sabine
On n'a pas utilisé le mot "poétique". Ça m'a fait penser au poème Plume de Michaux : Étendant les mains hors du lit, Plume fut étonné de ne pas rencontrer le mur : "Tiens, pensa-t-il, les fourmis l’auront mangé…" et il se rendormit. On rentre dans le merveilleux, on accepte. Ça cache quelque chose d'existentiel. Dans cette bouffonnerie, il y a "un petit message", dans le délire.

Claire
Ce qui m'a frappée à l'après-midi d'étude à Beaubourg, c'est le brio des universitaires intervenants : comme si la prose ludiquement formelle d'Echenoz se communiquait. Ils m'ont fait penser à ces conférenciers dans le domaine de l'art contemporain qui commentent de façon passionnante pendant 30 minutes un tableau strictement blanc. Ont glosé justement sur Envoyée spéciale Bruno Blanckeman, brillantissime (qu'on peut voir par ailleurs s'entretenir pendant 1h30 avec Echenoz sur la création), et Florence Leca-Mercier qui s'est éclatée à analyser tous les jeux avec le lecteur ; ce qui m'a frappée, à la fin de ce qui était un vrai sketch comique, est qu'elle a soudain conclu en évoquant le désespoir de Beckett et je relie à ce qu'ont dit Annick et Astrid : j'aurais aimé que les jeux formels ne soient pas des masques si envahissants qu'ils m'ont empêchée de saisir ce tragique.

Manuel
Il y a beaucoup de désespoir. On ne rigole pas.

Denis
Echenoz nous donne aussi des descriptions très précises des métiers. Par exemple dans les activités du spatial (Nous trois), la précision et le naturel avec lesquels il parle de la technique sont impressionnants.

Annick
Les descriptions sont très réussies.

Denis
Dans les interviews, il dit qu'il travaille chaque phrase.

Geneviève
C'est un virtuose.

Annick
Oui, avec une grande variété de styles et de genres.

Monique L
Tu as évoqué Modiano, Geneviève, mais justement quand il parle, à Beaubourg, il nous a fait penser à Modiano.

Claire
Dans une vidéo il parle près de 10 min de ce livre : il en parle comme d'un mécano, sans autre enjeu prévu, et ça me conforte dans mon avis. Pire, dans une interview, il évoque "l'intrigue, un mal nécessaire" : on a donc failli avoir un jeu formel sans même une intrigue.

Astrid
Je vois une double lecture : au premier degré avec ces jeux drôles, un deuxième degré, avec des personnages qui errent, dans une errance existentielle.

Annick
Oui, c'est "to be or not to be".

Monique L
Les personnages n'ont pas de problème d'argent.

Denis
On se demande de quoi ils vivent.

Manuel
Il y a une affaire en Afrique.

Annick
Qui ne va même pas marcher puisque le commanditaire du projet est limogé.

Séverine
Ça me dit, le mal-être.

Astrid
Oui, c'est comme un prétexte pour exprimer le mal de vivre. Echenoz fait du saupoudrage, il nous enfarine.

Denis
Ça me fait penser à Short cuts, film de Robert Altman, avec ces histoires qui se recoupent.

Annick (souriant en pensant à l'aquarium dans le restaurant)
A propos de ces personnages qui ne savent pas où ils vont, ni pourquoi ils y vont, je pense à ces carpes toutes pareilles et anonymes qui tournent sans fin dans leur bocal.

Geneviève
Et avec les deux gardiens, il y a vraiment un côté En attendant Godot.

Lisa (le lendemain de la séance)
J'ai fini le livre et mon avis est confirmé : je l'ouvre en grand. C'est drôle, j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce livre.
Monique M (internaute qui aimerait qu'il y ait de la place pour nous rejoindre...)
Roman d'espionnage à visée géopolitique très vite décrédibilisée par de multiples invraisemblances, Envoyée spéciale est surtout une étude des mœurs d'une société en dérive dans des milieux très divers : show-biz hyper friqué, avocats d'affaires mafieux, malfrats paumés, femmes en mal d'un avenir meilleur. J'ai aimé :
- le style vif, au vocabulaire riche, précis, souvent savant, le regard distancié, ludique, désinvolte, sur les personnages, les lieux, les événements, ponctué de digressions très documentées et imagées dans les domaines les plus variées : marché d'occasions de troisième main Bd de Belleville, poissons exotiques, papillons, arts martiaux, parterres floraux ; "cela bourgeonnait sec chez les thuyas… les jonquilles avaient l'air en pleine forme"...
- l'art, l'acuité du regard
- pour décrire les personnages dans leur aspect extérieur "Hubert, toutes dents immaculées, tous cheveux drus gelés en arrière, agrémentés d'une virgule indocile, mèche savamment rétive qu'il rejette en se propulsant d'un pas souple vers Tausk", mais aussi leur caractère, leurs faiblesses, leurs déviances ; la description du désarroi de Hyacinthe, face au suicide de Pélestor, est un passage ou l'on ressent un vrai moment d'émotion
- sur la vie quotidienne : dans le métro parisien, des speakerines, à la voix tantôt impérieuse tantôt je-m'en-foutiste, annoncent les stations, tandis que dans les couloirs, "des mandolinistes âgés brutalisent des airs napolitains"...
- les traits d'humour : la carte à jouer perdue qui ruine la carrière des quelques cinquante autres, la vibration de la perceuse qui va crescendo du cantique A toi la gloire ô ressuscité à la version Star Spangled Banner de Jimi Hendrix, ou encore l'hommage à la statue De Kim Il Sung, Soleil de la Nation, bras droit tendu vers un avenir radieux… à moins qu'il ne hélât un autobus !
Cela mis à part le roman est rempli d'invraisemblances.
Comment Constance peut-elle se laisser embarquer comme ça ?
Comment Pognel et Objat peuvent-ils dans un état totalitaire hyper surveillé délivrer Gang avec leur démonstration de taekwondo ?
Comment franchir aussi facilement la zone DMZ et attendre aussi longtemps dans l'auto sans être repérés ?

On a l'impression que l'auteur n'y croit pas lui-même, mais qu'il poursuit parce qu'il faut bien finir le roman (il s'amuse avec les personnages, leurs dérives, leur espoir d'un monde meilleur, le sexe, l'argent…), mais aussi parce que sous prétexte de roman d'aventure, il a en filigrane un regard de lucidité sur ce monde-là.
Je n'avais jamais lu Jean Echenoz. J'admire son aisance stylistique, sa culture, son regard acéré sur la société, mais je lui préfère des auteurs contemporains comme Le Clézio, Modiano, Sylvie Germain qui ont une intensité dans l'écriture, qui sont portés par une voix intérieure que je ne retrouve pas chez lui.
C'était quand même une découverte intéressante par le foisonnement de son imagination, son humour, sa façon caustique et distanciée d'observer ses contemporains.

 

DOCUMENTATION sur l'œuvre de Jean Echenoz

Éclairages sur ses livres et son écriture
Jean Echenoz en 5 romans par Gérard Berthomieu (5 textes représentatifs des différents temps de l'œuvre du romancier dont les livres lus dans le groupe : Ravel, Je m'en vais, Envoyée spéciale)
Jean Echenoz et les éditions de Minuit par Olivier Bessard-Banquy (des débuts difficiles, un renouveau romanesque, écriture impassible : une bannière discutable, reconnaissance et prix, retour au roman)
Petit atlas de géographie echenozienne : aperçu ludique des déplacements des héros
Le jude-box de Jean Echenoz : on clique et on entend les musiques évoquées dans plusieurs romans
Echenoz sous conditionnel (l'utilisation particulière des temps dans son écriture) par Gérard Berthomieu (le futur du passé, démêler le vrai du faux, récurrence d'un temps verbal, un univers indécidable)
Les figures de style chez Jean Echenoz : vidéo par Camille Delon et Marie-Hélène Gatto, 5 décembre 2017  : 1/3 la métalepse, 2/3 la syllepse, 3/3 le zeugme
Jean Echenoz et les figures de style : Master Class (audio) de Gérard Berthomieu, 14 février 2018
Les temps verbaux chez Jean Echenoz : Michel Volkovitch traite son "futur-dans-le-passé" de "petite merveille d'ambiguïté", car il "permet de jeter sur l'action à venir l'ombre d'un doute, un léger voile d'irréalité dont la fiction se trouve comme nimbée".
Entretiens avec Jean Echenoz

En lisant, en écrivant : masterclasse littéraire à la BNF de Jean Echenoz, avec Matthieu Garrigou-Lagrange, 21 février 2017 (1h)
Un lecteur nommé Echenoz : entretien avec Jean Echenoz (la bibliothèque familiale, ses lectures aujourd'hui, la musique et le cinéma, les archives, l'exposition à Beaubourg)

Entretien vidéo entre Jean Echenoz et Gérard Berthomieu, conseiller scientifique de l'exposition, maître de conférences à l'Université de Paris-Sorbonne, novembre 2017
"Écrire, ce qu’il y a de plus divertissant", interview par Frédérique Roussel, Libération, 8 décembre 2017
Un long "entretien avec Jean Echenoz", En attendant Nadeau, n° 45, décembre 2017
Entretien vidéo avec Bruno Blanckeman : "la création à l'œuvre", Centre Pompidou, 18 avril 2011, 1h35

Une exposition sur l'œuvre de Jean Echenoz

L'exposition au Centre Pompidou "Jean Echenoz : roman, rotor, stator" du 29 novembre 2017 au 5 mars 2018 a fourni de nombreux éclairages : documents de l'auteur, rencontres, lectures, ateliers, vidéos, articles du dossier publié dans le magazine de la BPI (Bibliothèque publique d'information) De ligne en ligne (octobre-décembre 2017)
Echenoz s'expose : "Écrire, ce qu'il y a de plus divertissant", interview par Frédérique Roussel, Libération, 8 décembre 2017
• "J'aime me représenter l'écriture comme un travail technique" (entretien) et "Le monde d'Echenoz à livre ouvert" (l'expo), Sophie Joubert, L'Humanité, 13 décembre 2017
Avec Jean Echenoz dans son labyrinthe, Raphaëlle Leyris, Le Monde, 5 janvier 2018
Dans les coulisses de la création : Jean Echenoz en ses archives exposé , Juliette Cerf, Télérama, 6 février 2018

Les traductions d'Echenoz

Traduire Echenoz : entretien avec Ryoko Sekiguchi dont nous avions lu La voix sombre (comment traduire en japonais, facilitation par l'exigence de la langue d'Echenoz, traduire quand on est auteur)
"Echenoz et ses traducteurs" (anglais, allemand, suédois, polonais, japonais) : par Michel Volkovitch (que nous rencontrons pour Gioconda), TransLittérature, n°16, hiver 1998
Rencontre entre Jean Echenoz et Giorgio Pinotti, traducteur en italien, 18 décembre 2017

Sur le livre Envoyée spéciale
Une présentation du livre par Jean Echenoz lui-même, sur le site de la librairie Mollat en mars 2016 (8 min)
• Interview de Jean Echenoz : "L'intrigue est un mal nécessaire", Politis, 7 janvier 2016, propos recueillis par Christophe Kantcheff
"Jean Echenoz, sans peine", Florence Bouchy, Le Monde, 13 janvier 2016.

 

Nos cotes d'amour, de l'enthousiasme au rejet :
à la folie
grand ouvert
beaucoup
¾ ouvert
moyennement
à moitié
un peu
ouvert ¼
pas du tout
fermé !


Nous écrire
Accueil | Membres | Calendrier | Nos avis | Rencontres | Sorties | Liens